SYRIE. La Turquie sauve une femme membre de l’EI détenue par les Kurdes à al-Hol

0
728
SYRIE / ROJAVA – L’Agence turque Anadolu écrivait hier : « La citoyenne moldave Natalia Barkal et ses 4 enfants, qui étaient détenus de force par les YPG/PKK dans le camp d’Hol au nord de la Syrie, ont été secourus grâce à l’opération du MIT [services secrets turcs]. »
 
L’Etat turc ne ressent même pas le besoin de cacher son soutien à l’Etat Islamique et vient au secours des femmes de DAECH détenues par les Kurdes au Rojava…
 
Les services secrets turcs ont sauvé une femme moldave qui serait une membre éminente de la « police religieuse » de l’Etat islamique, et ses enfants du camp de détention des familles de DAECH / ISIS d’al-Hol, dans le nord-est de la Syrie et les ont remis à la Moldavie.
 
Les services secrets turcs MIT ont libéré une femme moldave membre de l’Etat islamique et ses enfants détenus dans le camp de Hol (al-Hawl) à Hesekê dans le nord-est de la Syrie et les ont remis à la Moldavie. L’ « opération de sauvetage », selon un rapport de l’agence de presse officielle AA à la demande de la Moldavie. On ne sait pas pourquoi la Moldavie s’est tournée vers la Turquie, partenaire de l’OTAN, pour libérer un membre de l’organisation terroriste de DAECH de la garde de la coalition au lieu de contacter l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est pour le rapatriement de la femme et de ses quatre enfants.
 
Le rapport d’AA indique avec une rhétorique arrogante que le MIT a dit à la Moldave Natalia Barkal « en utilisant des possibilités techniques et des méthodes uniques d’intelligence artificielle » comment elle pourrait quitter le camp. Le 6 juin, elle a finalement été «libérée des mains des YPG / PKK » et d’abord emmenée dans la zone d’occupation turque Girê Spî (Tal Abyad). Hier, jeudi, Barkal et ses quatre enfants âgés de un à dix ans ont été reçus à l’aéroport de Chisinau par le président moldave Igor Dodon. Le politicien pro-russe a alors twitté que «l’opération réussie de rapatriement d’une famille moldave de Syrie» était à son initiative.
 
Selon l’administration du camp d’Hol, la djihadiste Natalia Barkal a été capturée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) au printemps dernier après la chute du dernier bastion de l’Etat islamique à Baghouz, dans l’est de la Syrie. A Hol, elle a été hébergée dans le quartier « Muhajarad » (émigré) pour les familles des djihadistes étrangers. Elle est considérée comme une membre éminente de la « structure Hisba » responsable de la réorganisation de l’Etat islamique. Dans l’Islam, la Hisba est une institution religieuse pour la préservation de l’ordre de la charia. Les femmes hisba à prédominance étrangère d’Hol s’appellent donc « gardiennes de la charia » et ont mis en place un tribunal secret dans lequel des femmes et des hommes du camp sont condamnés pour « mauvaise conduite ». Avec une « police religieuse », ils essaient également de maintenir leur domination tyrannique.
 
La version d’AA sur l’affaire Barkal semble complètement différente; «Jusqu’en 2013, la femme vivait avec son mari syrien à Chisinau, la capitale de la Moldavie. Puis ils ont décidé d’émigrer en Syrie pour «faire du commerce» à Manbij. En 2017, son mari de l’époque aurait été tué dans des affrontements. Elle-même s’est retrouvée en «détention YPG / PKK».
 
La vie de Barkal à Baghouz jusqu’à son arrestation deux ans plus tard n’est pas discutée par l’agence de presse officielle de Turquie.
 
Une source du camp Hol, qui ne souhaite pas mentionner son nom pour des raisons de sécurité, a déclaré au correspondant d’ANF Ersin Çaksu que Natalia Barkal pourrait éventuellement être une personne de contact importante pour le gouvernement turc. « Pourquoi un tel effort a-t-il été fait pour l’évacuer du camp à une telle échelle? » dit la source.
 
Le camp d’al-Hol
 
Le Hol Camp se compose de huit zones. Dans les zones une, deux et trois, des personnes de Mossoul ont fui DAECH en 2014. La zone quatre abrite des personnes déplacées syriennes. Les zones 5, 6 et 7, abritent les djihadistes de l’Etat islamique et leurs proches et les familles des djihadistes étrangers sont détenus dans la zone « Muhajarad » (émigrants).
 
Actuellement, Hol abrite environ 65 000 personnes. La ville des tentes a été construite par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour les réfugiés irakiens au début de 1991 pendant la deuxième guerre du Golfe. Depuis la défaite territoriale de l’Etat islamique au printemps 2019, il est principalement utilisé pour héberger des femmes et des enfants qui vivaient auparavant dans des zones sous contrôle de l’Etat islamique.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici