Conférence kurde au PE: « L’heure des sanctions contre la Turquie »

0
557
BRUXELLES – La 16e Conférence internationale intitulée «L’Union européenne, la Turquie, le Moyen-Orient et les Kurdes» s’est ouverte aujourd’hui au Parlement européen à Bruxelles.
 
La conférence annuelle est organisée par la Commission Civique de l’Union Européenne Turquie (EUTCC) en coopération avec l’Institut Kurde de Bruxelles et voit la participation de plusieurs représentants de partis politiques et personnalités de renom. La conférence est soutenue par la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique (GUE / NGL), les Verts / ALE et les Socialistes et Démocrates (S&D).
 
La conférence a débuté par des discours d’ouverture qui ont également été traduits en kurde.
 
La présidente de l’EUTCC, Kariane Westrheim, a souhaité la bienvenue aux participants à la conférence.
 
Rappelant les 16 années de discussions sur la question kurde, les problèmes en Turquie et la situation au Moyen-Orient, et la recherche d’une solution, elle a également souligné l’importance de ces questions pour l’Union européenne.
 
Mentionnant les problèmes en Turquie et les relations avec l’Union européenne, Westrheim a attiré l’attention sur la politique turque de chantage à l’égard des réfugiés et a déclaré: « L’UE ne devrait pas se laisser captiver par la Turquie ».
 
Le président de l’EUTCC a rappelé que le Rojava était un phare de paix et a accueilli les réfugiés sans jamais faire de cette question une monnaie d’échange jusqu’à l’invasion turque, et a continué; «L’invasion turque a été effectuée en violation du droit international. Le président turc n’a pas caché son intention d’un nettoyage ethnique. L’invasion a déplacé plus de 300 000 civils autochtones. Une nouvelle ceinture arabe est en train d’être créée dans la région et un nettoyage ethnique est perpétré. »
 
L’ADMINISTRATION AUTONOME DEVRAIT ÊTRE RECONNUE
 
Westrheim a souligné que l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est devrait être reconnue par la communauté internationale. Elle a également appelé à la libération du chef du peuple kurde Abdullah Öcalan et à la reconnaissance des Kurdes en tant qu’acteur majeur au Moyen-Orient. Elle a également souligné la nécessité de trouver de nouvelles voies et de développer de nouveaux discours pour progresser sur un chemin droit.
 
VILLUMSEN: ERDOĞAN N’EST PAS AUSSI PUISSANT QU’IL PRÉTEND ETRE
 
Un discours d’ouverture a été prononcé par Nikolaj Villumsen, de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique (GUE / NGL), qui a appelé à la résolution de la question kurde. Il a rappelé la décision de la Cour belge selon laquelle le PKK n’est pas une organisation terroriste et a décrit le verdict comme une «étape majeure».
 
Villumsen a fait remarquer que le président turc Recep Tayyip Erdoğan avait intensifié les tensions, déclarant; «Erdoğan n’est pas aussi puissant qu’il le prétend. Il dépend économiquement de l’Europe. »
 
Villumsen a déclaré qu’Erdoğan plierait le genou en cas de pression économique, ajoutant; «Erdoğan serait faible s’il y avait une forte volonté de l’affronter en Europe.»
 
Le député européen GUE / NGL a exprimé sa solidarité avec les Kurdes, déclarant: «Nous sommes heureux de lutter aux côtés de nos amis.»
 
SCHIEDER: LA CONSTITUTION DEVRAIT IMPLIQUER LES KURDES
 
L’eurodéputé Andreas Schieder de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D) a également prononcé un discours d’ouverture et déclaré que c’était un honneur pour lui de participer à la conférence. Il a parlé de sa visite au Rojava récemment et a souligné que le peuple kurde traversait une période difficile en raison de l’invasion turque.
 
Le Rojava est un succès, il a apporté la stabilité et la paix, a déclaré Schieder, ajoutant que « l’invasion turque a causé de nombreux problèmes dans la région, notamment l’instabilité, les catastrophes humanitaires et les déplacements forcés ».
 
Schieder a souligné la nécessité d’envoyer de l’aide humanitaire dans la région et a souligné que la Constitution en cours d’élaboration lors des pourparlers de Genève devrait impliquer les Kurdes.
 
Il a appelé au déploiement d’une force de paix internationale dans la région et à la prévention de la politique de changement démographique d’Erdoğan.
 
Schieder a également parlé des problèmes actuels en Turquie et a déclaré que le pays avait besoin d’une véritable démocratisation.
 
ALFONSI: RETRAIT DU PKK DE LA LISTE DES ORGANISATIONS TERRORISTES
 
Le discours suivant a été prononcé par l’eurodéputé François Alfonsi des Verts / Alliance libre européenne (Verts / ALE) qui a décrit la lutte du peuple kurde pour la liberté, qui se poursuit depuis des années, comme une lutte exemplaire.
 
Mentionnant la lutte contre l’Etat islamique, Alfonsi a clairement indiqué qu’il n’y aurait pas eu de succès contre l’Etat islamique sans les Kurdes.
 
Alfonsi a mis l’accent sur la nécessité du dialogue, de la paix et de la démocratie en Turquie et a déclaré que le fonctionnement par l’Union européenne du mécanisme de pression économique aurait une grande influence.
 
Alfonsi a fait remarquer que l’inscription du PKK sur la liste des organisations terroristes par l’Europe donnait à la Turquie une arme diplomatique puissante, disant qu’elle travaillerait pour que le verdict belge en faveur du PKK soit un précédent dans les institutions européennes et les Nations Unies.
 
Remarquant qu’Erdoğan était plus faible qu’il y a 10 ans et a décrit son chantage comme une indication de sa faiblesse. Il a noté que les Kurdes étaient dans des conditions difficiles aujourd’hui, mais avaient eu des résultats politiques importants.
 
VICE-PRÉSIDENT DU PE: IL DEVRAIT Y AVOIR DES SANCTIONS
 
Le dernier discours d’ouverture a été prononcé par Dimitrios Papadimoulis, vice-président du Parlement européen, qui a noté que la situation s’était aggravée depuis l’année dernière.
 
«Nous sommes les progressistes qui défendent les droits de l’homme et les droits des Kurdes. L’Union européenne a condamné l’incursion turque en Syrie et le Parlement européen a adopté une motion similaire condamnant l’incursion militaire de la Turquie. Mais cela ne suffit pas, car les situations défavorables et les massacres ne s’arrêtent pas. Il faut des mesures plus strictes. Il devrait y avoir des sanctions.»
 
APPEL À UN EMBARGO SUR LES ARMES
 
Papadimoulis a continué; « Nous devons envoyer un message et exhorter à davantage de pression car Erdoğan profite de la conjoncture. Notre message doit être clair. Respecter le droit international et garantir les droits de l’homme est la seule issue. Toutes les mesures diplomatiques devraient être adoptées à cette fin. Il est temps de sanctionner les autorités turques et cela inclut un embargo sur les armes. »
 
Après les discours d’ouverture, la conférence se poursuit avec deux panels pour discuter «Oppression et résistance en Turquie» et «Les relations UE-Turquie: pourparlers d’adhésion, crise des réfugiés et Kurdes».
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici