Des chants d’oiseaux pour certains, des bruits de bombes pour d’autres

0
265
« Pendant que vous et votre nation bordez vos enfants [britanniques] la nuit au son du chant des oiseaux, nos enfants [kurdes] entendent le bruit des bombes, se demandant et craignant s’ils seront les prochains à être touchés. Tandis que vous et votre nation êtes dans des maisons confortables et sûres, les nôtres vivent dans des camps de réfugiés, dans les limbes politiques, craignant de perdre un autre enfant, un frère ou une sœur ou un parent à cause des actions insensées et inhumaines du gouvernement turc. »
 
Ces mots sont de Diyari Kurdî qui a écrit une lettre au Premier ministre britannique pour lui expliquer pourquoi il s’est jeté devant son convoi à Londres il y a quelques jours. En effet, le 17 juin dernier, Diyari Kurdi, un Kurde réfugié au Royaume-Uni, s’est jeté devant la voiture officielle de Boris Johnson alors que le Premier ministre quittait le Parlement, avant d’être finalement plaqué au sol par des policiers.
 
Dans une longue lettre adressée au Premier ministre britannique, Kurdî s’excuse pour son acte tout en implorant Johnson d’agir face aux attaques génocidaires de la Turquie visant les Kurdes du Kurdistan du Sud et du Rojava.
 
Voici la lettre de Diyari Kurdî :
 
Monsieur le Premier ministre,
 
Il y a quelques jours, je suis sorti en courant devant votre voiture, provoquant involontairement un arrêt brutal de votre voiture (…).
 
Je réalise la gravité de mes actes et je suis désolé si vous avez subi des dommages physiques (…).
 
J’ai moi-même dû passer la nuit dans une cellule de prison, ce qui n’était pas confortable pour un homme de 59 ans souffrant de douleurs dorsales chroniques.
 
Cependant, je crois que je vous dois des excuses et une explication pour ma motivation à faire une chose aussi apparemment imprudente.
 
En retour, Monsieur le Premier ministre, j’espère que vous aurez la courtoisie de m’expliquer aussi quelque chose.
 
Comme vous le savez certainement, les Kurdes, au nombre de 45 millions (…), ont été victimes d’une trahison historique et se sont vus refuser le statut d’État.
 
Ils ont été horriblement réprimés au cours du siècle dernier et souffrent terriblement en ce moment précis aux mains du gouvernement turc.
 
Nous pensons que le président turc Erdogan, tente d’éradiquer les revendications politiques kurdes pour les libertés fondamentales à l’approche du centième anniversaire du traité de Lausanne (1923) en 2023. [Lors de la préparation de ce même traité] votre arrière-grand-père Ali Kemal Bey a été brutalement tué.
 
Des dizaines de milliers de Kurdes ont été emprisonnés en Turquie, y compris des maires et des députés élus.
 
Nous avons tout fait en tant que communauté pour attirer l’attention du monde sur les crimes de la Turquie contre les Kurdes. Nous avons envoyé des lettres, signé des pétitions, fait pression sur les députés et contacté des journalistes. Rien ne semble fonctionner et nous restons une communauté ignorée, sans voix, stigmatisée et parfois même criminalisée.
 
L’autre jour, je voulais simplement que vous entendiez ma voix.
 
Il y a quelques jours, à nouveau, la Turquie a bombardé 81 sites différents dans le sud du Kurdistan, d’où je viens. Ces bombardements visaient un camp de réfugiés surveillé par le HCR, où des réfugiés kurdes avaient fui la Turquie dans les années 1990, appelé le camp de Makhmour.
 
Il visait la ville yézidie de Sengal, où les survivants des atrocités de DAECH essayent de reconstruire leur vie.
 
En Syrie, les Kurdes se sont battus avec tant de courage et ont fait tant de sacrifices pour vaincre DAECH. Pourtant, lorsque la Turquie a envahi le nord de la Syrie pour attaquer les Kurdes en mars 2018, vous avez défendu les actions de la Turquie en disant à l’époque que « La Turquie a le droit de vouloir garder ses frontières sûres. » Ceci, bien que les Kurdes de Syrie du Nord n’ont jamais été une menace pour les frontières turques.
 
Les Kurdes ont toujours voulu un règlement pacifique de la question kurde.
 
Cela nous a vraiment contrariés et nous a donné l’impression d’un coup de poignard dans le dos. Plus de 11 000 de nos jeunes sont morts en combattant Daech/ISIS pour que vos rues soient sûres et pour défendre notre existence même. (8 courageux jeunes britanniques sont morts en combattant aux côtés de nos forces également, ce dont nous sommes très fiers).
 
L’année dernière, en octobre, 14 civils et 3 journalistes ont été tués lors d’une attaque présumée par drone sur un convoi de la paix près de la ville de Ras al-Ain (Serêkaniyê) en Syrie du Nord. Pendant l’invasion et l’occupation illégale du Rojava par la Turquie, ils étaient alliés à des groupes terroristes djihadistes.
 
Les frappes aériennes ont été cruciales dans l’attaque meurtrière de la Turquie qui a conduit à des allégations de crimes de guerre, des exécutions extrajudiciaires et le déplacement de plus de 300 000 personnes, principalement des Kurdes.
 
Le jour même où j’ai sauté devant votre voiture, la Campagne de solidarité avec le Kurdistan a reçu une réponse à une question parlementaire posée par Kate Osamor.
 
[Un député] de votre gouvernement a confirmé que vous exportiez des pièces de drones de la société EDO MBM Technology Ltd, basée à Brighton, pour l’armée turque. Nous savons que vous continuez à vendre de nombreuses armes à la Turquie.
 
J’en ai donc conclu que vous, Monsieur le Premier ministre, en tant que chef du gouvernement britannique, êtes complice de la tentative de génocide de mon peuple, les Kurdes.
 
Des innocents sont tués et le Royaume-Uni en est complice.
 
Pendant que vous et votre nation bordez vos enfants dans leur lit la nuit au son du chant des oiseaux, nos enfants entendent le bruit des bombes, se demandant et craignant s’ils seront les prochains à être touchés.
 
Tandis que vous et votre nation êtes dans des maisons confortables et sûres, les nôtres vivent dans des camps de réfugiés, dans les limbes politiques, craignant de perdre un autre enfant, un frère ou une sœur ou un parent à cause des actions insensées et inhumaines du gouvernement turc.
 
Nous ne demandons pas grand-chose, juste un environnement sûr pour nos enfants et notre peuple.
 
Les Kurdes ont combattu et vaincu les terroristes les plus dangereux du monde, DAECH, pour vous et nous avons tant donné au monde. Maintenant, nous sommes fatigués. Comme mon propre corps fatigué que j’ai jeté devant votre convoi.
 
Les Kurdes sont fatigués d’être utilisés quand vous avez besoin de nous, mais nos vies semblent inutiles quand vous pourriez obtenir un meilleur rendement financier des Turcs.
 
C’est déshonorant. Comment pouvez-vous conserver une once de dignité en nous faisant cela ?
 
Votre arrière grand-père, Ali Kemal Bey, a été persécuté et finalement pendu à un arbre par les Turcs nationalistes lors des négociations du traité de Lausanne de 1923.
 
C’était un homme d’une dignité et d’un honneur immenses et il s’est opposé avec passion aux opérations génocidaires contre les Arméniens qui lui ont finalement coûté la vie. Il s’est opposé à Mustafa Kemal Ataturk qui, avec Ismet Inönü, a conçu et mis en œuvre une politique similaire à l’égard des Kurdes.
 
Je crois que si votre grand-père était vivant aujourd’hui, il défendrait les Kurdes avec la même passion et la même mesure.
 
Vous êtes aujourd’hui le Premier ministre d’un grand pays qui abrite près de 50 000 Kurdes qui ont été forcés de quitter leurs foyers en raison de la guerre que la Turquie, la Syrie et l’Irak nous ont menée, tout comme moi.
 
Je ne suis pas seulement l’homme qui s’est jeté devant votre voiture. Je suis un homme kurde, un mari et un père – tout comme vous, qui vous demande d’arrêter de tourner le dos aux Kurdes.
 
Il existe un préjugé racial profondément ancré contre les Kurdes parce qu’ils ont toujours refusé de renoncer à leur identité kurde dans le cadre de la politique d’assimilation forcée et anti-kurde de Kemal Ataturk.
 
L’État turc a criminalisé notre identité même et nous a qualifiés de terroristes parce que nous voulions conserver notre langue, notre identité et notre culture. En tant que Britannique fier et patriote, pouvez-vous imaginer être mis dans une situation similaire et comment vous vous sentiriez si votre identité nationale était supprimée sans que ce soit votre faute ?
 
Les Kurdes sont un peuple fier et il est simpliste d’attendre de n’importe quelle nation – avec ou sans État – qu’elle renonce à son identité, sa culture et sa langue.
 
Bien que l’État turc prétende avoir accordé des droits limités au peuple kurde en Turquie, c’est en fait le PKK qui s’est battu sans relâche pour ces droits (limités).
 
La plus haute cour de Belgique, après avoir entendu tous les arguments juridiques concernant l’étiquetage du PKK en tant que terroristes, a rejeté l’affaire de la Turquie et a qualifié ses arguments de propagande bon marché. La cour a décidé de retirer le PKK de la liste des organisations proscrites. Je vous implore de faire de même.
 
Monsieur le Premier ministre, je vous ai expliqué mes actions. Peut-être auriez-vous la courtoisie d’expliquer la politique de votre gouvernement dans ces domaines.
 
En résumé, mes questions et demandes sont les suivantes :
 
– Pourquoi continuez-vous à vendre des armes à la Turquie malgré sachant qu’ils sont utilisés contre les Kurdes ?
 
– Pourquoi votre gouvernement criminalise t-il le peuple kurde
au Royaume-Uni pour avoir simplement réclamé leurs droits ?
 
– Ne fermez pas les yeux sur les crimes de la Turquie contre le peuple kurde.
 
– Veuillez utiliser vos bureaux pour inciter à la retenue et promouvoir un règlement pacifique et politique de la question kurde.
 
– Veuillez suivre les traces d’un précédent Premier ministre britannique Ministre, John Major, qui a créé un refuge pour nous dans le sud du Kurdistan (Nord de l’Irak) et faire de même dans le nord La Syrie pour les Kurdes.
 
– N’oubliez pas que les Kurdes vous ont aidé à vaincre DAECH et ne laissez pas cela nous arriver encore [menace de DAECH].
 
– Veuillez honorer la mémoire de votre propre arrière-grand-père Ali Kemal Bey qui a été victime d’un nationaliste turc et brutalement tué pour avoir défendu les droits des Arméniens.
 
Je crois que vous avez une responsabilité historique : La Turquie est une menace croissante non seulement pour les Kurdes, mais aussi pour l’UE, l’OTAN et le monde. Les Kurdes vous seraient reconnaissants et loyaux si vous faisiez ce qu’il faut.
 
Puis-je conclure en m’excusant une fois de plus pour le malheureux accident de l’autre jour, et en espérant sincèrement que vous n’avez pas été blessé, mais je suis sûr que vous conviendrez qu’il y a des problèmes bien plus importants en jeu.
 
J’attends avec impatience votre réponse.
(…)
Diyari Kurdi

A lire la version anglaise ici

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici