“Les harceleurs ne doivent pas se cacher derrière leurs titres de militants”

0
380
Nous avons reçu le témoignage suivant dénonçant les menaces émis par un journaliste kurde d’Allemagne et dont les victimes seraient des jeunes femmes kurdes habitant le Rojhilat. (La personne qui nous l’a envoyé ne veut pas divulguer son nom pour des raisons personnelles.)
Nous espérons recevoir la version du journaliste en question, une fois qu’il aurait pris connaissance de ce témoignage. 
 
« Les harceleurs ne doivent pas se cacher derrière leurs titres de militants
 
Le harcèlement visant les femmes sur les réseaux sociaux est en train d’augmenter. Les femmes kurdes n’échappent pas à ce phénomène inquiétant.
 
Il faut rappeler que dans la plupart des sociétés, les traditions, les lois patriarcales et religieuses donnent tous les privilèges aux hommes au détriment des femmes. C’est la raison pour laquelle chaque revendication de la par de la femme est vue comme une péché impardonnable, notamment celles qui touchent les relations amoureuses et la sexualité. Ainsi les femmes et les filles qui sont harcelées par des hommes avouent très rarement les menaces et les harcèlements dont elles sont victimes. Ce qui “encourage” les harceleurs connaissant leurs privilèges au sein de la société. Alors, ils essayent de tirer profit de cette situation pour satisfaire leurs désirs et pulsions sexuels tout en étant conscients des conséquences de leurs actes !
 
Ces derniers jours, nous avons été témoins de cas de jeunes femmes kurdes menacées par un pseudo journaliste kurde qui habite en Allemagne. Un journaliste qui se présente comme comme membre d’un parti politique kurde et défenseurs farouche de l’égalité homme/femme. Depuis quelque temps, il harcèle des filles kurdes qui habitent au Rojhilat avec qui il avait eu une correspondance privée où il y a eu apparemment des échanges intimes et où les jeunes filles lui ont envoyé des photos intimes d’elles, alors que chacune d’elles pensait qu’il voulait une relation sérieuse avec elles. Dans des messages qu’il leur envoie, il les menace d’envoyer leurs photos qu’elles lui avaient envoyées précédemment, en leur disant qu’elles seraient tuées par leurs parents qui verraient leurs photos si elles ne lui demandent pas pardon pour avoir dit qu’il leur avait menti en promettant une relation amoureuse sérieuse alors qu’en réalité il draguait plusieurs filles au même temps.
 
***************************************************************
 
Quelques unes des menaces que le journaliste a envoyés à ces victimes (traduction depuis le soranî) : 
 
“Je ne veux pas créer de problèmes pour toi, je ne veux pas te casser. Sinon je prend des capture des tes chats et les envoie à ta famille et tes amis, afin de non seulement voir mes paroles mais voir tes paroles érotiques (…) ? En même temps, je peux les envoyer à tes amies aussi. Mais je ne fais pas ça si tu demande pardon. Je les gardes pour le jour de tes noces et je détruirai ta vie”.
 
“Sur les demandes d’autres [amis communs], je te donne une chance. Tu dois aller chez ceux qui parler de moi et leur envoyer les captures de nos chats [et] demander pardon. Je te laisse un peu de temps afin de faire ça. Sinon je fais le pire des choses contre toi. J’ai le bras long, si je veux, je peux envoyer quelques personnes devant votre porte (chez vous).“
 
“Tu veux ruiner ma vie (…) par ces mauvais comportements. Voilà pourquoi soit tu va très vite demander pardon (…) soit je te ferais la pire de choses, de telle manière que tu va regretter pour ceux qui tu as fait. Tu as joué avec le feu, la revanche sera très lourde.”
 
Captures d’écran des menaces :
 
 
******
 
Après que la victime du harcèlement a publié des captures des messages, le journaliste à parlé avec d’autres filles pour dire que ces messages étaient des mensonges et a menacé la victime auprès de ces filles aussi. Alors, certaines filles, en soutien à la victime, avouent que certes, ces messages vient d’autres comptes mais tous appartiennent à ce journaliste car il avaient menacé la victime auprès d’elles également. Mais le regard de la société sur elles et leur sentiment de culpabilité dans un pays où tout est contre elles, les empêchent de dévoiler tout ce qu’elles savent concernant les menaces venant de ce journaliste…
 
Quand, des utilisateurs hommes et femmes demandent sur Twitter des explications au journaliste, il les bloque tous.
 
Alors (…) lui-même doit demander pardon publiquement à ses victimes. (…)”

Photo de couverture via Jacques Leleu   
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici