Les femmes russes de l’EI sèment la terreur dans le camp al-Hol

0
449
SYRIE / ROJAVA – Les femmes russes de DAECH détenues dans le camp d’al-Hol sont une grave menace pour la sécurité du camp. Elles défendent la loi islamique instaurée par DAECH, « punissent » celles qui ne se plient pas à la charia, refusent de scolariser leurs enfants et reçoivent de l’argent de l’extérieur du camp, sans qu’on sache comment cet argent rentre dans le camp…
 
Le camp d’Al-Hol est vraiment l’un des camps les plus dangereux au monde, où plus de 70 000 femmes de femmes de l’Etat islamique vivent avec leurs enfants. Chaque mois, des informations font état de meurtres violents parmi les résidents du camp.
 
Le camp est situé dans les zones d’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est, et la sécurité est assurée dans le camp par les forces de sécurité intérieure « Asayish », ainsi que par des combattants des FDS de l’alliance arabo – kurde et des Forces d’autodéfense, qui ont libéré les derniers bastions de l’Etat islamique l’année dernière.
 
Les résidents du camp publient des informations accusant les gardiens du camp de les maltraiter, et bien que les Russes soient réticents à mener les entretiens et refusent de prendre des photos pour eux, le correspondant de l’agence Hawar de la section russe qui a visité le camp s’est assuré que les femmes étaient vraiment battus là-bas, mais pas par les gardiens du camp, mais plutôt par les résidents du camp de DAECH, où ceux qui refusent l’idéologie de DAECH / ISIS et souhaitent rentrer chez eux, sont punis.
 
Lorsqu’on lui a demandé si la sécurité du camp avait battu les femmes, une femme russe de l’Etat islamique a répondu clairement: « Non, nous n’avons pas peur d’eux, nous avons seulement peur de Dieu, ils ne font rien à nous, ne vous inquiétez pas. »
 
Les résidents du camp nous ont expliqué comment la hiérarchie est organisée dans le camp « Nous avons également des divisions de camp. »
 
Quant au personnel des ONG dans le camp, il a parlé, frissonnant, de la brutalité que ses anciens patients ont endurée.
 
En fait, les blessures et les hématomes résultant des coups sont des blessures auxquelles les médecins locaux sont fréquemment confrontés.
 
Les membres de l’EI brûlent les tentes de ceux soupçonnés de « trahir » l’idéologie de l’EI
 
Les forces de sécurité intérieure du camp ont également parlé des Russes de l’Etat islamique et ont déclaré qu’elles étaient les membres les plus dangereux de l’Etat islamique.
 
Les habitants du camp vivent conformément à la loi islamique, malgré toutes les tentatives des Forces de sécurité intérieure et des Forces démocratiques syriennes (FDS) pour limiter les «coutumes de l’Etat islamique».
 
Bien sûr, les agents de sécurité déploient de grands efforts pour contenir ce « poudrier », un camp où vivent des milliers de partisans ardents de l’Etat islamique.
 
Selon l’administration du camp, 300 familles russes vivent avec les fonds des AA et les ONG ne fournissent qu’une assistance symbolique.
 
De nombreuses femmes restent fidèles à l’idéologie de l’Etat islamique et n’ont pas l’intention de changer leurs croyances. Cependant, tous les résidents du camp ne peuvent pas être qualifiés de terroristes, certains étant venus en Syrie avec leur mari pour le bien de leurs enfants, mais les Russes de l’Etat islamique ne sont pas pressés de retourner dans leur pays d’origine.
 
Samira, qui vient de Karachay-Cherkessia, a déclaré: « Il est nécessaire qu’un comité de Russie choisisse des femmes qui ont des enfants et ne soutiennent pas l’islam radical et ne sont pas dangereuses pour la société ».
 
Le personnel du camp note également que la nécessité de prendre rapidement une décision concernant l’expulsion des «femmes de l’Etat islamique» augmente chaque jour, car en plus des femmes adultes, le camp abrite également des enfants et des orphelins.
 
L’avenir des enfants dans le camp n’est pas clair, car ils ne peuvent pas être éduqués, parce que l’Etat islamique cherche à éduquer ses enfants selon ses enseignements et sa pensée; ils sont convaincus que leurs enfants à l’avenir feront revivre DAECH.
 
De même, nous avons pu nous assurer des rumeurs selon lesquelles l’administration du camp aidait certaines personnes de l’Etat islamique à fuir. Les Russes ont reconnu qu’il n’y avait pas de corruption dans le camp, mais l’évasion est organisée par des personnes à l’extérieur du camp pour beaucoup d’argent.
 
Un Russe du camp a démenti les rumeurs de corruption dans le camp, affirmant: « Non, il n’y a rien de tel. Il y a des gens de l’extérieur qui aident membres de l’Etat islamique à s’échapper. »
 
« Que faisons-nous, nous sommes désespérés, nous attendons de rentrer chez nous, mais nos gouvernements ne bougent pas du tout, alors nous avons recours à la fuite du camp par des passeurs pour d’énormes sommes d’argent s’élevant à 15 mille dollars par personne. »
 
Quant à la source des énormes fonds que les femmes de l’Etat islamique reçoivent, les résidents du camp d’Al-Hol créent des fonds spéciaux pour les campagnes de financement et de l’argent est envoyé du monde entier aux femmes de l’Etat islamique.
 
Alors, d’où vient cet argent? Cela est inconnu jusqu’à présent, mais il y a beaucoup d’argent dans le camp, ainsi que des magasins d’explosifs préparés par l’Etat islamique.
 
Maintenir un tel camp n’est pas une tâche facile, car la menace terroriste dans le camp pose un grave problème à l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est.
 
Quel sort attend les Russes qui ont choisi de vivre sous l’Etat islamique? Vont-ils rester longtemps dans le camp, ou la Russie et d’autres pays seront-ils responsables du comportement de leurs citoyens? Toutes ces questions restent sans réponse, et seul le gouvernement russe peut y répondre.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici