Les effets de la pandémie COVID-19 sur les femmes

0
103
« La pandémie de coronavirus présente un risque particulièrement élevé pour les femmes réfugiées. Dans les camps de réfugiés ou, comme c’est le cas actuellement à la frontière [turco-grecque], les gens sont contraints de vivre en promiscuité les uns des autres. De plus, les femmes réfugiées occupent généralement des emplois précaires. En plus de l’exploitation de leur travail, il y a désormais un risque d’infection. Nous appelons le gouvernement à cesser d’utiliser ces personnes comme moyen de pression au niveau international et à prendre des mesures immédiates pour améliorer leur situation. »

TURQUIE / BAKUR – La politicienne kurde, Ayşe Acar Başaran, met en garde contre une augmentation des violences faites aux femmes pendant l’épidémie du coronavirus et demande au gouvernement de prendre des mesures de protection des femmes.

La porte-parole du Conseil des femmes du parti démocratique des peuples (Halkların Demokratik Partisi – HDP), Ayşe Acar Başaran, a parlé lors d’une conférence de presse à Batman de l’impact de la pandémie du coronavirus sur les femmes. La députée a souligné que le monde était confronté à la propagation de la maladie infectieuse Covid-19 depuis la fin de 2019, mais qu’en Turquie, la question n’avait été discutée que depuis début mars.
 
« Les mesures prises par le gouvernement turc ignorent la réalité sociale. Par exemple, il y a des appels constants pour que les gens ne quittent pas leurs maisons. Ce que cela signifie pour les femmes a été démontré en Chine et à travers des recherches dans d’autres parties du monde: la violence domestique a considérablement augmenté.
 
Cela s’accompagne d’une augmentation de la pauvreté chez les femmes. De nombreuses femmes travaillent même dans des conditions normales sans sécurité sociale et doivent maintenant prendre un congé sans solde ou ont été licenciées », a expliqué Ayşe Acar Başaran et a noté qu’en raison de la dépendance économique, les femmes sont souvent forcées d’endurer des relations violentes.
 
L’accès aux refuges pour femmes rendu plus difficile
 
Ayse Acar Basaran a souligné que l’accès aux maisons d’hébergement pour femmes avait été rendu plus difficile par la crise de la couronne. En conséquence, l’admission n’est désormais possible qu’en cas de danger grave pour la vie; un certificat médical attestant des violences subies et une preuve de l’absence d’infection sont requis. Başaran a critiqué le fait que la politique du gouvernement ne tienne pas compte de la situation spécifique des femmes et a exigé des mesures contre la violence domestique.
 
Fermeture des institutions pour femmes par les administrateurs nommés
 
La politicienne du HDP a également commenté la destitution des maires kurdes au début de la semaine avec la nomination d’administrateurs (kayyum) à huit autres municipalités gérées par le HDP. Dans la ville kurde de Batman, un homme vient d’être nommé chef du département pour femmes de la municipalité.
 
« La politique des administrateurs est une attaque contre notre politique des femmes et le système de double direction. Comme nous le savons déjà dans d’autres villes, le premier acte officiel des syndics est de fermer les institutions féminines et de bloquer le travail des femmes. Surtout dans la situation de crise actuelle, ces mesures ont entraîné une nouvelle augmentation de la violence à l’égard des femmes », a-t-elle déclaré.
 
Mesures immédiates pour les réfugiés
 
Concernant la situation des réfugiés retenus à la frontière turco-grecque, la députée a expliqué que les femmes souffrent le plus des guerres. La pandémie de coronavirus présente un risque particulièrement élevé pour les femmes réfugiées. Dans les camps de réfugiés ou, comme c’est le cas actuellement à la frontière [turco-grecque], les gens sont contraints de vivre très près les uns des autres. De plus, les femmes réfugiées occupent généralement des emplois précaires. En plus de l’exploitation de leur travail, il y a désormais un risque d’infection. Nous appelons le gouvernement à cesser d’utiliser ces personnes comme moyen de pression au niveau international et à prendre des mesures immédiates pour améliorer leur situation. »
 
Des violeurs libérés et des femmes incarcérées
 
Ayşe Acar Başaran a également abordé la situation dans les prisons: « Dans les débats de ces derniers jours sur le paquet judiciaire, il est question de libérer des meurtriers de femmes et de violeurs ou de leur accorder une peine réduite. Il n’y a pas de discussion sur les milliers de les femmes qui sont en prison parce qu’elles ont exprimé leurs opinions et se sont battues pour les droits des femmes dans une position de leader. Des politiciennes comme Gültan Kışanak, Figen Yüksekdağ, Sebahat Tuncel, Sara Kaya et toutes les autres doivent être libérées immédiatement.»
 
« Nous continuons de lutter contre la mentalité patriarcale »
 
De même, Başaran a exigé que tous les prisonniers malades, âgés de plus de 65 ans ou emprisonnés avec leurs enfants soient libérés de prison: « Dans la période à venir, nous continuerons de lutter contre la politique d’admistrateurs, la violence contre les femmes qui est favorisée en raison de la pandémie du coronavirus et de la pensée patriarcale, et nous continuerons notre travail. »
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici