L’administration du Rojava au secours des réfugiés piégés par des températures trop élevées

0
146
SYRIE / ROJAVA – Suite aux températures très élevées, l’Administration du Rojava a fourni 2 000 ventilateurs aux réfugiés du camp de Washokani, dans le canton kurde d’Hasakah, alors que les ONG internationales semblent avoir oublié ces réfugiés. 
 
Le nord et l’est de la Syrie connaissent cette année une vague de chaleur élevée, ce qui accroît les souffrances des Kurdes du Rojava qui ont quitté leurs foyers suite aux attaques lancées par la Turquie et ses mercenaires islamistes.
 
Après que l’occupation turque et ses mercenaires aient attaqué les régions de Serêkaniyê et Girê Spî, au nord-est de la Syrie, le 9 octobre 2019, des centaines de milliers de civils – essentiellement des Kurdes – ont été contraints de quitter leurs foyers et l’administration autonome a mis en place un camp pour les personnes déplacées de Serêkaniyê et de ses villages.
 
Une terre agricole de 600 acres a été allouée pour l’établissement du camp à Tuwaynah, à 12 km à l’ouest du centre ville d’al-Hasakah, de sorte que le camp accueille un grand nombre de déplacés, qui selon l’administration du camp dépasse 1 862 familles, soit environ 12 000 déplacés.
 
Après avoir souffert des températures élevées et de l’incapacité des organisations internationales concernées par les affaires humanitaires à fournir une assistance, l’Administration autonome pour la Syrie du Nord et de l’Est a fourni 2 000 ventilateurs aux résidents du camp.
 
Distribution via les communes et des mesures de protection contre le COVID19
 
A son tour, le conseil du camp de Washokani a été chargé de distribuer les ventilateurs aux déplacés par les communes situées dans les secteurs du camp afin d’éviter le regroupement des déplacés, en prenant des mesures préventives pour la nouvelle épidémie du coronavirus (COVID-19) parmi les déplacés après l’apparition de plusieurs cas dans toutes les régions du nord et de l’est de la Syrie.
 
A ce sujet, les déplacés Ali al-Ahmad de la région de Serêkaniyê ont déclaré avoir fait appel aux organisations internationales à plusieurs reprises, mais n’avoir pas répondu, et ont remercié l’administration autonome pour ses efforts au service des déplacés.
 
Le coprésident du conseil du camp de Washokani, Alaa Ali, a lancé un appel aux organisations internationales pour qu’elles fournissent une assistance humanitaire et médicale aux personnes déplacées dans le camp afin de les protéger contre la propagation de la nouvelle épidémie du coronavirus.
 
Les maladies menacent les vies des personnes déplacées en raison de l’inaction des organisations
 
L’administrateur de l’organisation du Croissant-Rouge kurde dans le camp de Washokani, Jihan Omer, avait auparavant lancé un appel, par l’intermédiaire de notre agence, aux organisations concernées pour qu’elles fournissent le vaccin pour les enfants afin de prévenir la leishmaniose, et qu’elles pulvérisent des pesticides pour les insectes et les chenilles afin d’empêcher la propagation de maladies chroniques dans le camp en raison de la hausse des températures, et leur avait demandé d’aider les personnes déplacées dès que possible, mais aucune organisation n’a encore répondu.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici