Les membres de l’OTAN appelés à cesser de soutenir les groupes qui commettent des violences contre les femmes en Syrie

0
1142
Nadia Murad, lauréate du prix Nobel de la paix et rescapée yézidie (Êzdîe), a appelé les États membres de l’OTAN à cesser de soutenir les groupes radicaux en Syrie qui pratiquent régulièrement des violences basées sur le genre et d’autres crimes contre les femmes.
 
Les membres de l’OTAN doivent cesser de soutenir les milices radicales en Syrie, où ces groupes commettent de la violence contre les femmes et, dans certains cas, commettent des crimes de guerre, a déclaré Murad lors d’un événement en ligne organisé vendredi par l’OTAN à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences sexuelles liées aux conflits.
 
Murad n’a pas nommé de membre de l’OTAN qui soutenait ces groupes, mais dans le passé, elle a accusé sur Twitter des groupes armés soutenus par la Turquie, membre de l’OTAN, de mener une campagne de nettoyage ethnique contre les yézidis à Afrin, en Syrie.
 
«Ils kidnappent des femmes, tuent des civils et détruisent des maisons et des sanctuaires. À ce jour, la communauté internationale n’a pas réussi à attirer l’attention sur ces crimes », a-t-elle déclaré sur Twitter le 29 mai.
 
Lors de la réunion en ligne, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a souligné que la violence sexuelle est aussi destructrice que les armes les plus avancées et les plus modernes. «Par conséquent, nous devons tout faire pour mettre fin à cette violence intolérable contre tant de femmes, d’hommes, de garçons et de filles.»
 
«L’OTAN joue son rôle. Nous formons nos soldats, nos commandants et nos partenaires sur le terrain pour aider à prévenir les violences sexuelles liées aux conflits et pour reconnaître et signaler ces crimes afin de garantir que tous les incidents soient signalés et les menaces réduites.»
 
Sur Twitter, il a ajouté que l’OTAN travaille avec des troupes, des commandants et des partenaires pour aider à prévenir «ces crimes odieux».
 
Mais bien que la Turquie soit membre de l’OTAN, les violences sexistes perpétrées par des groupes soutenus par la Turquie se poursuivent à Afrin, qui est sous occupation turque depuis mars 2018.
 
Le 29 mai, huit femmes ont été retrouvées au siège de la division Hamza soutenue par la Turquie à la suite d’affrontements entre groupes rivaux, provoquant l’indignation de la communauté kurde.
 
Selon des groupes locaux de défense des droits humains, des dizaines d’autres femmes à Afrin ont été kidnappées, violées ou ont été mariées de force à des membres de divers groupes armés.
 
Bassam al-Ahmad, directeur exécutif des Syriens pour la vérité et la justice, a déclaré au Kurdistan 24 que la Turquie, en tant que membre de l’OTAN, opère à Afrin et est légalement responsable de toute violation des droits humains des femmes dans les zones sous son contrôle.
 
«Ce qu’ils essaient de dire, c’est qu’ils ne participent pas à ce que font ces groupes. Mais ce n’est pas vrai; ils contrôlent tout à Afrin. Ils ont des bases militaires. Ils contrôlent la police militaire (locale) et d’autres groupes.»
 
«S’ils veulent l’arrêter, ils peuvent l’arrêter. Mais ils ne le veulent pas, car le principal objectif de la Turquie est de rendre la vie difficile aux Kurdes dans cette région.»
 
L’organisation syrienne de défense des droits civils Familles pour la Liberté a également appelé la Turquie à faire pression sur les groupes soutenus par la Turquie pour libérer immédiatement ces femmes et demander des comptes aux responsables.
 
«Les forces turques qui sont ses principaux dirigeants – responsables de la libération et du bien-être des détenus. Ni les factions (soutenues par la Turquie) du ANS (Armée nationale syrienne) ni les forces de police militaires ou civiles ne seraient en mesure de commettre des actes de ce type sans l’indulgence de la Turquie.»
 
Dans un rapport d’ août 2018, Amnesty International a également déclaré que la Turquie, en tant que «puissance occupante à Afrin», devait mettre fin aux violations commises par des groupes armés pro-turcs et punir les auteurs.
 
«Nous avons entendu des histoires épouvantables de personnes arrêtées, torturées ou disparues de force par des groupes armés syriens, qui continuent de faire des ravages sur les civils, sans que cela ne soit contrôlé par les forces turques», a déclaré Lynn Maalouf, directrice des recherches au Moyen-Orient d’Amnesty International.
 
Sinam Mohamad, représentante kurde du Conseil démocratique syrien (DDC) à Washington, a déclaré au Kurdistan 24 que si «l’OTAN veut prévenir les violations sexuelles contre les femmes, elle devrait demander à la Turquie de libérer ces femmes de ces groupes. La Turquie, en tant que membre de l’OTAN, devrait être attachée aux valeurs humanitaires.»
 
En outre, a-t-elle ajouté, l’OTAN devrait exiger que la Turquie cesse ses attaques contre les Forces démocratiques syriennes (FDS) et se retire d’Afrin. «La Turquie est le seul pays de l’OTAN à avoir soutenu les djihadistes et les groupes de mercenaires envahissant Afrin et d’autres régions occupées du nord-est de la Syrie. L’OTAN devrait demander à la Turquie de cesser ses attaques.»
 
Ilham Ahmed, présidente du comité exécutif de la DDC, a publié sur les réseaux sociaux qu’elle soutenait «les efforts de l’OTAN pour mettre fin aux violences sexuelles liées aux conflits. Nous devons reconnaître les violences sexuelles liées aux conflits commis à Afrin par la Turquie et ses mercenaires.»
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici