Quand l’Etat turc se mobilisait contre un mémoire de maîtrise sur les Kurdes

0
145

La République turque depuis ses débuts mène une politique systématique et implacable de destruction de la culture, de l’identité et du patrimoine kurdes dans un objectif déclaré d’assimilation forcée et de turquisation du peuple kurde.

Jusqu’en1992, l’usage même parlé de la langue kurde était interdit, les publications kurdes bannies, les noms géographiques et historiques kurdes rayés de la carte, interdits et remplacés par des appellations turques afin de rendre les Kurdes étrangers sur leur propre terre ancestrale.  Après avoir purgé les bibliothèques des livres où les mots kurde et Kurdistan pouvaient figurer, l’Etat turc s’est montré extrêmement vigilant sur l’entrée sur son territoire des ouvrages en kurde ou consacrés aux Kurdes publiés à l’étranger.

Longtemps les militants kurdes ont eu du mal à documenter cette politique éradicatrice qu’ils considèrent comme un génocide culturel.  Ces dernières années les archives turques s’entrouvrent.  Et un chercheur kurde est tombé sur un décret pris en Conseil de ministres le 28 février 1964 sur l’interdiction de l’introduction dans le pays et la diffusion d’un livre publié en français à Bruxelles sur le problème kurde.

Il s’agit d’un mémoire de maîtrise intitulé « Le Problème kurde : Essai sociologique et historique » de 80 pages, publié par le modeste Centre pour l’Etude des Problèmes du Monde Musulman Contemporain.

Aussitôt l’appareil d’Etat alerté par le Ministère des Affaires étrangères se mobilise.  Un décret est pris en Conseil des ministres pour interdire l’introduction dans le pays et la diffusion de ce livre accusé de porter atteinte à l’intégrité territoriale du pays.

Le décret est signé par le président la République de l’époque, le général Cemal Gursel, de son Premier ministre Ismet Inönü, l’un des fondateurs de la République turque et de 22 ministres en exercice.

Voici la copie de ce décret suivie de sa traduction française.  Les temps ont un peu changé.  L’actuel président turc, R.T. Erdogan, ne nie pas l’existence de « ses frères kurdes » mais poursuit sans état d’âme la politique d’assimilation et de destruction de l’identité et du patrimoine historique kurdes, y compris hors de ses frontières comme dans le canton kurde syrien d’Afrin.

 

Traduction

Décret

L’interdiction de l’introduction et la diffusion du livre en français nommé « Le Problème kurde : Essai sociologique et historique » écrit par Joyce Blau et publié à Bruxelles sur une demande écrite n° 12511 – 113/10882 datée du 5/2/1964 du Ministère de l’Intérieur s’appuyant sur l’avis approprié du Ministère des Affaires étrangères, a été décidée le 28/2/1964 par le Conseil des ministres conformément à l’article 31 de la loi 5680.

Signatures      

Président de la République
(Cemal Gursel)

Premier Ministre
(Ismet Inönü).  +. 22 ministres

Motif

Le livre nommé « Le Problème kurde – Essai sociologique et historique » écrit par Joyce Blau et publié par le Centre pour l’Etude des Problèmes du Monde Musulman  ayant pour adresse 4, rue Pascale, Bruxelles, affirmant que son but est d’éclairer la question kurde, désigne comme Kurdistan la partie orientale de notre pays dans une carte en annexe.

Les événements qui ont lieu dans nos provinces orientales sont affublés de nombreuses références négatives en affirmant que malgré la politique d’assimilation implacable des autorités turques, les abécédaires, journaux, disques et revues kurdes sont diffusés clandestinement avec le soutien de certains intellectuels, ce livre porte atteinte à l’intégrité de notre pays et vise à la discrimination raciale, son introduction dans le pays et sa diffusion ont été jugées nuisibles.

Institut Kurde de Paris

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici