Confinement dû au COVID-19 et la violence masculine : Les femmes appelées à se protéger et se défendre ensemble

0
446
SYRIE / ROJAVA – Le Conseil des femmes syriennes a attiré l’attention sur l’augmentation de la violence masculine pendant la pandémie du coronavirus et a déclare: « Nous condamnons la violence à l’égard des femmes. En ces temps difficiles, nous devons nous protéger et nous défendre mutuellement. »
 
Partout dans le monde, les femmes attirent l’attention sur l’augmentation de la violence masculine et des féminicides pendant la pandémie de coronavirus. Le Conseil des femmes syriennes a également publié aujourd’hui une déclaration à ce sujet dans la ville kurde de Qamishlo. Plusieurs membres du Conseil des femmes ont participé à la conférence de presse où Lîna Berekat a lu la déclaration de la coordination.
 
La déclaration faisait référence à l’augmentation de la violence contre les femmes dans des conditions d’isolement domestique pendant la pandémie et disait: « La violence contre les femmes a augmenté partout dans le monde. Les femmes du monde entier peuvent être en mesure de protéger leurs réalisations jusqu’à un certain point, mais la les qualités réactionnaires des hommes se répètent.
 
Avec la propagation du virus, la violence est particulièrement répandue dans la sphère domestique. Selon l’ONU, les femmes sont particulièrement touchées par la violence. Nous ne pouvons pas dire qu’il n’y a pas eu de violence auparavant, mais récemment, elle est devenue beaucoup plus visible. La violence contre les femmes est un comportement contraire à l’éthique et inhumain. La violence est également une raison pour laquelle les femmes se suicident.
 
En tant que Conseil des femmes syriennes, nous condamnons la violence à l’égard des femmes. En ces temps difficiles, nous devons nous protéger les uns les autres et nous défendre les uns les autres. Pour nous protéger, les auteurs doivent être punis. Nous appelons pour que les femmes victimes de violence se tournent vers les institutions compétentes et défendent leurs droits. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici