161 femmes et fillettes enlevées par les gangs de la Turquie à Afrin depuis 2018

0
298
ROJAVA – AFRIN – Depuis l’invasion du canton kurde d’Afrin par la Turquie et ses gangs islamistes en 2018, des enlèvements de femmes, dont des Yézidies, et filles mineures par les forces occupantes y sont devenus monnaie courante. La plupart du temps, en plus de la torture, ces femmes et fillettes subissent des viols et certaines ont été tuées par leurs bourreaux.
 
«Nous étions des dizaines de femmes kidnappées d’âges différents, parmi nous des filles mineures, qui étaient toujours violées; l’une d’elles, nommée Zaloukh, est morte de saignements abondants après avoir été violée.»
 
161 femmes et filles dont l’identité est connue ont été enlevées par des groupes armés soutenus par la Turquie depuis le début de l’invasion turque d’Afrin, en Syrie, a découvert le « Missing Afrin Women Project » qui se concentre sur les violations touchant les femmes à Afrin.
 
Les organisations locales de défense des droits humains déclarent que des centaines de femmes et de filles ont été kidnappées pendant cette période. Les détails de la plupart des kidnappings sont inconnus, car les familles craignent des représailles et les journalistes et observateurs extérieurs ne peuvent pas entrer dans la zone.
 
Le Missing Afrin Women Project compile des rapports de médias et de groupes de défense des droits humains documentant ces incidents, y compris le nom de la victime, la date et le lieu de l’incident, le groupe armé responsable, et si la personne a été signalée libérée, ainsi que détails sur l’incident.
 
Cas de torture, viols, violences sexuelles ou sexistes
 
Dans 17 incidents, les rapports incluaient des allégations de torture en détention. Six des 17 personnes qui auraient été torturées en détention auraient été enlevées par le groupe armé, la Division al-Hamza.
 
Dans cinq incidents, les rapports incluaient des allégations de violence sexuelle en détention. Trois de ces cas concernaient des mineurs.
 
Six des femmes kidnappées sont des Yézidies, dont une mère et une fille qui ont toutes deux été kidnappées et relâchées deux fois. Une femme yézidie aurait été torturée et forcée de renoncer à sa foi en détention.
 
Sur les 132 cas où des rapports alléguaient qu’un groupe armé ou un élément des forces de sécurité était responsable de l’enlèvement, 34 enlèvements ont été attribués à la police militaire soutenue par la Turquie, 17 ont été attribués à la police civile et 15 ont été attribués à la police militaire turque et la Division al-Hamza.
 
Les prétextes d’enlèvement signalés comprennent des accusations de collaboration avec l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est ou les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui incluent des actions aussi inoffensives que le vote à une élection locale de l’administration autonome; fausses allégations de terrorisme; et documenter les informations sur la situation à Afrin ou partager ces informations avec des sources extérieures.
 
Une victime sur trois environ aurait été relâchée; le sort de la majorité reste inconnu
 
Les rapports de la région et les entretiens avec des survivantes suggèrent que la torture, les traitements cruels et dégradants et la violence sexuelle et sexiste sont omniprésents et systémiques.
 
«Nous étions des dizaines de femmes kidnappées d’âges différents, parmi nous des filles mineures, qui étaient toujours violées; l’une d’elles, nommée Zaloukh, est morte de saignements abondants après avoir été violée», a déclaré une survivante.
 
«Ils nous transportaient pendant la nuit à l’extérieur de la prison, après nous avoir bandés les yeux, ils nous ont trompées en disant qu’ils étaient sur le point de nous exécuter. Ils (…) plaçaient leurs canons de fusil sur notre front, tandis que d’autres tiraient en l’air, pour nous terroriser. Un grand nombre des personnes enlevées se sont suicidées et d’autres ont été tuées de sang-froid et leurs corps ont été jetés dans les forêts près des villages d’Azaz, d’Al-Bab, d’Afrin et de Jarabulus. Ces crimes ont été commis contre des personnes enlevées inconnues», a-t-elle décrit.
 
Dans une interview vidéo de Hawar News Agency, un média local, une femme kidnappée par la police militaire en juin 2019 avec sa fille a décrit des conditions similaires.
 
« Les gangs nous ont enlevés de notre maison pour des raisons inconnues. Ils nous ont emmenés à l’école de commerce. Là, ils nous ont battus avec des tuyaux d’eau. Ils nous ont insultés. Chaque fois que nous étions battues, ils ont affirmé que j’avais des liens avec les YPG et que j’étais censée leur donner des informations », a-t-elle dit.
 
« Un de ces miliciens du nom d’Abu Haydar m’a interrogée pendant la torture. Ils n’arrêtaient pas de dire que je faisais partie des YPG et me demandaient quelles informations je leur donnais. Quand j’ai dit que je n’avais rien à voir avec ça et que je ne donnais aucune information, ils m’ont menacée de tuer ma fille ou de lui donner de la drogue… Abu Haydar m’a constamment menacée. Il a menacé de tuer ma fille, de me violer, de prendre des photos et de les distribuer à tout le monde. Il m’a forcé à regarder la torture cruelle des femmes. Les femmes ont été torturées avec des décharges électriques et des coups avec des tuyaux d’eau. La torture était si grave que je suis tombée malade à cause de la vue. »
 
Dans une autre vidéo fournie par l’Organisation des droits de l’homme – Afrin, une femme kidnappée par Ahrar al-Sharqiya a décrit comment des militants l’ont accusée de sorcellerie, menacé de la violer et exigé de grosses sommes d’argent.
 
Une vidéo montrant plusieurs femmes et mineures emmenées hors d’une prison illégale qui aurait été gérée par la division Hamza a fait surface à la fin du mois de mai après des affrontements entre groupes armés dans le centre-ville d’Afrin. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme a affirmé qu’elles étaient nues au moment de leur découverte et qu’elles avaient subi d’autres traitements cruels et dégradants en détention. La plupart des femmes dans la vidéo ont été identifiées par des observateurs des droits humains et des organes de presse, mais une seule a été signalée comme étant libérée.
 
La carte et la base de données seront mises à jour avec les nouveaux cas au fur et à mesure qu’ils se produisent et à mesure que des informations sur des incidents antérieurs sont publiées.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici