Une femme kurde enlevée à Afrin rachetée par sa famille

0
252
SYRIE / ROJAVA – Des femmes kurdes d’Afrin sont kidnappées par des gangs de la Turquie au prétexte d’appartenance à l’ancienne administration kurde. La majorité subissent des violences sexuelles et ou de la torture.
 
L’organisation des droits de l’Homme d’Afrin a rapporté qu’une jeune kurde du nom de Shirin Mohammad Zini, 21 ans, avait été kidnappée par l’Agence turque de renseignement (MIT) avec l’aide de la soi-disant « Police militaire » depuis son domicile, situé au rond-point Marateh, à Afrin, le samedi 21 mars 2020.
 
L’organisation a déclaré que Shirin, originaire du village de Kakhreh, dans le district de Mabata, avait été enlevée avec son bébé le jour du Newroz, le Nouvel An kurde, peu de temps après la libération de son mari, Hammoda Waqqas.
 
« Après avoir passé quatre jours dans un centre de détention de la » police militaire « à Afrin, où elle a été détenue avec de nombreuses autres femmes kurdes, Shirin a été libérée après le versement d’une rançon de 150 000 livres syriennes », a déclaré l’ONG kurde, citant une source locale.
 
Selon l’organisation, Shirin et d’autres femmes kurdes ont été kidnappées car elles étaient affiliées à l’ancienne administration kurde – un prétexte bon marché utilisé pour kidnapper des hommes kurdes afin d’extorquer une rançon et des femmes pour l’esclavage sexuel.
 
« Toutes ces tactiques effrayantes sont systématiquement orchestrées par le MIT turc, les Loups gris et leurs factions mercenaires turkmènes et arabes sunnites pour nettoyer la zone des Kurdes indigènes restants, par l’humiliation, l’appropriation de biens, la torture, l’appauvrissement, les violences physiques et sexuels, » a déclaré l’ONG.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici