TURQUIE. Twitter supprime 7 340 faux comptes attribués à l’aile jeunesse de l’AKP

0
1203
Cela fait déjà plusieurs années que les trolls du gouvernement turc AKP sont devenus célèbres à travers le monde grâce à leur nombre particulièrement élevé (6000 environs en 2013, après le mouvement de protestation de Gezi). Depuis, l’AKP s’est activement engagé dans la désinformation – via Twitter – en faisant la promotion des politiciens de l’AKP et en critiquant l’opposition, dont le parti HDP « pro-kurde ». C’est pourquoi, l’annonce de Twitter de supprimer 7 340 faux comptes liés à l’AKP ne surprend personne.
 
Twitter vient d’annoncer la suppression de 7 340 faux comptes attribués à l’aile jeunesse du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir en Turquie.
 
Voici ce que Twitter a écrit au sujet des trolls pro-AKP :
 
« Détecté au début de 2020, ce réseau de comptes employait une activité coordonnée de faux comptes s’adressant principalement à des publics nationaux en Turquie. Sur la base de notre analyse des indicateurs techniques du réseau et des comportements des comptes, la collecte de faux comptes et de comptes compromis était utilisée pour amplifier les récits politiques favorables à l’ [AKP], et démontrait un fort soutien au président Erdogan. Nous divulguons 7 340 comptes aux archives aujourd’hui.
 
Des signaux techniques indiquent que le réseau est associé à l’aile jeunesse du parti et à un réseau centralisé qui a conservé un nombre important de comptes compromis. En conséquence, le réseau que nous divulguons aujourd’hui comprend plusieurs comptes compromis associés à des organisations critiques envers le président Erdogan et le gouvernement turc. Ces comptes compromis ont été les cibles répétées de piratage de comptes et d’efforts de prise de contrôle par les acteurs étatiques identifiés ci-dessus. Le réseau plus large a également été utilisé pour des activités commerciales, telles que le spam lié à la cryptoconnaissance. »
 
 
Dans environ 37 millions de tweets, le réseau de faux comptes pro-AKP a fait la promotion de l’AKP et a critiqué les partis politiques HDP (Parti démocratique des peuples) et CHP (le Parti républicain du peuple ). Le réseau comprenait plusieurs chaînes de retweet pro-AKP ainsi que des lots de faux comptes. Selon Twitter, le réseau comprenait également un systèmes centralisé de gestion des comptes. (…)
 

Ce n’est pas la première campagne de désinformation sur Twitter qui a ciblé les citoyens et a poussé le contenu à soutenir le parti au pouvoir. En réponse au vaste soulèvement antigouvernemental de l’été 2013 (mouvement Gezi), l’AKP avait recruté 6 000 personnes pour former l’opinion publique et contrer les critiques du gouvernement sur les réseaux sociaux. Le groupe, appelé AK-trolls, a systématiquement harcelé des journalistes, des politiciens et des critiques du gouvernement, et a compromis les comptes rendus des médias. En octobre 2019, le DFRLab a identifié un réseau de trolls qui visait à mobiliser le soutien interne pour la guerre du gouvernement turc contre les unités de protection du peuple kurde (YPG) au Rojava, dans le nord de la Syrie. (…)

Louis Fishman, professeur au Brooklyn College, a écrit sur Twitter que cette décision est embarrassante pour le gouvernement turc.

« J’ai remarqué un mouvement ascendant des « Ak Trolls » et ce n’est pas comme si nous ne le savions pas, mais c’est vraiment pathétique. Et de penser à la possibilité que beaucoup d’entre eux touchent un salaire. Vraiment, il n’y a pas de meilleur moyen d’aider votre pays ? »

Twitter a partagé les données avec les chercheurs de l’observatoire Internet de Stanford, basé aux Etats-Unis. Dans un rapport, le groupe a déclaré que les tweets critiquaient le Parti démocratique du peuple kurde (HDP) de Turquie « et l’accusait de terrorisme et de stratagèmes sur les réseaux sociaux ».

En outre, les tweets ont permis d’accroître le soutien interne à l’intervention turque en Syrie. Il y a également eu des tweets en anglais qui ont tenté d’accroître la légitimité de l’offensive turque dans le nord-est de la Syrie en octobre 2019.

Le rapport Stanford a également suggéré que les comptes-rendus pro-gouvernementaux turcs ont tenté de légitimer l’offensive turque d’octobre en « termes positifs : comme une lutte contre les terroristes, comme une position aux côtés des Kurdes, et comme un contraste avec les tactiques supposées des YPG (unités de protection du peuple) de cibler les civils ». (Kurdistan24)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici