Zrîng, ou le prix inestimable du rire en langue maternelle

0
871

KURDISTAN / LANGUE – Pour un lecteur lambda, quoi de plus normal que de parler, rire dans sa langue maternelle ? Ces actes anodins relèvent pourtant du parcours de combattant pour bon nombre de Kurdes. Comment sommes-nous arrivés là ? La réponse est simple: les quatre Etats (Turquie, Syrie, Iran, Irak) occupant le Kurdistan ont interdit purement et simplement le kurde – même dans un cadre privé en ce qui concerne la Turquie – et ce, depuis des décennies… (Aujourd’hui, au Rojava et au Kurdistan d’Irak, on peut recevoir un enseignement en langue kurde qui n’est plus interdite.)

 
Ces interdits ont été accompagnés de politiques de stigmatisation du kurde considérée comme une langue « subalterne », qui n’aurait pas d’héritage écrit… Alors, pour la majorité des deuxièmes ou troisièmes générations de Kurdes qui ont grandi avec cette interdiction et ont dû parler les langues dominantes (turque, arabe, perse), parler en kurde n’a rien d’évident. Mais l’impossible n’étant pas kurde, ils ne baissent pas les bras et des initiatives fleurissent ici et là pour que les jeunes générations se réapproprient leur langue.

Image

Une de ses nombreuses initiatives est le magazine humoristique kurde Zrîng. Le journaliste Barış Balseçer a interviewé Evin Alabay, une jeune graphiste kurde qui milite activement pour que Zrîng atteigne en masse les Kurdes.
 
Le magazine de bande dessinée Zrîng, qui est également distribué aux abonnés du journal Yeni Özgür Politika, a été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme en Europe. Evin, qui a distribué 50 exemplaires du magazine et a fait gagner 25 abonnés au Zrîng par ses propres efforts pour atteindre les masses, dit que le rire est très efficace dans l’apprentissage des langues. Elle a ajouté : « J’ai eu l’excitation de lire quelque chose dans ma propre langue avec Zrîng. »
 
Evin Alabay est la fille d’une famille kurde qui a migré de Konya en Europe en 2007. Alabay, qui vit à Bruxelles, en Belgique, est graphiste. Evin, qui est graphiste dans une agence, reçoit également une formation professionnelle sur le design graphique et l’animation en cours du soir dans une université. Evin gère l’abonnement et la distribution de Zrîng en Belgique, dont le premier numéro a été publié en octobre 2019, et dont le deuxième numéro est consacré à la rencontre avec ses lecteurs. Déclarant qu’elle a grandi dans une famille patriotique, Evin dit que sa famille est dans la lutte kurde, et qu’être dans la lutte c’est la vie. « Je ne pense pas à ce que ma relation avec mes parents aurait pu être si saine s’il n’y avait pas la culture et la moralité de la lutte », dit-elle concernant la communication entre les membres de la famille.
 
L’envie intacte de retourner au pays 
 
Déclarant qu’elle essaie de s’adapter à la vie en Europe d’une part, elle ajoute qu’elle s’efforce de ne pas oublier sa propre culture, sa langue et son essence. Exprimant qu’être migrante, c’est laisser une partie de la personne là où elle grandit et s’enracine, Evin aspirait à la terre d’où elle venait: «Au début, j’avais beaucoup envie de rentrer. Je pensais que je m’y habituerais. Malgré les années écoulées, mon désir de revenir n’a pas pris fin.»
 
L’excitation de la lecture en langue maternelle
 
Evin, qui ne connait pas sa langue maternelle kurde en raison du génocide linguistique / culturel, comme de nombreux Kurdes, travaille également dur pour briser cela et apprendre sa langue maternelle. Soulignant que Zrîng, qui a rencontré le lecteur en Europe avec le journal Yeni Özgür Politika, est très important pour elle à cet égard, Evin explique comment elle a rencontré le magazine : «Je suis quelqu’un qui aime lire des magazines publiés en turc. J’étais très excitée d’apprendre qu’un magazine de bande dessinée et d’humour kurds avait été publié. J’essaie d’apprendre ma langue maternelle. J’étais ravie de lire quelque chose dans ma propre langue. J’ai contacté directement les amis d’Amed. Ils ont déclaré que le magazine avait été remis au lecteur par le biais du journal Yeni Özgür Politika en Europe. Après avoir communiqué avec des amis en Europe, j’ai demandé 50 exemplaires du Zrîng.»
 
D’ores et déjà 25 abonnés
 
Soulignant que Zrîng est une publication culturelle importante de la culture de l’humour kurde, Evin déclare que la raison pour laquelle elle a initialement demandé 50 exemplaires est pour soutenir le magazine. Alabay a déclaré: «Actuellement, 25 personnes sont abonnées. Tous les abonnés sont de jeunes amis. Cette demande a commencé à augmenter de jour en jour.»
 
Les blagues de Zrîng aide à apprendre le kurde
 
Ajoutant que l’humour de Zrîng fait désormais partie des conversations quotidiennes lorsqu’ils rencontrent des amis, Alabay poursuit: «Nous nous montrons les caricatures
et rions des blagues. Je demande aux amis les mots que je ne comprends pas. De plus, en tant que personne qui apprend sa langue maternelle, j’ai vu que l’humour contribue grandement à l’apprentissage des langues. Les mots que nous ne comprenons pas nous incitent à les apprendre. Mon conseil aux jeunes kurdes est que tout le monde lise Zrîng.»
 
La vie est belle en kurde
 
Rappelant la phrase de Neil Armstrong, qui a été le premier à mettre le pied sur la lune, Evin dit : « Ceci est un petit pas pour le Kurdistan libre et un grand pas pour moi en tant qu’individu qui essaie de briser l’assimilation culturelle ». Exprimant la contribution de Zrîng à la langue kurde, Hevin invite  tout le monde à le lire et dit «Jiyan bi Kurdî xweşe» (« La vie est belle en kurde »).
 
Les études culturelles et linguistiques devraient être augmentées
 
Evin critique le fait que les études pour les jeunes vivant en Europe et qui ne connaissent pas leur langue maternelle soient insuffisantes et critique les médias kurdes et les institutions kurdes en Europe pour leur insuffisance à cet égard. Elle déclare que les personnes qui connaissent la langue, l’histoire, la culture et la littérature kurdes devraient également utiliser efficacement les plateformes de partage de vidéos telles que les médias sociaux et YouTube.
 
Les liens avec les institutions sont les liens avec nos racines
 
Exprimant que certaines familles vivant en Europe, en particulier, gardent leurs enfants à l’écart des institutions kurdes, Evin déclare que cela signifie rester à l’écart de leur propre culture et société. « La déconnexion de ces jeunes, qui restent à l’écart des institutions, avec leurs propres racines, les plonge dans l’étrangeté et la corruption culturelle », explique Evin. Elle souligne qu’il est important que les institutions kurdes développent les outils pour garder les jeunes ensemble et renforcer leurs liens avec leur culture.
 
Les jeunes doivent être productifs
 
Evin critique les familles qui éloignent leurs enfants de la lutte et des institutions kurdes et ajoute : « De nombreux jeunes éloignés de la lutte, de leur culture et de leur peuple ont de gros problèmes. Les familles sont la principale raison de ces jeunes qui subissent une corruption culturelle. » Elle souligne également qu’il est important que les jeunes kurdes soient dans les institutions et soient exigeants en termes de création d’opportunités d’activités culturelles. Ajoutant que le magazine Zrîng est un exemple important à cet égard, Evin déclare que le moyen pour de nombreux jeunes de réaliser leur productivité est de se tenir côte à côte avec leurs zones de production.
 
Evin a déclaré que les jeunes kurdes éprouvent une grande amertume lorsqu’ils regardent la production d’autres peuples dans leur propre langue. « Le théâtre kurde, les formations linguistiques et les études sur la culture kurde devraient être renforcés dans la diaspora. Comme dans tous les domaines de la lutte des jeunes, il devrait également en être un pionnier ».
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici