Ballast: Le Rojava n’est pas mort

0
595
SYRIE / ROJAVA – Non, la révolution du Rojava n’a pas été achevée par l’invasion turque, heureusement. On l’avait écrit il y a environs dix jours: l’administration autonome du Rojava n’a pas disparue avec les attaques de la Turquie débutées en octobre 2019. L’administration autonome fonctionne pleinement, malgré les attaques de la Turquie. Bien que nombreuses personnes imaginaient que les responsables du Rojava allaient devoir céder la région autonome au régime syrien d’Assad devant l’invasion turque, jusqu’à présent, les peuples de la Syrie du Nord et d’Est résistent à l’invasion tuque, tout en s’auto-gouvernant et refusant la main-mise du régime central sur le système démocratique mis en place envers et contre tous.
 
Le 11 janvier dernier, lors d’un débat* organisé à Paris par une association amazigh, le journaliste Chris Den Hond avait déclaré que l’attaque militaire turque contre le Rojava avait « renforcé le vivre ensemble entre les peuples du Rojava », à savoir, les Kurdes, Arabes, Turkmènes, Syriaques, dans 30% des territoires syriens contrôlés par les Forces démocratiques syriennes (FDS). Il avait assuré le public en déclarant que le système démocratique de gouvernance mis en place au Rojava continuait à fonctionner et que le retour des forces du régime sur la ligne de la frontière séparant le Rojava de la Turquie n’avait en rien altéré ce système de gouvernance avant-gardiste. Il a insisté sur le fait que les habitants du Rojava refusaient que leurs jeunes soient enrôlés dans l’armée arabe syrienne, préférant rester dans les rangs des FDS. Idem pour l’éducation, chaque communauté ayant aujourd’hui le droit d’avoir un enseignement dans sa langue maternelle, en plus de l’arabe qui est la langue nationale de la Syrie… Ils refusent le système d’éducation actuelle dans la Syrie contrôlée par Assad où seule la langue arabe est autorisée…
 
Dans un long article signé Sylvain Mercadier, la revue Ballast confirme nos dires à travers le témoignage d’un de ses journalistes qui revient tout juste du Rojava.
 
Image ANF
*L’émission / débat du 11 janvier, auquel Chris Den Hond, Baqer Kurdo, un membre de la Représentation du Rojava en France, et Mylène Sauloy, réalisatrice de nombreux documentaires, notamment du « Kurdistan, la guerre des filles » qui met en lumière la lutte des femmes kurdes contre DAECH (l’Etat islamique), ont participé a été réalisée par l’association Tamazgha au Café solidaire de la radio Fréquence Paris plurielle (FPP). Elle sera diffusée prochainement par FPP.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici