COVID-19. Appel à la mobilisation pour les prisonniers et les réfugiés

0
147

ANKARA – Notant que l’épidémie rend les conditions inhumaines plus visibles dans les prisons et les camps de réfugiés, l’AMENAS a appelé à la solidarité internationale pour la libération des détenus.

L’Alliance des socialistes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (AMENAS) a publié une déclaration sur les prisons qui n’ont pas pris de mesures efficaces contre l’épidémie du coronavirus (Covid-19). Annonçant que les États-Unis, la Chine et la Russie comptaient au total 9 millions de détenus et la moitié de la population carcérale mondiale, AMENAS a déclaré : « En Chine, plus de la moitié des 1,5 million d’habitants des prisons sont des prisonniers politiques et plus de 500 cas de covid-19 ont été détectés dans les prisons chinoises depuis la fin février », selon la déclaration, de nombreux étudiants et universitaires étaient détenus en Russie.

Arrestations de journalistes en Turquie et au Kurdistan du Nord

Dans la déclaration, attirant l’attention sur la situation de la Turquie [et dans les régions kurdes de Turquie], les informations suivantes concernant les prisons ont été partagées: « Il y a environ 300 000 détenus en Turquie. Plus de 49 000 d’entre eux sont des prisonniers politiques. Selon Human Rights Watch; « Un tiers des prisonniers sont détenus en raison de leurs publications sur les réseaux sociaux [Ils doivent être libérés]. Cependant, les journalistes, les militants kurdes et les militants politiques sont exclus de cette mesure pendant la pandémie du Covid-19. Étant donné que la distance sociale n’est pas possible dans les cellules de prison, cela met des milliers de personnes en danger d’infection. »

100 000 prisonniers politiques en Syrie

Dans la déclaration, qui a enregistré la plus forte population carcérale de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord en Syrie, il a été indiqué qu’il y a environ 100 000 prisonniers politiques en Syrie. Il a également été annoncé que 43 groupes de défense des droits humains ont signé un appel à libérer de toute urgence des prisonniers dans les centres de détention et les prisons de Syrie.

En Palestine, les détenus refusent de se nourrir 

Dans la déclaration, qui déclarait qu’il y avait plus de 19 000 détenus dans les prisons israéliennes et 4 500 d’entre eux étaient des Palestiniens, «les prisonniers palestiniens ont été complètement coupés de leurs familles et leurs avocats à cause de covid-19. Les prisonniers palestiniens qui protestent contre le manque d’accès aux soins médicaux refusent de manger la nourriture qui leur est donnée par l’administration pénitentiaire. »

200 détenues femmes en grève de la faim

Dans la déclaration, qui a été signalée dans de nombreuses prisons de nombreuses régions telles que Tabriz, Saqiz, Kurdistan, Ahvaz et Hamedan, 200 femmes à Urmia menaient une grève de la faim pour demander une protection contre l’épidémie de Covid-19.

Appel à la mobilisation pour les prisonniers et les réfugiés

Dans la déclaration, qui soulignait que les personnes risquaient la «peine de mort» en raison du risque de propagation rapide du virus dans les prisons et les camps dans des conditions de surpopulation et d’insalubrité, les éléments suivants étaient les suivants: « La lutte efficace contre l’épidémie de Covid-19 est une opposition mondiale à toutes les formes d’exploitation et de domination ainsi que la nécessite d’une action anti-prison. Nous voulons avoir une discussion efficace avec les opposants aux prisons du monde entier pour faire une différence dans ce moment critique. Nous appelons tous les défenseurs et militants des droits humains et des droits des prisonniers au Moyen-Orient et en Afrique du Nord à créer une opinion publique et une solidarité en menant une discussion efficace. »

 

Via l’agence Mezopotamya

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici