CORONAVIRUS. L’OMS exhortée à venir en aide aux réfugiés d’Afrin

0
233
SYRIE / ROJAVA – L’ONG kurde, Heyva Sor tire la sonnette d’alarme concernant la menace de la pandémie COVID-19 qui guette les réfugiés kurdes d’Afrin se trouvant à Shehba, dans la campagne d’Alep, et qui sont ignorés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Heyva Sor appelle l’OMS à leur venir en aide pour empêcher un nouveau drame dans une région meurtrie par la guerre et l’invasion turco-islamiste.
 
Voici l’appel* d’Heyva Sor :
 
« Au nom des déplacés d’Afrin à Shehba
 
À l’Organisation mondiale de la santé
 
Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), en coopération avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a publié un rapport concernant l’émergence du coronavirus (COVID-19) en République syrienne le 11 mars 2020. Le rapport indique que le ministère syrien de la santé a confirmé que tous les cas suspects étaient négatifs et que personne n’était infecté.
 
Pour contrer la menace du virus, l’Organisation mondiale de la Santé fournit tous les moyens de soutien et d’assistance au ministère syrien de la Santé pour compléter sa capacité et sa préparation à faire face à cette épidémie en fournissant des équipements de détection et de surveillance, en formant le personnel de santé dans plusieurs gouvernorats et en mettant en place des centres de quarantaine, en plus de l’organisation d’ateliers visant à renforcer la sensibilisation et la compréhension des risques de l’épidémie.
 
Le rapport indique que l’état de préparation des centres d’isolement a été confirmé dans / 6 / zones, à savoir (Damas, Alep, Deir Al-Zour, Homs, Lattaquié et Qamishli) et qu’un centre de santé est actuellement en cours de création qui traite les cas de coronavirus dans la région de Dwer, dans la campagne de Damas.
 
Qu’en est-il des plus de deux cent mille personnes déplacées dans la campagne du nord d’Alep (Al-Shahba) ?
 
À travers le rapport, nous voyons de grands efforts pour aider les Syriens à écarter la menace de cette épidémie, mais il est très clair qu’ils ont oublié un endroit géographique très vaste dans lequel des milliers de personnes déplacées sont présentes, et dont la présence a atteint deux ans, au grand mépris de l’Organisation mondiale de la santé et du gouvernement syrien également. Les zones de présence des personnes déplacées de la ville syrienne d’Afrin, qui ont été déplacées de force de leur région par l’armée turque et ses factions islamistes, souffrent d’une faiblesse importante dans la fourniture de services, en particulier de services de santé.
 
Les raisons pour lesquelles cette région (al-Shahba) est plus vulnérable à l’infection par le virus :
 
Al-Shahba se trouve dans la campagne ouest et nord d’Alep et se situe entre les villes d’Al-Bab et d’Azaz, qui est une zone de plaine avec de vastes terres agricoles, un sol fertile et des collines abondantes. Elle se compose des principales villes suivantes (Tal Refaat – Tal Qarrah – Tal Shair – Al-Ahdath – Fafin – Deir Jamal – Kfarnaya – Ahras), mais cette géographie n’est pas propice à une vie saine pour les raisons suivantes :
1.Al-Shahba est considérée comme l’une des zones libérées de l’ISIS en 2016 après une guerre qui a duré deux ans, et derrière laquelle elle a laissé des ruines dans toutes les infrastructures telles que les maisons, les écoles, les stations d’approvisionnement en eau, les fours et les centres de santé.
2. La géographie d’Al-Shahba est considérée comme une géographie contagieuse et un lieu propice à la propagation des maladies et à leur transmission, en raison de sa négligence pendant de nombreuses années. Elle est également connue pour être un foyer de maladies depuis longtemps. Malheureusement, les personnes déplacées d’Afrin ont dû vivre dans cet environnement contre leur gré en étant relativement en sécurité, car vous trouverez des personnes déplacées vivant dans des maisons à moitié détruites où il n’y a pas de conditions sanitaires pour une vie saine.
 
Nous voulons mentionner ici qu’à une époque où le monde ne parle plus de leishmaniose, des centaines de personnes en sont atteintes dans cette zone géographique touchée. Elles sont traitées avec beaucoup de difficultés en raison du manque de médicaments et de sérum pour la leishmaniose. Imaginez avec nous ce qui arriverait si la région était infectée par ce dangereux virus ? !
 
Cette région géographique est gravement assiégée, d’une part, par les factions armées présentes à la périphérie d’Al-Shahba et, d’autre part, par les barrières de sécurité du gouvernement syrien qui entravent de nombreux obstacles aux déplacements des personnes déplacées, ce qui rend la situation dangereuse en cas de propagation du virus. Tous les déplacés d’Afrin se demandent comment nous pourrons nous rendre à Alep, la zone la plus proche, pour nous faire soigner ?!
4. En ce qui concerne les personnes déplacées dans cinq camps, il est vraiment désastreux que les camps soient les premiers endroits à recevoir des maladies et à augmenter le taux et la vitesse de leur propagation, surtout en l’absence de stérilisation et de pulvérisation de pesticides.
 
Que se passera-t-il si le virus se répand à Shahba ?

Jusqu’à présent, jusqu’à la rédaction de ce rapport, il n’y a eu aucun cas de coronavirus dans cette zone géographique. Les comités de santé ont pris un certain nombre de mesures préventives, telles que la prévention des rassemblements et la fermeture des écoles, mais ces mesures ne sont pas suffisantes, mais c’est malheureusement au moins ce que nous pouvons faire.
Nous serons confrontés à une véritable catastrophe et à une grande tragédie si nous n’agissons pas aussi rapidement que possible. Comme nous l’avons dit, les résultats seront désastreux et affecteront la sécurité et la santé de la paix civile dans toute la Syrie pour les raisons suivantes :

Infrastructure de l’unique hôpital d’Al-Shahba (hôpital Afrin)

L’hôpital est situé à Fafin, à environ 10 km d’Alep. L’hôpital est une maison d’habitation sous forme de villa comprenant plusieurs salles internes non isolées et quelques services de base tels que les opérations, le laboratoire et les soins intensifs, ainsi que quelques cliniques telles que l’intérieur, les enfants et les femmes, qui sont présentes sous forme de cliniques mobiles (de petite taille). L’infrastructure de l’hôpital est très fragile car il s’agit d’un bâtiment un peu ancien. L’autre chose est que les capacités d’absorption de l’hôpital sont très limitées. En temps normal, il souffre d’une grande pression due à la pénurie de lits, de chambres et de couveuses pour les enfants. L’hôpital reçoit des patients de la campagne occidentale d’Alep, de Shirwa, Noble et Al-Zahra, en plus de plus de 200 000 personnes déplacées.
Quant aux médecins spécialistes, ils sont très peu nombreux, de même que les infirmières universitaires, et le reste du personnel est constitué de stagiaires et de bénévoles qui n’ont pas de diplôme. Mais malgré cela et malgré les capacités limitées, l’hôpital offre ses services gratuitement pendant 24 heures à tous les citoyens sans discrimination ni racisme.

Que nous manque-t-il pour faire face à la menace du virus corona ?

1. Il nous manque les masques préventifs pour les personnes déplacées, les clous de girofle, les combinaisons de protection, en particulier les masques N95, les casques et les chaussures pour les techniciens de soins en cas de suspicion.
2. Il nous manque l’appareil thermique qui révèle les symptômes du virus, et nous ne parlons pas ici des appareils qui révèlent la température du corps, car ils ne remplissent pas leur fonction
.3 Les ressources humaines en médecins et en personnel de santé formés pour aider les personnes infectées nous manquent, en particulier les infirmières universitaires. Un certain nombre de stagiaires et de bénévoles travaillent dans le seul hôpital mais, malheureusement, ils ont été formés ici pendant leur séjour à Al-Shahba, ils ne peuvent pas intervenir dans des situations critiques et leurs capacités ne sont pas à la hauteur de la manière de traiter les personnes infectées par le virus, et c’est en soi le plus grand problème à affronter. Nous savons que pour faire face à ce virus, l’hôpital doit apporter des soins spéciaux aux personnes infectées avec une méthode scientifique correcte.
 
Les qualifications académiques et scientifiques nous manquent à l’hôpital et dans les points du Croissant-Rouge kurde également. Et si vous trouvez les qualifications académiques, le nombre n’est jamais suffisant, car elles peuvent n’atteindre que cinq ou six infirmiers académiques.
4. Les centres d’isolement nous manquent (si un cas est suspecté), nous suggérons donc d’aider à construire un centre de santé séparé qui réponde aux exigences sanitaires afin d’isoler et de traiter les personnes infectées.
5. Il nous manque l’équipement de laboratoire pour effectuer des analyses de virus par PCR. Le seul laboratoire de l’hôpital est en mesure d’effectuer des analyses de routine régulières, et même ces routines manquent de beaucoup de matériel et d’équipement.
6. Nous manquons de matériel de stérilisation et de stérilisateurs dans les centres de santé du Croissant Rouge Kurde et dans le seul hôpital de la région.
7. Nous manquons de mécanismes pour transporter les personnes infectées dans les conditions de santé à Alep, qui est considérée comme le point le plus proche pour recevoir un traitement, en raison des obstacles imposés par les barrières de sécurité.
8. Nous manquons d’unités formées et ambulatoires parmi les personnes déplacées dans les villages et les villes de cette vaste géographie.
9 . Les appareils de ventilation nous manquent dans le seul hôpital d’ici, où il n’y a que trois appareils dans des chambres non isolées qui sont suffisants pour recevoir un très petit nombre de patients, voire aucun. Les générateurs d’oxygène nous manquent également, car nous dépendons de bouteilles d’oxygène qui ne répondent pas aux besoins en cas d’infection par le virus.
01.Toutes les personnes déplacées souffrent de malnutrition et d’une faible immunité, en particulier les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées, ce qui les rend plus vulnérables au risque d’infection.
Par conséquent, nous ne saurons pas si le virus s’est propagé ou non, en raison de la faiblesse des capacités et de l’absence de tout soutien pour fournir une assistance avant la propagation de l’épidémie. Et si le virus se propage, la plus grande catastrophe sera la perte de tout le monde.

Appel urgent au nom des personnes déplacées d’Afrin à l’Organisation mondiale de la santé
 
Au nom de l’humanité :
 
Nous voudrions vous informer de la vérité sur la situation des personnes déplacées de la ville syrienne Afrin et qui sont présentes à Al-Shahba et vous mettre au courant de la situation générale et des faibles moyens financiers pour faire face à cette épidémie et nous voulons vous rappeler de ne pas oublier plus de deux cent mille personnes déplacées qui attendent aide et soutien afin de parer à ce danger avant qu’il ne soit trop tard.
 
Nous affirmons qu’en tant que comités de santé, en tant que Croissant Rouge Kurde et en tant qu’hôpital unique dans la région, nous faisons de notre mieux pour écarter la menace de ce virus en éduquant les gens et en empêchant les rassemblements, mais cela ne suffit pas du tout et le plus grand risque que les personnes déplacées ressentent ici est qu’elles ne sauront pas qu’elles sont infectées par le virus en raison de l’absence de dispositif spécial de détection du virus.
Les personnes déplacées d’Afrin ont beaucoup souffert des effets de la guerre et du déplacement forcé et de leurs conséquences sur l’état psychologique et sanitaire, et il sera conseillé de les accompagner dans cette épreuve car elle reflétera un sentiment positif sur les personnes déplacées. Ce qui compte à ce stade difficile, c’est la solidarité et la coopération du monde entier pour faire face à ce virus d’une seule main, sans discrimination ni racisme.
C’est pourquoi nous espérons que notre appel sera d’une grande importance pour vous. Cet appel émane de plus de deux cent mille personnes déplacées qui ont besoin d’un soutien logistique médical urgent.
(…) »
 
*Cet appel est au nom des personnes déplacées d’Afrin a été lancé par le Croissant rouge kurde, mais les signataires suivants soutiennent et se joignent à cet appel d’urgence :
 
1. L’Auto-administration démocratique à Shehba
2. L’Administration des camps à Shehba
3. L’Administration de l’hôpital Afrin
4. L’Administration de la santé à Shehba
5. L’ONG des droits humains à Shehba
6. Le Croissant rouge kurde (Heyva Sor a Kurdistanê)
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici