D’Afrin à Istanbul, les féminicides et les violences masculines présents partout où il y a l’Etat turc

0
798
Les crimes commis par l’État turc contre les femmes dans les zones qu’il occupe en Syrie ne sont pas différents de ceux commis en Turquie et au Kurdistan du Nord (Bakûr), selon les statistiques qui montrent une augmentation des cas de violence contre les femmes et la tolérance de l’État à l’égard des auteurs de crimes et de violences qui ne les condamne pas à des peines sévères.
 
Outre les pressions exercées par le gouvernement du Parti turc pour la justice et le développement (AKP) sur les femmes et les défenseurs de leurs droits en Turquie et au Bakur, les femmes sont confrontées à diverses violences – dont des féminicides – dans leur pays, alors que le régime turc continue de faire pression sur les femmes dans les zones occupées de la Syrie.
 
En un an et demi, plus de 620 femmes tuées en Turquie et au Bakur
 
La plateforme « Nous stopperons les féminicides » (Kadın Cinayetlerini Durduracağız Platformu – KCDP) a publié un rapport sur les violences faites aux femmes Turquie et au Bakûr (Kurdistan du Nord sous l’occupation turque), en 2019, selon lequel au moins 474 femmes ont été tuées, dont plus de la moitié dans des lieux publics.
 
Selon les rapports, en Turquie et au Bakur, plus de 146 femmes ont été tuées au cours des 5 premiers mois de 2020.
 
564 femmes victimes de violences dans les zones occupées en Syrie
 
Dans les régions occupées par la Turquie dans le nord-est et le nord-ouest de la Syrie (Jarabulus, Azaz, al-Bab, Afrin, Tal-Abyad et Serêkaniyê), l’organisation des droits de l’Homme du nord et de l’est de la Syrie a déclaré que plus de 1 564 femmes étaient exposées à divers types de violence, notamment les meurtres, les enlèvements, les viols et les violences physiques.
 
L’État turc n’a pas caché son mécontentement face au rôle des femmes politiques dans le nord et l’est de la Syrie, en visant la secrétaire générale du parti Avenir de la Syrie, Havrin Khalaf, lors de ses attaques contre les villes de Tal-Abyad et Serêkaniyê en octobre 2019.
 
Les crimes de l’occupation turque ont récemment augmenté contre les femmes dans la ville occupée d’Afrin, ce qui a déclenché un tollé général, en particulier après la publication d’une vidéo d’un groupe de femmes dans une prison appartenant au groupe du mouvement al-Hamzat qui se déplace avec Ordres turcs, tandis que les sites publiés ont trouvé 5 filles nues dans une prison de La Division al-Hamza dans le quartier al-Zaydiyah dans la ville kurde d’Afrin, avec des enfants, sans parler de l’augmentation du nombre d’enlèvements de mineurs.
 
Selon Samira Ibrahim, membre de l’Organisation des droits de l’Homme à Afrin, les crimes de l’occupation turque augmentent jour après jour contre les femmes à Afrin, en raison d’actes barbares tels que des enlèvements, viols et meurtres.
 
Samira Ibrahim dit avoir documenté plus d’un millier d’enlèvements de femmes à Afrin, et 60 femmes ont été tuées, dont trois se sont suicidées dans des circonstances mystérieuses, en plus de 65 femmes violées.
 
Après que la Turquie a occupé les villes de Tal-Abyad et Serêkaniyê en octobre 2019, l’Organisation des droits de l’Homme dans le nord de la Syrie a documenté des cas de 10 femmes tuées dans des circonstances mystérieuses et de 52 femmes qui ont subi diverses blessures et 11 cas d’enlèvement et de viol.
 
Appel à la mise en œuvre des conventions pour protéger les droits des femmes
 
Les femmes en Turquie et au Kurdistan du Nord attendent l’application de la Convention d’Istanbul [un traité du Conseil européen pour la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique] qui a été ratifiée par 45 pays européens le 11 mai 2011 à Istanbul.
 
Bien que la plupart des pays européens aient signé l’accord pour lutter contre la violence à l’égard des femmes, les cas de violence intentionnelle augmentent de jour en jour dans divers pays du monde, en particulier en Turquie, qui a adopté l’accord pour prévenir la violence à l’égard des femmes et protéger la famille légalement.
 
Cependant, selon les femmes en Turquie, dans la vie de tous les jours, les dispositions de l’accord ne sont pas appliquées et elles soulignent que le gouvernement ne respecte pas l’accord.
 
Ayse Gokhan, porte-parole du Mouvement des femmes libres (Tavgera Jinén Azad – TJA), a déclaré que les femmes traversent une étape historique en développant leurs organisations et institutions féminines, car elles résistent dans tous les domaines et ont réalisé des gains importants.
 
Elle a souligné que les réalisations des femmes, en particulier au Bakur et au Rojava, dans le nord-est de la Syrie, n’étaient pas adaptées à la mentalité et au régime autoritaire turc. ajoutant que « par conséquent, jour après jour, les attaques contre les femmes et les mouvements de femmes réclamant leurs droits se multiplient. »
 
Concernant les crimes commis par le gouvernement turc en Turquie et au Bakur, Gokhan a déclaré que dans le monde entier, y compris en Turquie, des lois qui sont nécessaires pour protéger les droits des femmes, mais que personne ne les applique.
 
Gokhan confirme qu’en 2015 et 2016, le gouvernement turc a détruit plus de 19 localités kurdes au Bakur, et tué des femmes et mutilé leur corps, en plus de son attaque contre le mouvement des femmes libres (TJA) et l’Association des femmes Rosa le 22 mai et l’arrestation de ses militantes. Elle a déclaré: « Le gouvernement turc ne peut pas changer sa mentalité. Dans les régions qu’elle occupe dans le nord et l’est de la Syrie, comme Afrin, Tal-Abyad et Serêkaniyê, des femmes continuent d’être enlevées, violées et tuées. »
 
Gokhan a appelé les organisations humanitaires internationales, les Nations Unies et les pays qui ont signé des accords pour protéger les droits des femmes à gir pour mettre fin aux crimes contre les femmes en Turquie, au Bakur et dans les régions que la Turquie occupe en Syrie.
 
 
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici