IRAN. Une avocate kurde, défenseur des droits humains, violentée après sa convocation par la cour d’appel

0
518
IRAN / ROJHILAT – L’avocate kurde, défenseur des droits humains, Soheila Hejab a été violemment conduite à la prison de Qarchak après sa convocation devant la cour d’appel le 23 mai.
 
Soheila Hejab avait été convoquée devant la cour d’appel le 23 mai 2020. Elle a été arrêtée et battue par des agents des services de renseignement de l’IRGC après la session de la cour.
 
Les rapports indiquent que les agents l’ont traînée par les cheveux sur l’asphalte et l’ont sévèrement battue avant de l’emmener à la prison de Qarchak, à Varamin. Parmi les assaillants se trouvait son ancien interrogateur qui l’a menacée de mort.
 
Les agents de la base de Sarallah appartenant à l’unité de renseignement des gardiens de la révolution (IRGC), ont frappé et donné des coups de pied à Mme Soheila Hejab à la tête et au visage et sur le côté.
 
Son ancien interrogateur l’a traînée dans la rue en lui arrachant les cheveux pour la faire monter en voiture et l’emmener à la prison de Qarchak. Les agents de l’IRGC l’ont menacée d’ouvrir des poursuites pénales contre elle.
 
Dans un appel téléphonique de la prison, Mme Hejab a déclaré « …dès que j’ai quitté le tribunal, j’ai été arrêtée par le Corps Sarollah à Téhéran sans aucune raison ni explication légale. Ils m’ont battue et traînée par les cheveux dans la rue et m’ont donné des coups de poing et de pied à la tête, au visage et sur le côté.
 
Ils ont ouvert un nouveau dossier contre moi qui n’a rien à voir avec mon cas confirmé. C’est la demande de mon interrogateur. Il m’a menacée à plusieurs reprises de mort par l’intermédiaire de détenus qui ont été condamnés pour des crimes violents dans la prison de Qarchak.
 
Demain ou après-demain, je serais traduite en justice. Ils m’emmèneront certainement dans les maisons sécurisées de la Sarallah de l’IRGC pour un interrogatoire de longue durée et un isolement cellulaire. »
 
L’avocate des droits de l’Homme, Soheila Hejab avait déjà été arrêtée à son domicile le 6 juin 2019 par des agents des services de renseignement de l’IRGC.
 
Le 28 janvier 2020, elle avait été frappée par des gardiens de la prison d’Evin. En raison des blessures subies, elle a été emmenée à l’hôpital de Taleghani mais est revenue sans aucun examen médical.
 
Mme Hejab a été temporairement libérée de la prison d’Evin le 14 mars, moyennant une lourde caution de trois milliards de tomans, jusqu’à son procès.
 
Elle a été condamnée à 18 ans de prison en mars, par la branche 28 du tribunal révolutionnaire de Téhéran.
 
Elle a été accusée de « propagande contre l’État », de « rassemblement et collusion », de « perturbation de l’ordre public pour créer le chaos », de « formation d’un groupe de défense des droits des femmes », et de « demande de référendum et de modification de la constitution ».
 
La sentence a été confirmée par la cour d’appel de la province de Téhéran.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici