TURQUIE. Des fascistes turcs veulent déterrer le cadavre d’Ibrahim Gökçek

0
1086
TURQUIE – KAYSERI – En Turquie, on ne se contente pas de faire taire la voix contestataire des opposants, on essaye de faire disparaître leurs cadavres également.
 
Depuis cette nuit, un groupe de fascistes turcs est rassemblé devant le cimetière de Kayseri où Ibrahim Gokçek, le guitariste de Grup Yorum, est enterré. Les fascistes disent vouloir déterrer le cadavre et le brûler, traitant Gokçek de « terroriste »...
 
Depuis cette nuit, une foule haineuse dénonce la présence, dans le cimetière de Kayseri, du cadavre d’Ibrahim Gokçek qui a été enterré le samedi 9 mai. Gökçek* est décédé le 8 mai, deux jours après avoir arrêté sa grève de la faim au 323ème jours. La cimetière est gardé par la police pour le moment.
 
Les fascistes déclarent qu’Ibrahim Gokçek ne mérite pas d’être enterré dans ce cimetière ou des « martyrs » turcs sont enterrés. Ils affirment qu’ils vont finir par déterrer le corps et le brûler…
 
De nombreux Kurdes sont dépités de voir que des jeunes Kurdes donnent leurs vies en espérant « démocratiser » enfin la Turquie dont l’existence est basée sur le fascisme et de génocides, que ce soit celui des Arméniens, des Kurdes, des Grecs, des Yézidis…
 
*Gokcek avait mis fin a son action suite à la promesse d’un concert, faite par le pouvoir turc, après plusieurs années de persécutions des membres de Grup Yorum accusés de faire du « terrorisme ». Son enterrement a eu lieu sous la violence policière et les personnes qui ont voulu assister à enterrement ont été attaquées par la police turque.
Après le décès d’Helin Bolek survenu le 3 avril dernier, son camarade de scène, Ibrahim Gokçek est décédé après une grève de la faim de 322 jours car il était accusé de faire du terrorisme et il était interdit de faire de la musique ! (N’oublions pas que des musiciens kurdes, comme Nûdem Durak, sont emprisonnés en Turquie pour avoir chanté dans leur langue maternelle.)
 
İbrahim Gökçek et Hêlin Bölek demandaient la fin des persécutions étatiques les empêchant de chanter et qui les accusaient de terrorisme pour avoir fait de la musique contestataire !
 
Helin Bölek et İbrahim Gökçek ont débuté une grève de la faim le 16 mai 2019 en raison des restrictions à leur liberté d’expression artistique imposées par les autorités. En raison des chants politiques de Grup Yorum, le gouvernement turc considère les membres comme des terroristes et a emprisonné plusieurs membres du groupe pour « appartenance à une organisation terroriste ». D’autres membres du groupe se sont réfugiés à l’étranger pour échapper à la prison.
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici