PATRIMOINE. Dernier appel pour Hasankeyf et le Tigre

0
207
TURQUIE / BAKUR – La Turquie a construit un barrage immense sur les rives du fleuve Tigre, dans la région kurde de Batman. Le barrage qui a commencé à engloutir près de 200 villages s’approche de la ville antique d’Hasankeyf, vieille de plus de 12 000 ans, que l’UNESCO aurait dû inscrire sur sa liste des sites protégés…
 
 
La coordination pour la protection d’Hasankeyf a fait une déclaration à la presse au sujet de la ville antique d’Hasankeyf et de la vallée du Tigre, qui seront bientôt entièrement englouties par le barrage d’Ilısu.
 
Réunie le 13 février au Bureau d’Istanbul de l’Union des chambres des ingénieurs et architectes turcs (TMMOB), la Coordination a fait son dernier avertissement concernant la destruction imminente de la ville antique et de ses environs car le réservoir du barrage ne cesse de croître.
 
«Hasankeyf* doit continuer à vivre»
 
Prenant la parole en premier lors de la réunion, la professeur Beyza Üstün du Congrès démocratique des peuples (DTK) a lu la déclaration à la presse au nom de la coordination de Hasankeyf. Intitulée « Le dernier appel pour Hasankeyf et la vallée du Tigre », la déclaration a souligné les points suivants :
 
« Comme les portes du barrage, qui ne doivent pas être fermées, ont commencé à être fermées en juillet 2019, le Tigre et la vallée du Tigre, qui sont des êtres vivants, ont commencé à être détruits. Aucun avertissement n’ayant été émis concernant la fermeture des portes , plusieurs personnes ont souffert et alors que la montée des eaux atteignait les villages, plusieurs habitants ont dû émigrer sans même emporter avec eux leurs biens. Une personne est morte par noyade dans le réservoir du barrage.
 
Alors que quatre nouvelles colonies ont été construites par les travaux hydrauliques de l’État (DSİ) pour que les 80 villages soient complètement engloutis et 124 villages partiellement engloutis, des dizaines de milliers de personnes ont commencé à émigrer vers Siirt, Batman, Diyarbakır et d’autres grands les villes avec les maigres compensations qu’elles pouvaient recevoir. Plus de dix mille « sans terre » ont émigré sans aucune compensation.
 
«Arrêtez immédiatement le projet de destruction»
 
Lorsque nous examinons toutes les zones de destruction et de dévastation, de nouvelles colonies ont été construites dans seulement quelques-uns des 80 villages sans abri, seulement 7 des milliers d’objets historiques ont été déplacés, sur 289 monticules, seul le mont Hasankeyf a été couvert avec le béton, seules quelques zones de nidification ont été formées pour des centaines d’espèces endémiques menacées d’extinction.
 
Les eaux montent et le réservoir du barrage détruit tout sur son passage. Ce barrage est un barrage qui continuera à détruire tout au long de sa vie. C’est pourquoi nous demandons à toutes les autorités. Il y a encore une chance de corriger cela. Ce projet de destruction doit être arrêté immédiatement, les portes du barrage doivent être ouvertes de manière contrôlée et le réservoir doit être retiré. Le Tigre doit couler librement, la ville antique de Hasankeyf doit continuer à vivre. »
 
Tanrıkulu: 12 000 ans d’histoire détruite
 
Après la lecture de la déclaration à la presse, le principal député du Parti républicain du peuple (CHP) İstanbul, Sezgin Tanrıkulu, a également fait une brève déclaration et exprimé ses préoccupations au sujet de l’ancienne ville de Hasankeyf et de la vallée du Tigre environnante.
 
« Hasankeyf sera englouti à partir du 20 février, mais nous ne sommes malheureusement qu’une poignée de gens ici », a déclaré le député et a ajouté: « Hasankeyf est une histoire de 12 000 ans et cette histoire est détruite au nom d’une énergie qui a seulement un prix économique de 50 ans. Pour une raison quelconque, la Turquie n’a pas encore fait entendre sa voix pour la région. »
 
Gülüm: Il n’est pas tard pour Hasankeyf
 
La députée du Parti démocratique des peuples (HDP) Züleyha Gülüm a pris la parole après Tanrıkulu et a déclaré :
 
« Nous traversons un processus où la nature, l’humanité, l’histoire et la culture sont détruites et cela ne se limite pas à Hasankeyf. Avec le projet du canal d’Istanbul, avec les projets de la mer Noire, avec les projets du mont Ida, à savoir tous à travers le pays, nous sommes confrontés à la destruction.
 
Oui, ce projet est très ancien, il a été rédigé par les gouvernements précédents, mais sa réalisation et sa mise en œuvre malgré tant d’objections ouvertes se sont accélérées sous le gouvernement actuel.
 
Malheureusement, nous ne pouvons pas élever une voix forte. Nous devons nous arrêter et regarder vers nous-mêmes. Nous avons du mal à revendiquer collectivement. Ceux qui élèvent la voix pour la mer Noire ne font pas de même pour Hasankeyf, ceux qui élever la voix pour Hasankeyf ne fait pas de même pour le mont Ida. Aujourd’hui, une partie a été engloutie mais il n’est pas trop tard. »
 
*Pourquoi il faut protéger Hasankeyf et le Tigre ?
 
Premièrement, Hasankeyf (Heskîf en kurde) est le patrimoine culturel de l’humanité avec ses plus de 12 000 ans d’histoire laissée par de nombreuses civilisations successives telles que les Sumériens, les Assyriens, les Babyloniens, les Byzantins, les Omeyyades, les Abbassides, les Artuqides, les Kurdes, etc.
 
Hasankeyf compte plus de 5000 grottes, 300 monticules et n’a pas encore livré tous ses secrets, fautes de fouilles archéologiques…
 
Deuxièmement, ce grand barrage d’Ilisu va chasser de leurs terres les populations qui vivent dans cette région depuis des millénaires. (On parle de plusieurs milliers de personnes ainsi déracinées de la région qui sera inondée par le barrage.)
 
Troisièmement, la réduction du débit des eaux du Tigre asséchera les marais située dans le sud de l’Irak causant une autre catastrophe écologique dans une région déjà dévastée par les changements climatiques et sécheresses répétées, tandis que la nature d’Hasankeyf sera engloutie par l’eau alors que la Turquie l’avait déclarée « zone de conservation naturelle » en 1981.
 
Quatrièmement, avec ce barrage, l’État turc prendra le contrôle des ressources en eau et sera en mesure de couper l’eau du Tigre à tout moment, affectant ainsi l’Irak. L’eau est très importante non seulement pour les Kurdes, mais aussi pour les Arabes et l’Irak. L’eau du Tigre ne doit pas être une arme de guerre laissée entre les mains du pouvoir turc.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici