ROJAVA. La Turquie transfère des malades du coronavirus à Serêkaniyê

0
348

ROJAVA / SYRIE – Alors que le Rojava qui manque de tout est mobilisé pour endiguer l’épidémie du COVID-19, la Turquie envoie des malades atteints du coronavirus à l’hôpital de Serêkaniyê / Ras al-Aïn, la région kurde du Rojava occupée par l’armée turque et leurs mercenaires islamistes.

Les informations venant de la région font état de l’hôpital Roj de Serêkaniyê  transformé en centre de quarantaine où résident les personnes infectées transférées par la Turquie.

Le coprésident du Comité de santé de l’Administration autonome du nord-est de la Syrie, le docteur Cîwan Mustafa, a déclaré que l’État turc commet un nouveau crime en transférant des personnes atteintes de coronavirus à l’hôpital de Serêkaniyê.

Le coprésident du Comité de la santé a mis en garde contre le danger que le coronavirus soit détecté à tout moment dans le nord-est de la Syrie. Cîwan Mustafa a déclaré avoir fait des préparatifs et pris des mesures en fonction de ses ressources et a ajouté: « Nous n’avons pas les ressources pour faire face à une telle épidémie. »

L’ANF a interviewé le médecin Cîwan Mustafa.

On dit qu’il n’y a pas encore de cas de coronavirus détecté dans le nord-est de la Syrie. Dans quelle mesure êtes-vous préparé à une éventuelle épidémie?

La Syrie du Nord-Est est impliquée dans une guerre depuis 9 ans et est en état de siège. La pandémie qui se propage au Moyen-Orient, y compris en Syrie, fait déjà des victimes chaque jour. Dès que l’épidémie a atteint le Moyen-Orient, nous avons fermé les frontières. Le transport interurbain a été arrêté dans toute la région. Le couvre-feu continue. Des travaux de désinfection et des préparatifs ont été effectués. En raison des mesures prises, aucun cas n’a été détecté jusqu’à présent dans la région.

Bien sûr, il y a toujours la possibilité que le virus apparaisse sur notre territoire. Si cela se produit, nous avons très peu de soins, de matériel médical, de personnel médical et de moyens financiers. Nous n’avons pas les ressources pour faire face à une telle épidémie.

Par exemple, dans une région comme Shehba, les établissements de santé sont très limités. Les installations existantes ont même du mal à répondre aux services de santé quotidiens actuels. La région est en état de siège.

Quel est le nombre d’hôpitaux et de personnel dans le nord-est de la Syrie? Avez-vous la possibilité de réaliser des tests?

Outre les hôpitaux privés, il existe 14 hôpitaux affiliés à l’administration autonome. Les hôpitaux sont conçus en fonction des conditions et des besoins régionaux. Les hôpitaux et les services d’urgence sont disponibles 24h / 24. Entre 40 et 200 professionnels de la santé travaillent dans les hôpitaux.

Grâce à la collaboration entre le comité de santé et l’institution suédoise PIS, un kit permettant de détecter rapidement le coronavirus a été développé. Il s’agit d’un kit de test qui peut détecter la présence du virus en 30 à 60 secondes avec une fiabilité de 80 à 85%. Ce kit est disponible dans tous les centres de santé créés dans les villes du nord-est de la Syrie. Cependant, nous avons besoin d’appareils capables de détecter le virus avec une fiabilité à 100%. Nos efforts se poursuivent pour acheminer ces appareils dans la région. Il y a un problème parce que le nord-est de la Syrie est en état de siège et que les autres pays ont également fermé leurs frontières. C’est le plus grand défi à venir. Nous n’avons pas de personnel de santé qualifié capable de lutter contre le virus.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle aiderait les pays et les régions à risque. Avez-vous reçu de l’aide?

Non, nous ne l’avons pas fait.

Il existe des camps dans le nord-est de la Syrie où des centaines de milliers de personnes vivent dans des tentes bondées. Quels types de risques courent ces camps?

Le coronavirus peut se propager plus facilement dans des environnements surpeuplés. Des centaines de milliers de personnes restent dans les camps de la région. Cela représente un plus grand danger en ce qui concerne la propagation du virus.

Le Hol Camp, avec plus de 70 000 personnes (principalement des familles de l’Etat islamique), est le plus grand camp de la région. Les installations de l’Administration démocratique autonome du nord-est de la Syrie sont insuffisantes pour empêcher une épidémie dans les camps. Il y a des citoyens de 44 pays à Hol Camp. Les 44 États et la Coalition internationale sont responsables de ces personnes.

Selon certaines informations, « l’État turc transfère des cas de coronavirus dans la région de Serêkaniyê sous son occupation ». Est-ce correct?

Selon les dernières informations que nous avons reçues, l’hôpital Roj de Serêkaniyê a été transformé en centre de quarantaine où séjournent les personnes infectées. Les personnes qui ont contracté le coronavirus y sont emmenées. Cela représente un grand danger pour la région. L’État turc commet encore un autre crime.

 

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici