Le réservoir du barrage d’Ilisu a atteint Hasankeyf – L’apocalypse est imminente !

0
1101
TURQUIE / BAKUR – Le remplissage du barrage Ilisu, construit dans la région kurde de Batman, se poursuit malgré les vives critiques et protestations des des ONG et des peuples (Kurdes, Arabes…) affectés le long du Tigre.
 
« Il y a près de deux semaines, les eaux du réservoir du barrage ont atteint la ville d’Hasankeyf, vieille de 12 000 ans, qui est l’un des plus beaux sites du patrimoine culturel et naturel de notre planète. « L’apocalypse » prévue par le gouvernement turc devient lentement une réalité », a déclaré la coordination d’Hasankeyf dans un communiqué. (Pourquoi, il faut sauver Hasankeyf?)
(…)
L’image contient peut-être : ciel, plein air, nature et eau
« Nous pouvons arrêter l’apocalypse qui s’est déroulée dans la vallée du Tigre malgré toutes les destructions qui ont été provoquées. Nous ne sommes pas fatigués de répéter qu’il n’est jamais trop tard pour Hasankeyf et le Tigre. Peu importe à quel moment nous abandonnerons le projet Ilısu, ce sera pour notre bien et celui des générations futures ! »

 

Déclaration de la coordination d’Hasankeyf :

L’image contient peut-être : une personne ou plus, océan, ciel, chaussures, plein air, nature et eau
« Le remplissage du controversé barrage d’Ilisu se poursuit malgré les critiques et les protestations véhémentes des communautés touchées le long du Tigre et des organisations de la société civile de toute la Turquie. Il y a presque deux semaines, le réservoir du barrage a atteint la ville d’Hasankeyf, vieille de 12 000 ans, qui est l’un des plus magnifiques sites du patrimoine culturel et naturel de notre planète. L’ « apocalypse » planifiée par le gouvernement turc devient lentement réalité !
 
Situation dans la vallée du Tigre
 
Pris au dépourvu et mal informés, les habitants de la vallée du Tigre, peuplée principalement de Kurdes, sont injustement contraints d’émigrer de leur patrie. De nombreuses personnes, en particulier dans la province de Siirt, ont dû évacuer leurs villages sans prendre certains de leurs biens parce que l’eau montait rapidement.
 
Ce qui a été critiqué par nous et par d’autres au cours des deux dernières décennies se produit pas à pas et les personnes déplacées sont confrontées à la paupérisation dans les nouveaux établissements cibles. Alors qu’il est prévu d’inonder complètement 85 villages et partiellement 124 villages, la Direction nationale de l’eau (DSİ) n’a construit que quatre nouveaux établissements, ce qui oblige des dizaines de milliers de personnes à émigrer vers Siirt, Batman, Diyarbakır et d’autres grandes villes avec de maigres indemnités. Parmi eux, plus de dix mille personnes sans terre n’ont reçu aucune compensation. Ces personnes ne sont soutenues ni par le DSİ, ni par les municipalités nommées par le syndic.
 
Situation à Hasankeyf
 
Après s’être approché du centre du district de Hasankeyf fin décembre, le niveau d’eau du barrage d’Ilisu a augmenté depuis juillet. Jusqu’à présent, environ 35 villages ont déjà été inondés au cours des derniers mois.
Alors que des centaines de familles ont été évacuées d’Hasankeyf vers la nouvelle ville d’Hasankeyf – le site de réinstallation à 2 km au nord – une par une depuis août 2019, au cours des 2 derniers mois, 40 familles vivaient encore dans la vieille Hasankeyf car elles sont devenues sans abri et ne savent pas où elles amèneront leurs animaux. Elles n’avaient accès qu’à une maison de thé et à une épicerie. Ne recevant de l’eau qu’une heure par jour, les familles qui vivent à Hasankeyf sont maintenant confrontées à un déplacement forcé. Leur nombre diminue maintenant avec l’entrée dans la ville.
 
Lorsque le bazar historique a été démoli avec des équipements de construction en novembre, Hasankeyf a reçu un autre coup. Avec la démolition du bazar, des structures remontant à 2 000 ans ont été mises à jour. Les « fouilles de sauvetage » entreprises par le ministère de la Culture pour ces structures ont suscité des critiques.
Les engins de construction continuent d’endommager le tissu historique dans d’autres sites et la barrière de 80 mètres de haut érigée autour du château d’Hasankeyf et constituant un crime en termes de paysage ne cesse de s’élever.
 
Les personnes qui ont déménagé à la nouvelle Hasankeyf ne sont pas satisfaites de leur situation. Comme les touristes ne viennent ni à l’ancien ni au nouveau Hasankeyf, des milliers de personnes ont des revenus nettement inférieurs et risquent de se retrouver au chômage. En plus des difficultés financières, un autre problème important à New Hasankeyf est que l’eau du robinet est imbuvable. C’est pourquoi de nombreuses personnes transportent quotidiennement de l’eau potable de Hasankeyf à New Hasankeyf. Alors que les habitants d’Hasankeyf vivaient autrefois dans et avec l’eau, ils ont maintenant des difficultés à accéder à l’eau potable. Si les gens n’ont pas de possibilités d’emploi et si le problème de l’eau potable persiste, il est probable que les gens devront également émigrer de la nouvelle Hasankeyf. Si cela se produit, la grande majorité de la population de la nouvelle Hasankeyf ne sera pas composée de personnes locales. Les habitants d’Hasankeyf sont maintenant plus que jamais opposés au projet Ilısu.
 
Nous pouvons l’arrêter malgré tout
 
Les personnes directement touchées d’Hasankeyf et des 199 villages élèvent plus que jamais leurs critiques contre le projet Ilisu alors qu’elles subissent les impacts sociaux, culturels et écologiques désastreux attendus. Presque toute la société dans les provinces touchées du bassin du Tigre considère ce projet de destruction, d’exploitation et de domination comme une grande perte et une oppression.
Nous pouvons arrêter l’apocalypse qui s’est déroulée dans la vallée du Tigre malgré toutes les destructions qui ont été provoquées. Nous ne sommes pas fatigués de répéter qu’il n’est jamais trop tard pour Hasankeyf et le Tigre. Peu importe à quel moment nous abandonnerons le projet Ilısu, ce sera pour notre bien et celui des générations futures !
En 2019 en Turquie, des groupes plus divers que jamais se sont opposés au projet Ilısu et ont indiqué que Hasankeyf devait être sauvé. Cette réaction devrait être suscitée à nouveau et le gouvernement devrait être prié d’arrêter de remplir le barrage de Ilısu. C’est urgent, nous n’avons pas de temps à perdre. »
 
1) Voici le lien montrant les premiers jours de l’arrivée au barrage réservoir de Hasankeyf : https://www.youtube.com/watch?v=QXAjqW-M7s4&feature=youtu.be
2) Sur le site web, vous pouvez trouver d’autres photos que vous pouvez utiliser en citant la Coordination de Hasankeyf ou l’Initiative pour maintenir Hasankeyf en vie.
3) Vous pouvez trouver cette déclaration sur le site web de l’Initiative to Keep Hasankeyf Alive : http://www.hasankeyfgirisimi.net/?p=1426
Twitter (en turc et en anglais) : @HasankeyfKoord et @hasankeyfdicle
Facebook (presque uniquement en turc) : @hasankeyfyasatmagirisimi
Courriel : hasankeyfgirisimi@gmail.com
Plus d’informations (en turc et en anglais) : www.hasankeyfgirisimi.net

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici