AFRIN. Les femmes kurdes vivent l’enfer sous l’occupation turque 

0
356
SYRIE / ROJAVA – Le comité de recherche et de statistiques de Kongra Star a publié un rapport des attaques contre les femmes dans le canton kurde d’Afrin occupé par la Turquie depuis 2 ans. 
 
Ce dossier documente les violences visant les femmes à Afrin par la Turquie et les groupes jihadistes soutenus par l’État turc, depuis les attaques et l’occupation du canton kurde début de 2018. Des civils, en particulier les femmes, ont été enlevés, subi des violences, dont des viols, certains assassinés sous la torture, nombreuses femmes et adolescentes réduites en esclavage sexuel, mariées de forces…
 
L’occupation turque dans le nord de la Syrie
 
En janvier 2018, l’État turc a envahi le canton d’Afrin avec l’aide de groupes djihadistes, et a attaqué la région avec tous les moyens militaires dont il disposait. En mars 2018, la Turquie a pris le contrôle de la région, a établi un système d’occupation et de répression à long terme, et a mis en œuvre son plan de changement démographique progressif. Des rapports font état de graves violations des droits de l’homme à Afrin, qui se poursuivent encore aujourd’hui. Avec l’invasion de l’État turc et de ses groupes jihadistes, environ 300 000 personnes, soit la moitié de la population totale d’Afrin, ont été déplacées et forcées de quitter leurs foyers, et environ 175 000 ont été choisies pour rester près d’Afrin, et elles vivent maintenant dans le canton de Shehba, la plupart dans des camps et des abris pour les déplacés.
 
Le 9 octobre 2019, la Turquie a poursuivi ses agressions avec l’aide de ses mercenaires dans une attaque à grande échelle contre le nord de la Syrie et la population le long de la frontière turco-syrienne. Après ces attaques en octobre 2019, des centaines de milliers de personnes ont de nouveau été contraintes de se déplacer, et l’invasion turque a eu lieu dès que les forces américaines se sont retirées de la région au vu de la communauté internationale qui reste silencieuse à ce jour.
 
Au lendemain de cette invasion, les régions de Serêkaniyê / Ras al-Ain et Girê Spî / Tal Abyad sont également passées sous le contrôle de l’occupation turque, et Erdogan continue de menacer d’occuper d’autres régions et il poursuit ses attaques jour après jour avec l’aide des mercenaires qu’il soutient.
 
L’État turc vise à établir une hégémonie culturelle et ethnique, à subjuguer,  à déplacer et à remplacer les groupes ethniques locaux par un autre groupe hégémonique par le biais d’un changement démographique forcé, tout en augmentant les tensions entre les peuples afin de les empêcher de vivre ensemble.
 
Cependant, malgré ces attaques, ces invasions et la guerre civile qui a duré plus de 9 ans en Syrie, les habitants des régions du nord et de l’est du pays ont pu mettre en place des administrations autonomes démocratiques qui incluent tous les groupes ethniques et religieux de la région. Ainsi, les régions de l’Administration autonome pour le nord et l’est de la Syrie ont été parmi les plus sûres.
 
En outre, l’un des principaux objectifs des habitants de la région est de construire un système démocratique dans lequel les femmes et tous les groupes religieux et ethniques peuvent vivre librement les uns avec les autres.
 
La situation dans les territoires occupés
 
Dans les régions de Serêkaniyê, Girê Spî et Afrin, la vie quotidienne est caractérisée par des arrestations arbitraires de civils par les forces d’occupation et les mercenaires présents, et par l’enlèvement de jeunes hommes et de jeunes femmes, dont on abuse pour obtenir une rançon de leur famille, par exemple, la situation tragique de Zainab, 50 ans et mère de trois enfants voulait retourner dans la région de Ras al-Ain occupée par les Turcs, mais elle a été enlevée par les groupes armés, détenue pendant deux semaines et libérée seulement après le versement d’une rançon.
 
On peut constater que la prise d’otages ou leur prise arbitraire est l’une des méthodes courantes utilisées par les groupes djihadistes pour répandre la peur. En outre, les habitants de Tal Abyad sont soumis aux conditions de vie les plus difficiles car les matériaux de base tels que l’eau, le pain et d’autres aliments sont disponibles en petites quantités et les prix ont considérablement augmenté, en plus de priver les femmes de tous leurs droits acquis ces dernières années avant l’occupation.
Dans la ville occupée de Tal Abyad, les femmes ne sont pas autorisées à quitter leur maison sans le foulard
 
La situation à Afrin est plus dangereuse puisque cette région est sous le contrôle de l’occupation turque depuis plus de deux ans et que les habitants d’Afrin ont été victimes de violations ces dernières années par tous les moyens et à différents niveaux. Entre-temps, les conseils administratifs soutenus par l’État turc s’y sont construits et renforcés afin d’étendre le processus de changement démographique et d’occupation par la violence.
 
Etant le centre de la « révolution des femmes », la région d’Afrin a joué un rôle essentiel dans le développement des administrations démocratiques dans la Syrie du Nord et de l’Est. C’est là que des institutions féminines basées sur la démocratie directe ont été mises en place. Les activistes femmes ont demandé l’égalité politique au niveau du droit et de la politique. Ces institutions ont mis en œuvre cette égalité au niveau des communes qui représentent l’unité de base de l’auto-organisation pour toute la région, des organisations de femmes ont été créées en parallèle avec les organisations mixtes, et celles-ci ont joué un rôle crucial dans la construction et le développement du système politique dans le nord et l’est de la Syrie.
 
Par conséquent, ce système démocratique et pluraliste au niveau de la base est ce que le fascisme de l’État turc considère comme une menace pour son idéologie [et la justification des ses attaques]. Il tente donc de l’éliminer. Ses aspirations, en plus de la mentalité patriarcale, raciste et nationaliste, sont claires dans son attaque et sa conquête.
 
La violence sexiste résultant de la mentalité et des objectifs de l’État turc
 
Les crimes et les violations des droits des femmes et des filles à Afrin ont démontré l’étendue inhumaine et brutale, et la violence systématique contre les femmes, car elles sont persécutées et soumises à des insultes et des mariages forcés, y compris de nombreuses filles mineures qui ont été torturées, ainsi que des violences physiques et sexuelles, et le meurtre de femmes, et beaucoup de femmes ne quittent pas la maison par crainte de punition et de violence. Les femmes sont privées de tous leurs droits précédemment acquis, et ces actes de violence sont clairement évidents dans les événements récents.
 
Fin mai, on a découvert que de nombreuses femmes kurdes étaient emprisonnées, subissant des mauvais traitements et des tortures dans des conditions extrêmement inhumaines dans les prisons des milices pro-turques, et on signale des enlèvements et des meurtres de filles et de femmes presque tous les jours. Tout cela constitue des violations évidentes des droits humains (…).
 
Ces statistiques documentent les cas signalés d’enlèvement et de meurtre de femmes à Afrin du 20 janvier 2018 à juin 2020 :
 
. En 2018  : 19 femmes ont été kidnappées, 5 ont été tuées et 1 femme a été libérée.
. En 2019 : 50 femmes ont été kidnappées, 4 ont été tuées et 17 ont été libérées.
. En 2020 : 30 femmes ont été enlevées, 5 ont été tuées et 13 ont été libérées.
 
Les statistiques présentées ici sont le bilan des femmes qui ont été kidnappées et tuées dans cette région pendant l’occupation d’Afrin depuis 2018 jusqu’à aujourd’hui. Ce sont tous les cas documentés recueillis par diverses organisations de défense des droits humains telles que l’Organisation des droits de l’Homme – Afrin, le Centre de documentation des violations en Syrie du Nord, le Comité de recherche et de statistiques de Kongra Star à Qamishlo.
 
Les cas de femmes kidnappées et assassinées résumés et rapportés ici par des numéros se référant aux cas identifiés et publiés par leur nom, ce qui est le moins documenté jusqu’à présent, pour la plupart dans les circonstances actuelles de l’occupation d’Afrin par l’État turc, et il est difficile d’identifier tous les tués et kidnappés, sans parler de ceux qui n’ont jamais été enregistrés et publiés leurs noms et incidents, par exemple, il n’y a pas de presse locale ou d’institutions locales pour enregistrer ces violences et violations des droits humains.
 
*Cas individuels
Les femmes qui ont été kidnappées
 
Depuis l’occupation d’Afrin en 2018, plus de 1 564 femmes ont été victimes d’attaques et de violences dans ces zones occupées et contrôlées par les forces armées turques et les groupes djihadistes. Un rapport publié par l’organisation de défense des droits de l’homme – Afrin, Syrie – a documenté plus de 1 000 enlèvements et disparitions de femmes, dont au moins 290 cas de détention arbitraire de femmes et d’enfants.
 
Mariage forcé de mineures
 
Depuis la mise en place du système démocratique dans la région de l’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie, une nouvelle loi pour les femmes a été introduite, basée sur l’émancipation des femmes. Cette décision a été mise en œuvre le 22 octobre 2014 par le Bureau des femmes de l’Administration autonome d’al-Jazira afin d’établir les droits des femmes dans le nouveau système politique.
 
La loi contient des points qui définissent des droits spécifiques pour les femmes et interdisent les pratiques considérées comme répressives. La loi a été adoptée par les régions d’Afrin, de Kobanê et d’al-Jazira. Parmi les droits et libertés les plus importants stipulés dans la loi figure l’interdiction du mariage forcé des mineures.
Dans le contexte de l’occupation d’Afrin, ces femmes ont été à nouveau privées de leurs droits acquis et le mariage forcé des mineurs a été imposé de nouveau.
La lutte contre les féminicides
 
Un rapport publié par l’Organisation des droits humains d’Afrin a documenté que 50 femmes ont été tuées aux mains de l’État turc et et ses mercenaires dans Afrin occupée du 20 janvier 2018 au 1er juin 2020.
 
Le Centre de recherche et de statistiques a recueilli les conditions de vie de certaines des femmes enlevées entre le 20 janvier 2018 et le 1er juin. 2020, les meurtres de femmes et les circonstances dans lesquelles elles ont été tuées et soumises à la violence nommément, les dates seront affichées sur la photo sur la page web de notre agence.
 
Conclusion et revendications
 
Cette attaque permanente de violence et les attaques visant les femmes violent toutes les normes humanitaires et internationales, les femmes avec leur volonté sont une garantie pour le maintien de toute société, et la lutte pour les droits des femmes et contre la violence pratiquée sur les femmes sous toutes ses formes signifie également la lutte pour protéger la société dans son ensemble et construire un monde meilleur.
 
C’est pourquoi les efforts du projet démocratique, écologique et de libération [des femmes] dans la Syrie du Nord et de l’Est doivent être soutenus dans le cadre de l’autonomie.
Grâce à l’autonomie, des départements concrets ont été créés pour permettre à différents groupes de population de vivre ensemble en paix et d’atteindre les objectifs d’une société démocratique qui défend les droits des femmes, et nous devons défendre ces départements contre ces attaques.
 
Nous Kongra Star, appelons les institutions et les acteurs internationaux à prendre leurs responsabilités et à œuvrer pour prévenir de nouveaux génocides et féminicides, ainsi que des changements démographiques forcés.
 
Les demandes suivantes doivent être satisfaites immédiatement :
 
* Une zone d’interdiction de vol immédiate au-dessus du nord et de l’est de la Syrie.
* Des mesures sérieuses pour le retrait immédiat des forces d’occupation turques et de tous les groupes armés connexes des terres syriennes.
* La création d’une force internationale de maintien de la paix à la frontière turco-syrienne.
Imposition de sanctions économiques immédiates à la Turquie et arrêt du commerce des armes avec la Turquie.   
* Assistance humanitaire immédiate à l’administration autonome de la région du nord et de l’est de la Syrie.
* Les organisations de défense des droits de l’homme doivent être autorisées à accéder immédiatement aux zones occupées par la Turquie afin de suivre la situation sur le terrain.
* Les pratiques de génocide et le meurtre de femmes doivent cesser immédiatement, l’État turc doit être jugé et les groupes djihadistes qui lui sont alliés doivent être arrêtés et traduits en justice.
* La création d’une Cour pénale internationale pour juger les violations des droits de l’homme et les crimes de guerre dans le nord et l’est de la Syrie.
Le dossier a été préparé par le Comité des statistiques et de la recherche de Kongra Star à Qamishlo, et la campagne Women défend Rojava dans le cadre de la diplomatie de Kongra Star.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici