ROJAVA. La Turquie attaque les derniers Assyriens de la vallée de Khabur

0
274
SYRIE / ROJAVA – Les derniers Assyriens de la vallée de Khabur qui sont attaqués constamment par les forces turco-jihadistes risquent de fuir leurs terres pour éviter de nouveaux massacres.
Sur les 20 000 Assyriens qui vivaient dans la vallée de Khabur dans le nord-est de la Syrie avant le début de la guerre en 2011, il n’en reste aujourd’hui qu’environ 1 000. Madeleine Khamis, commandante des « Gardes de Khabur », craint que les derniers Assyriens soient forcés de s’exiler à cause des attaques de la Turquie et ses alliés islamistes.
 
Selon Madeleine Khamis, commandante des unités de défense assyriennes des « Gardes de Khabur », les habitants chrétiens de la vallée de Khabur ne peuvent pas regagner leur patrie à long terme. Tant que leurs zones de peuplement dans le nord-est de la Syrie seront menacées par l’armée turque et ses alliés islamistes, les derniers membres de la communauté assyrienne seront probablement contraints à l’exil, craint Khamis.
 
Les programmes et projets visant à promouvoir le retour des personnes déplacées et leur réintégration ont dû être suspendus en raison de la guerre d’invasion lancée en octobre dernier par la Turquie, membre de l’OTAN et ses mercenaires réunis au sein de la soi-disant «Armée nationale syrienne» (ANS/SNA) – un regroupement de gangs extrémistes de l’ASL (Armée syrienne libre), du Front Al-Nosra, de groupes turkmènes et d’autres factions djihadistes de la province d’Idlib, sous commandement de la Turquie.
 
Après la libération de Til Temir (Tal Tamr), les gardes Khabur, avec des organisations chrétiennes, avaient réussi à ramener des Assyriens en exil dans le pays. Maintenant que la vallée de Khabur est en vue en Turquie, personne ne pense que les projets de retour reprendront bientôt. Maintes et maintes fois, la région est au centre d’attaques d’invasion pour l’intégrer dans la zone d’occupation illégale.
 
20 000 Chrétiens avant la guerre à Til Temir
 
La rivière Khabur s’étend le long de la vallée de Khabur au nord-est de la Syrie. Ici, où se trouve la ville de Til Temir (nom kurde: Girê Xurma), reflet de la mosaïque démographique de la Syrie, les Nestoriens – Assyriens de (Hakkari – qui avaient fui vers le nord de l’Irak lors du génocide des chrétiens par l’empire ottoman entre 1914 et 1918, installé en 1933. La Société des Nations à Genève leur avait attribué cette zone de peuplement. Leur deuxième exode a été précédé par le massacre de Simele: quelque 9 000 Assyriens, principalement des hommes et des jeunes, ont été assassinés dans divers villages de Duhok, en Irak. Le village de Simele, particulièrement touché, a donné son nom à ce génocide où, sous la direction de l’armée irakienne, quelque 350 personnes sont mortes.
 
Madeleine Khamis
 
Les Assyriens d’Hakkari ont fondé 33 villages dans la vallée du Khabur, tandis que les chrétiens chaldéens se sont installés dans trois autres villages. Avant le début de la guerre de Syrie en 2011, environ 20 000 chrétiens assyriens vivaient encore ici, dans presque tous les villages il y avait une église. Aujourd’hui, il reste à peine 1 000 personnes. En raison des attaques djihadistes, presque tous les habitants ont fui à l’étranger. La plupart sont allés au Canada, en Australie ou aux États-Unis. Certains villages sont complètement vides, ceux qui sont restés sont pour la plupart des personnes âgées. En outre, plusieurs centaines de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays dans d’autres régions du pays vivent désormais à Til Temir.
 
La plupart des habitants de Til Temir avaient déjà fui vers la fin de 2012, lorsque des mercenaires de «l’Armée syrienne libre» (ASL) ont déplacé leurs attaques contre les chrétiens de l’ouest et de l’est vers les régions du nord et ont menacé d’envahir la ville. Tout au long de l’année, il y a eu des massacres, des attaques et des enlèvements répétés à Homs, Damas et Deir ez-Zor. Le cercle des auteurs s’est élargi à presque toutes les milices djihadistes armées, surtout le « Front Al-Nosra ». Des églises ont été profanées et bombardées, des villages chrétiens systématiquement attaqués et dépeuplés, des dignitaires religieux enlevés et assassinés. À partir du second semestre 2013, l’ «État islamique» (EI / DAECH / ISIS) a commis des crimes de guerre et crimes contre l’humanité visant les chrétiens syriens, en particulier autour de la vallée de Khabur.
 
En 2015, la terreur visant les chrétiens de Khabur a atteint le summum de la barbarie lorsque, le 23 février, l’EI a envahi la rive ouest, envahi 12 villages assyriens du côté ouest de la rivière et incendié les églises. Quelque 4 000 personnes qui voulaient se réfugier à Tur Abdin – la « Montagne des serviteurs de Dieu » et le cœur des Syriaques – mais qui n’ont pas été autorisées à passer par la Turquie, ont réussi à s’échapper vers Qamishlo et Hesekê. D’autres sont partis à l’étranger. Ceux qui ne sont pas arrivés à temps sont tombés entre les mains de l’EI. Selon divers rapports, le nombre des personnes enlevées a varié de 262 à 373 et une rançon de plusieurs dizaines de millions a été demandée pour leur libération. En juin 2015, Til Temir, le mont Kizwan (Abdulaziz) et les environs ont été libérés par les YPG / YPJ et les combattants chrétiens qui avaient été formés après le déclenchement de la guerre en Syrie. Parmi les martyrs de la ville se trouvait Ivana Hoffmann (allias « Avaşîn Têkoşin Güneş »), une Allemande de Duisburg. Elle est décédée le 7 mars 2015 dans les rangs de la lutte et est considérée comme la première internationaliste à mourir dans la lutte armée contre l’EI.
 
Église assyrienne de Til Temir
 
Khamis : la Turquie est un État colonial
 
« Il n’y a absolument aucune différence dans la mentalité des islamistes et de l’État turc. Lorsque les djihadistes ont envahi la vallée de Khabur il y a quelques années, nos églises et autres lieux saints étaient la première cible. Ce scénario a été répété lors de la récente invasion. Jusqu’à présent, six de nos églises ont été rasées par des drones de combat turcs. D’autres ont été largement endommagées », explique Madeleine Khamis.
 
La commandante, qui est également membre du Conseil militaire des gardes Khabur, qualifie la Turquie d’ « État colonial » qui, selon le principe de – diviser pour mieux régner – a poursuivi et affine constamment son ancienne stratégie de la division des territoires, de la division des peuples et de la confusion de la structure sociale. Le même scénario que celui d’Hatay 1938 doit être mis en œuvre dans toute la bande frontalière dans le cadre des plans d’expansion néo-ottomane, explique Khamis.
 
« La Turquie veut étendre ses frontières en divisant et en annexant des parties du nord de la Syrie. Les Assyriens n’acceptent l’État turc ni dans leur zone d’implantation ni dans d’autres parties du nord-est de la Syrie. Parce que la menace turque est une menace existentielle », poursuit Khamis.
 
La violence génocidaire contre les Assyriens et d’autres groupes chrétiens et ethniques est un fil conducteur qui traverse l’histoire de l’État turc et de l’Empire ottoman, dont la Turquie est le successeur. Lorsque plus de 1,5 million d’Arméniens ont été victimes d’un génocide sous la responsabilité du jeune gouvernement turc pendant la Première Guerre mondiale, les pogroms, déportations et massacres ont également tué environ 500 000 Syriaques, 300 000 d’entre eux des Assyriens et des membres d’autres groupes ethniques qui ne correspondaient pas. dans la compréhension de la nation de la « synthèse turco-islamiste ». L’historien Joseph Yacoub, né à Hesekê, décrit le génocide des syriaques comme un « génocide caché », car la science n’a guère prêté attention à cet événement.
 
Une église endommagée lors d’attaques
 
Nous sommes les descendants de survivants
 
« Nous, dans la vallée de Khabur, sommes les descendants des survivants de ces événements. La Turquie, en revanche, a toujours été un agresseur, détruisant l’héritage civilisateur des zones de peuplement chrétiennes », explique Khamis et ajoute: « L’Etat turc n’a rien contribué à part son propre nationalisme ethnique et la destruction qui en résulte. Même aujourd’hui, il attaque nos régions et exporte la terreur islamiste vers le nord-est de la Syrie pour nous anéantir. Tant que le silence continue de régner, tant que les actions du gouvernement turc seront approuvées par la communauté internationale (…), même le dernier Assyrien quittera la région. Personne ne pourra rentrer chez lui. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici