AccueilMoyen-OrientAnti-impérialistes, Soleimani ne peut être votre héros

Anti-impérialistes, Soleimani ne peut être votre héros

« Être à l’extrémité réceptrice de la machine de guerre impérialiste américaine ne fait pas de vous un anti-impérialiste – encore moins lorsque vous êtes un agent d’un régime meurtrier. » – Hawzhin Azeez
 
Nous vivons dans un monde où nous oublions souvent que plusieurs vérités peuvent coexister en même temps. A une époque de conglomérats médiatiques qui régurgitent les mêmes slogans et titres pro-guerre, et à une époque où les échecs de la gauche sont flagrants et vastes, la vérité est souvent réduite à une dualité simpliste et manichéenne de la perspective noir/blanc, soit/soit, USA/Iran.
 
Les anti-impérialistes qui ont longtemps soutenu la brutalité du régime Assad au nom de la praxis idéologique de gauche défendent avec rage un autre régime brutal et violent – l’Iran – sans aucun égard pour les faits et les réalités historiques ; sans aucun égard pour la réalité de la vie de millions d’Iraniens terrorisés, violés et opprimés en silence ; sans aucun égard pour la réalité quotidienne des opprimés vivant sous une dictature brutale qui n’est surpassée que par la Chine en exécutant des dissidents, des artistes, des féministes et des militants des droits de l’homme.
 
Pourtant, les anti-impérialistes ont transformé le général iranien assassiné Qassem Soleimani en une figure héroïque et stoïque, dégoulinant de charisme et d’une tranquille assurance ; un héros qui a lutté vaillamment contre DAECH [l’acronyme de l’Etat islamique, ISIS en anglais] et a sauvé le peuple iranien qui contraste fortement avec l’incohérence et l’insouciance de Trump. Depuis quand l’anti-impérialisme signifie-t-il être un fervent défenseur des dictateurs maléfiques plutôt que des opprimés et des colonisés ?
 
Quelques vérités de base sur la situation actuelle des Etats-Unis et de l’Iran :
 
1 – Soleimani était un boucher et un instrument de la violence par procuration iranienne qui terrorise des millions de personnes en Iran, Irak, Syrie, Liban, Yémen, etc. Un de ses principaux rôles était de fournir au Hezbollah un flux constant de missiles et de roquettes, tout en déployant discrètement 50 000 militaires iraniens en Syrie pour soutenir le régime brutal d’Assad. Il a contribué à la tragédie qui se déroule actuellement au Yémen grâce au soutien direct de l’Iran aux Houthis.
 
Son rôle dans l’empêchement de l’entrée de DAECH en Iran peut être largement attribué à la division entre les sunnites et les chiites (DAECH est sunnite, l’Iran est un régime chiite avide). Son rôle dans la lutte contre DAECH en Syrie a plus à voir avec le soutien au régime d’Assad et la fin d’un groupe sunnite rival qui menaçait directement sa propre hégémonie régionale, qu’avec le souci de Soleimani d’assurer la paix et la sécurité des gens ordinaires. Au moment où il s’est engagé dans ces interventions étrangères, il était le chef des forces notoires de Quds qui terrorisaient, exécutaient, espionnaient et kidnappaient des organisations et des militants pro-démocratie, des droits des femmes et des droits humains à l’intérieur de l’Iran.
 
Des centaines de milliers de personnes sont mortes à cause du rôle de Soleimani dans la poursuite des objectifs régionaux de l’Iran. Son engagement dans ces pays a eu un impact direct sur les aspirations démocratiques des Kurdes, des Syriens, des Iraniens et d’autres minorités opprimées dans la région.
 
2 – L’Iran est un régime criminel et répressif. Les seuls qui pleurent réellement l’exécution de Soleimani sont les Iraniens conservateurs alliés aux mollahs qui dirigent le régime. Oui, Soleimani représentait le nationalisme iranien, mais dans une vision très spécifique et étroite qui se conformait à la vision des Ayatollah sur « l’Iran ». La plupart des Iraniens, des Irakiens et des Syriens célèbrent la mort de Soleimani en silence, voire ouvertement – bien que lassés. Ils savent également que tuer une tête de figure symbolique – qui a déjà été remplacée par le général de brigade Esmail Ghanni, une figure encore plus conservatrice et notoire du régime iranien – ne met pas fin à une politique mise en œuvre et minutieusement propagée par les ayatollahs.
 
3 – Les Etats-Unis sont une puissance impérialiste criminelle et répressive avec une mémoire malheureusement courte et une incapacité à tirer les leçons du passé en déclenchant des guerres par des interventions directes, des invasions ou des politiques imprudentes comme l’assassinat du deuxième boucher le plus brutal au sein des forces de sécurité notoires iraniennes.
 
Il est vrai que l’Iran réagit de façon beaucoup plus mesurée et modérée. Non pas parce qu’il est nécessairement plus prudent face aux terreurs de la guerre et qu’il respecte la vie de ses propres citoyens, mais plutôt parce qu’il poursuit soigneusement ses objectifs à long terme au moyen de la puissance douce : pression ou soutien économique et politique, et interventions militaires limitées. Elle est mesurée. Elle utilise soigneusement ses mandataires pour mettre en œuvre clandestinement et secrètement ses vastes aspirations et programmes régionaux. Sa seule et unique loyauté est de se préserver elle-même, tout en enracinant les divisions entre chiites et sunnites.
 
Il y a une unité, une cohérence dans la politique étrangère iranienne et dans sa mise en œuvre de la puissance douce – surtout en contraste avec la récente incohérence de la politique étrangère américaine sous Trump. C’est pourquoi un récent rapport de « International Institute for Strategic Studies » a indiqué que l’Iran est le plus grand influent dans la région. C’est pourquoi la réponse de l’Iran a été plus calculée et plus contraignante que la manière irréfléchie et imprudente dont Trump a ordonné l’exécution de Soleimani.
 
Enfin, les citoyens ordinaires du Moyen-Orient, en particulier l’Iran et l’Irak, ne veulent pas d’une guerre avec les Etats-Unis. Ils veulent que le régime ayatollah, qui continue à les terroriser et à influencer leurs réalités quotidiennes avec sa propre sécurité et ses propres intérêts nationaux, soit démantelé, mais pas de la même manière que Saddam a été démantelé en 2003. Cette invasion a entraîné l’échec de l’Irak en tant qu’État, la montée de DAECH et le niveau incompréhensible de violence qui en a résulté, le génocide des Yazidis, la montée des milices Hashd al-Shahbi soutenues par l’Iran et bien d’autres choses encore.
 
Aucune personne saine d’esprit ne veut la guerre. Aucune personne qui aime la démocratie ne veut la guerre avec l’Iran. De même, les sanctions ne feront qu’imposer davantage de pression sur le peuple iranien qui souffre déjà et qui est aux prises avec une crise économique. Le changement de régime doit se faire à l’intérieur, organiquement et par la voix et les actions du peuple iranien. Toute autre chose aura une odeur d’interventionnisme et d’impérialisme – et ne sera jamais considérée comme légitime.
 
Voici quelques dernières vérités de base : Vous pouvez applaudir la fin de Soleimani tout en restant anti-guerre. Vous pouvez condamner la façon dont Soleimani a été exécuté, mais vous pouvez être soulagés qu’il ne soit plus là pour terroriser les gens. Vous pouvez être contre l’impérialisme américain et contre la dictature et la brutalité iraniennes. Être contre l’impérialisme américain, être contre le mépris insouciant de l’humanité de Trump ne signifie pas que vous devez faire de Soleimani un symbole de liberté, ou une idéologie de gauche.
 
Soleimani était un boucher. Trump est un dangereux mégalomane. Les ayatollahs sont tout aussi coupables, dégoulinant du sang de millions de personnes à travers la région en finançant des groupes terroristes et des guerres par procuration. Laissez Soleimani mourir le boucher qu’il était, avec une fin illégale appropriée – la même que celle qu’il a donnée à des milliers de personnes – sans en faire un héros anti-impérialiste du peuple et, par extension, justifier le régime iranien.
 
La seule loyauté que vous devriez avoir devrait être pour les gens ordinaires d’Iran, d’Irak et de la région. Nous sommes en 2020, et il est temps que nous commencions à considérer ces questions dans toute leur complexité, en réalisant que de multiples vérités peuvent coexister et qu’une analyse simpliste ne sert à personne d’autre que ceux qui ont faim de guerre.
 
Hawzhin Azeez est une universitaire, activiste et poétesse kurde. Elle est titulaire d’un doctorat en sciences politiques et relations internationales. Elle est actuellement chargée de cours au Centre for Gender and Development Studies de l’Université américaine d’Irak, à Sulaimani.
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici