TURQUIE. Les villes kurdes privées de mesures de sécurité efficaces devant la pandémie du COVID -19

0
417

TURQUIE / BAKUR – L’Etat turc néglige les régions kurdes en matière de protection de la santé en pleine pandémie du COVID-19. La journaliste Nurcan Baysal donne l’exemple de la ville d’Amed pour montrer combien la vie des Kurdes ne vaut rien en Turquie…

Les rues de Diyarbakır, la plus grande ville kurde du pays, sont bondées malgré l’épidémie du coronavirus (COVID-19). Seule la moitié des magasins sont fermés. La ville est gérée par un fonctionnaire d’Etat nommé à la palace du maire élu, comme  c’est le cas dans la plupart des autres villes kurde. Selçuk Mızraklı, le maire élu de Diyarbakır – et la plupart des autres maires kurdes accusés d’avoir « soutenu des groupes terroristes » – ont été emprisonnés.

Pendant l’état d’urgence qui a suivi la tentative de coup d’Etat de 2016, 20 000 Kurdes travaillant dans le secteur de la santé, dont 3 315 médecins, ont été licenciés en raison d’accusations de liens avec le terrorisme. Parmi ceux qui ont perdu leur travail, on compte des médecins, des infirmières et des travailleurs de la santé.

Il y a quelques semaines, j’ai parlé avec Mehmet Şerif Demir, le président de la Chambre de médecine de Diyarbakır (Amed), également confronté à de nombreuses affaires judiciaires pour des accusations de terrorisme. Il m’a dit qu’il y avait de nombreux patients suspectés d’être atteints de COVID-19 à Diyarbakır, mais que les hôpitaux n’étaient pas équipés pour tester les infections au coronavirus. Les tests sont envoyés à Ankara, mais leur traitement peut prendre plusieurs jours.

Comme l’État interdit aux gouvernements locaux de divulguer les chiffres d’infection dans leur régions, il ne m’a pas donné le nombre de patients COVID-19 ni d’autres informations sur ce qui se passe dans les hôpitaux. Il a simplement dit : « Je ne le peux pas ».

Depuis que 23 000 personnes sont revenues du pèlerinage à la Mecque dans les premiers jours de la pandémie, le coronavirus s’est répandu dans les villes kurdes de Turquie. Le gouvernement a décidé de fermer ses frontières avec l’Iran et l’Irak en février, mais cette décision est également arrivée trop tard ; de nombreuses personnes infectées étant venues d’Iran, un point chaud du coronavirus.

J’ai appelé une amie médecin dans un hôpital d’État. Elle m’a dit qu’elle avait peur d’aller travailler, parce que les précautions prises dans les hôpitaux sont insuffisantes et que le personnel soignant ne dispose pas d’équipements de protection et de gants, ce qui les rend incapables de se protéger contre le virus.

La fermeture des crèches sans proposer d’alternatives a causé un autre gros problème aux personnes qui doivent aller travailler pendant la pandémie, comme les médecins, les infirmières, la police et les employés municipaux. Mon amie médecin m’a dit que trouver quelqu’un qui puisse s’occuper de ses deux jeunes enfants est un défi quotidien.

Plus tard, j’ai appelé un autre médecin de Van,  une ville à majorité kurde située à la frontière avec l’Iran, qui m’a demandé de ne pas utiliser son nom. Il m’a dit qu’il était difficile de contrôler la frontière avec l’Iran et que les réfugiés ne cessaient de trouver un moyen pour la traverser. Le nombre de patients atteints de coronavirus dans les hôpitaux de Van est élevé, mais il a également dit qu’il ne pouvait pas donner de chiffres.

Après l’effondrement du processus de paix entre l’État turc et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit en juillet 2015, les combats ont repris dans de nombreuses provinces kurdes, cette fois dans les centres urbains. De nombreuses villes kurdes ont été démolies lors des couvre-feux militaires et des affrontements armés, laissant des millions de personnes sans abri.

Des administrateurs de l’État ont été nommés pour remplacer les maires élus dans des dizaines de municipalités pro-kurdes. Presque tous les médias kurdes – même une chaîne pour enfants kurdes – ont été fermés. Les organisations de la société civile kurde ont été fermées par le gouvernement pour avoir prétendument soutenu des groupes terroristes. Des milliers d’enseignants et de médecins kurdes ont été licenciés de leur travail dans la région. Plus de 10 000 membres, parlementaires et même les coprésidents du Parti démocratique du peuple kurde (HDP) ont été emprisonnés.

Des centres pour femmes, des centres culturels, des banques alimentaires, des centres d’art kurde, des associations de langue kurde et bien d’autres institutions ont été fermés par le gouvernement. Même certains clubs de football kurdes ont été fermés. Aujourd’hui, il n’existe plus aucune organisation ou dirigeant fort qui puisse s’adresser à la communauté kurde en temps de crise comme la pandémie de coronavirus.

Au cours des cinq dernières années, l’État a lancé une guerre contre la langue kurde. Les cours de kurde ont été fermés, les départements de langue kurde ont été fermés, les cours optionnels de kurde ont été annulés. Les noms kurdes ont été retirés des parcs publics, des rues et de tous les coins de nos villes. Les symboles culturels et linguistiques kurdes ont été détruits. Tous les panneaux d’affichage publics ont été tournés vers le turc.

Après l’éclatement de COVID-19, j’ai lancé une campagne de solidarité avec les quartiers pauvres de ma ville. En distribuant des colis alimentaires dans les quartiers de Sur et Bağlar, j’ai vu de nombreux panneaux d’affichage publics donnant des informations sur les mesures contre le coronavirus. Mais ils sont tous rédigés en turc.

Près de 70 % des habitants de ces quartiers parlent kurde et beaucoup ne connaissent pas le turc. Ils n’ont donc aucune idée de ce que ces panneaux d’affichage public leur disent sur les précautions à prendre contre la pandémie.

Aujourd’hui, il n’y a pas assez de tests, pas assez de médecins, pas de société civile.

Nurcan Baysal

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici