33 balles ou la fusillade de 33 civils kurdes par l’Etat turc en juillet 1943

0
873
TURQUIE / BAKUR – En 1943, alors que la famine menaçait les populations du Kurdistan et de la Turquie, un général turc a fait fusillé 33 Kurdes – dont des adolescents, des jeunes mariés, des vieillards – qui faisaient du commerce avec leurs cousins du Rojhilat, et ce, sans procès… Un seul des 33 condamnés à mort à survécu à la fusillade.
 
Le poète turco-kurde, Ahmed Arif a écrit un poème en hommage à ces 33 Kurdes de Van / Özalp, fusillés dans la vallée de Seyfo, avec son poème intitulé « 33 kurşun (Sî û Sê Gule – 33 balles) ».
Sî û Sê Gule
 
Fermana kuştin bê cih anîn
Mija hêşîn ya çiya
Û bayê sibê yê hênik û sivik
Di nava xwînê de hiştin hiştin
Paşê li wê derê tifing daçikandin
Li paşilên me hûr hûr nerîn lê geriyan
Pişta min ya sor malê Kirmanşah î
Tizbî bi qutiya min birin û çûn
Hemo jî diyarî bûn ji Ecemstan ê
 
Em kirîvê hevin merivê hevin
Û bi xwînê girêdayî hevin
Bi gund û zeviyê li hember hev
Xinamiyê hevin
Ji sed salan û vir ve
Cîranê hevin mil bi mil ve
Mirişkê me tevlî hevdû dibûn
Ne ji nezaniyê lê xizaniyê
Em ji pasportê dil sar bûne
Ewa cirmê sebeba qetla me
Êdî navê wê derkevê kelaşiyê
Îsatvan rêbir xaiyniyê kirîvo
(…)
 
(…)
Ils ont exécuté la sentence de mort,
Ils ont ensanglanté
Le nuage bleu de la montagne
Et la brise somnolente du matin.
Puis ils ont mis les fusils en faisceau-la
Et nous ont doucement fouillé la poitrine
Ont cherché
Ont fureté
Et ils m’ont pris le ceinturon rouge de
Kirmanşah,
Mon chapelet, ma tabatière et ils s’en sont allés
C’était tous des cadeaux du Pays Persan…
 
Avec les villages et les campements de
L’autre coté
Nous sommes parrains, parents, nous sommes
Attachés par les liens du sang
Nous nous sommes pris et donnés des filles
Pendant des siècles
Nous sommes voisins face a face
Nos poules se mêlent entre elles
Pas par ignorance
Mais par pauvreté,
On n’a pas chéri le passeport
C’est ça la faute qui est cause du massacre
Des nôtres
Et on nous appelle brigands,
Contrebandiers
Voleurs
Traîtres…
 
Mon parrain, écrit les circonstances ainsi,
On les prendra peut-être pour une simple
Rumeur
Ce ne sont pas des seins roses
Mais des balles Dom dom
En éclats dans ma bouche…
 
(Traduction de Ali Demir publiée ici)
 
Contexte :
 
L’événement Muglali fait référence à la fusillade de 33 « contrebandiers » kurdes le 28 juillet 1943 sur ordre du commandant de la 3e armée turque, le général Mustafa Muğlalı, dans la campagne de Van / Özalp.
 
En juillet 1943, des villageois kurdes ont été détenus alors qu’ils faisaient entrer clandestinement du bétail au Bakûr, depuis le Rojhilat (Kurdistan iranien). Plus tard, ils ont été libérés par un tribunal faute de preuves. Ce verdict a suscité la colère du général turc Mustafa Muglali, qui a ordonné que les villageois soient à nouveau arrêtés, conduits dans un champ et exécutés. Des témoignages ont ensuite été recueillis indiquant que le général avait ordonné la rédaction d’un rapport officiel, affirmant que les Kurdes avaient été abattus alors qu’ils tentaient de s’enfuir.
 
La pénurie alimentaire en Turquie causée par la Seconde Guerre mondiale a entraîné une augmentation de la contrebande à la frontière entre la Turquie et l’Iran. En conséquence, les conflits entre les tribus locales et les forces de sécurité ont augmenté. En juillet 1943, la tribu de Milan, qui vivait des deux côtés de la frontière, a fait passer clandestinement de grands troupeaux de bovins à travers la frontière. L’armée notifiée n’a pas pu empêcher cela et a donc arrêté 40 villageois de Koçkıran, dans le district Özalp de Van. Bien que le tribunal n’ait émis des mandats d’arrêt que pour cinq hommes, les autres ont été remis à l’armée pour être interrogés sur ordre du général Muğlalı. Les 33 hommes ont ensuite été abattus près de la frontière. Dans un protocole préalablement planifié, il a été noté que les hommes avaient été abattus alors qu’ils fuyaient. Bien que l’unique survivant ait informé les autorités, il n’y a pas eu de conséquences.
 
Six ans après cette exécution massive, un tribunal a déclaré le général Muglali coupable et l’a condamné à mort. La peine a ensuite été commuée en 20 ans d’emprisonnement. Un an après le procès, le général est mort d’une crise cardiaque.
 
La fusillade de 33 membres de la tribu kurde de Koçkıran illustre la terreur que la Turquie fait régner dans les régions kurdes à travers des massacres, déportations et arrestations depuis un siècle déjà…
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici