Le message du nouvel-an de la Communauté des femmes du Kurdistan

0
992

« Nous devons commencer à rompre avec le système en nous-mêmes, dans notre propre personnalité, afin de pouvoir combattre le système avec succès. Nous devons devenir immunisés contre le capitalisme et ses offres. Si nous ne concilions pas notre lutte politique avec notre personnalité, avec nos pensées, nos sentiments et nos actions, nous agirons – sans le vouloir – en sa faveur. Par conséquent, un objectif de notre lutte au cours de l’année à venir devrait être une offensive idéologique contre le capitalisme dans nos personnalités. »

Pour la nouvelle année, la communauté des femmes du Kurdistan appelle à remplir l’internationalisme d’un nouvel esprit et de nouvelles actions, en déclarant que : « L’internationalisme du 21ème siècle doit être capable de penser, de sentir et d’agir localement et universellement. »

La Communauté des femmes du Kurdistan (Komalên Jinên Kurdistan, KJK) a publié un message du Nouvel An. Dans la déclaration, l’organisation fait des propositions concrètes pour surmonter la modernité capitaliste et appelle à une lutte internationaliste contre l’ancien système.

« Nous devons commencer à rompre avec le système en nous-mêmes, dans notre propre personnalité, afin de pouvoir combattre le système avec succès. Nous devons devenir immunisés contre le capitalisme et ses offres. Si nous ne concilions pas notre lutte politique avec notre personnalité, avec nos pensées, nos sentiments et nos actions, nous agirons – sans le vouloir – en sa faveur. Par conséquent, un objectif de notre lutte au cours de l’année à venir devrait être une offensive idéologique contre le capitalisme dans nos personnalités », dit le KJK.

Voici l’intégralité du message du Nouvel An du KJK :

« Chers camarades,
Depuis les zones de combat et de résistance, depuis les montagnes libres du Kurdistan, nous vous envoyons notre amour et nos plus chaleureuses salutations de solidarité. Plus que jamais, nous sommes déterminés à construire un socialisme démocratique sous la forme d’un confédéralisme démocratique comme alternative à la modernité capitaliste.

Avec cet esprit, nous nous souvenons de tous nos camarades internationalistes comme les camarades Ronahî (Andrea Wolf), Nûdem (Uta Schneiderbanger), Amara (Ekîn Ceren Dogruak), Rojvan Kobanî (Emir Kubadi), Bagok Serhed (Ashley Johnston), Kemal (Erik Konstandinos Scurfield), Avaşîn Têkoşîn Güneş (Ivana Hoffman), Aryel Botan (Mihemed Hisên Kerîm), Gelhat Rûmet (Keith Broomfield), Karker Kobanê (Rifat Horoz), Bagok Serhed (Reece Harding), Dilsoz Bahar (Kevin Jochim), Gabar Rojava (John Robert Gallagher), Rustem Cudî (Günter Hellstern), Kendal Qaraman (Mario Nunes), Gabar Amed (Jamie Bright), Agîr Şervan (Levi Jonathan Shirley), Givara Rojava (Carl Evans), Toprak Çerkez, Rodî Çekdar (Martin Gruben), Firaz Kardo (Badin Abdulhamid Mohammed Al-Imam), Cîwan Firat (Jordan MacTaggert), Amed Kobanê (William Savage), Rojbîn Agirî (Michael Israel), Berxwedan Gîvara (Ryan Lock), Kawa Amed (Paolo Todd), Demhat Goldman (Robert Grodt), Rodî Deysie (Nicholas Alan Warden), Soro Zinar (Luke Rutter), Zafer Qereçox (David Taylor), Orhan Bakırcıyan (Nubar Ozanyan) Şoreş Amanos (Jac Holmes), Canşêr Zagros (Oliver Hall), Delîl Emerîka (Jake Klipsch), Baran Galicia (Samuel Prada Leon), Kendal Breizh (Olivier François Jean Le Clainche), Baran Sason (Sjoerd Heeger), Şevger Ara Makhno, Şahîn Huseyni (Haukur Hilmarsson), Hêlîn Qereçox (Anna Campbell), Lêgerîn Çiya (Alîna Sanchez), Şiyar Gabar (Jakob Riemer), Şahîn Qereçox (Farid Medjahed), Giovanni Francesco Asperti (Hîwa Bosco), Bager Nûjiyan/Xelîl Viyan (Michael Panser), Têkoşer Piling (Lorenzo Orsetti), Sara Dorşîn (Sarah Handelmann), Andok Cotkar (Konstantin) et bien d’autres qui ont décidé de donner leur vie pour un avenir collectif.

Les martyrs sont immortels parce qu’ils continuent à vivre dans notre lutte et dans nos réalisations. A eux, nous renouvelons notre promesse de continuer notre lutte commune avec détermination jusqu’à ce que nous ayons atteint nos objectifs. En même temps, nous nous souvenons des milliers d’hommes et de femmes qui, dans le monde entier, ont perdu la vie en 2019 dans les luttes pour la liberté, la paix et la démocratie.

Une autre année de lutte et de résistance touche à sa fin et une nouvelle année nous attend. La troisième guerre mondiale, que les puissances hégémoniques ont déclenchée il y a 21 ans au Moyen-Orient avec la conspiration internationale contre notre dirigeant Abdullah Ocalan, se poursuit depuis lors et s’étend de plus en plus à d’autres régions du monde. La crise profonde et structurelle du système de gouvernement est évidente partout, bien que les formes diffèrent. Cette crise ressemble à une conflagration qui ne peut plus être arrêtée. Chaque tentative des puissances impérialistes de réorganiser le monde selon leurs intérêts approfondit cette crise et produit de nouvelles sources de conflit.

Les problèmes et les crises se renforcent mutuellement à différents niveaux et se manifestent, entre autres, par les guerres, la pauvreté, les déplacements, les changements démographiques jusqu’aux génocides et aux féminicides, le colonialisme, la négation des identités et des cultures, l’anéantissement, la violence, le militarisme, la destruction écologique et l’état de désolation des systèmes d’éducation et de santé. Le vrai visage de la modernité capitaliste a été démasqué. Sa responsabilité dans l’injustice, l’exploitation, l’oppression, la violence, la guerre et la destruction ne peut plus être dissimulée.

La modernité capitaliste, basée sur une histoire vieille de 5000 ans de domination et d’exploitation patriarcale et étatique, est la cause de tous ces problèmes sur notre planète. Il ne s’agit pas de « catastrophes naturelles ».

La recherche du profit, du gain et du pouvoir maximum par une petite minorité conduit à une exploitation maximale de toutes les ressources matérielles et des valeurs immatérielles. Aux yeux des dirigeants, tout est dégradé en un objet d’exploitation : les humains, les animaux, la nature, les idées et même les sentiments. C’est un processus de manipulation et d’aliénation dans lequel les dirigeants veulent imposer leur vérité à tous les gens, et la rendre crédible et acceptable.

Sous les yeux du monde entier, des coups d’État contre des gouvernements qui ne sont pas conformes aux intérêts impérialistes ou nationaux sont lancés, comme par exemple en Bolivie, au Venezuela et en Catalogne. Ou bien des forces extérieures tentent d’instrumentaliser la colère de la population rebelle pour leurs propres intérêts, comme on peut l’observer en Irak, en Iran ou au Liban. Pendant ce temps, des régimes fascistes comme le régime d’Erdogan en Turquie sont courtisés comme « partenaires importants » par les organisations et les puissances internationales.

Avec un soutien international, ces dictatures peuvent mener des guerres d’occupation qui sont en contradiction avec le droit international, comme par exemple contre Rojava et le nord de la Syrie. Des génocides sont commandités à des organisations terroristes telles que ISIS et Boko Haram afin que ces Etats ne se salissent pas officiellement les mains. Des milliers de vies sont sacrifiées pour confisquer et piller les matières premières. Les dirigeants assourdissent le peuple avec le nationalisme, le fondamentalisme religieux, le sexisme et le positivisme pour masquer leur cupidité illimitée. Dans de nombreux endroits, une grande partie de la population est ainsi transformée en partisans et en adeptes du système d’exploitation.

Ce n’est pas un hasard si, en ces temps de crise, on observe dans tous les pays un glissement vers le populisme de droite, qui conduit à des mobilisations et des régimes ouvertement dictatoriaux et fascistes. Afin de pouvoir maintenir le système patriarcal et capitaliste au pouvoir qui est la cause des crises, l’État-nation prend de plus en plus sa forme nationaliste-fasciste extrême, comme il l’a déjà fait lors des crises du 20e siècle. Tous les acquis et les valeurs progressistes de l’humanité ont été suspendus ou sont gravement menacés.

La crise systémique est la plus évidente dans l’escalade de la violence systématique contre les femmes, le meurtre des femmes et l’oppression des femmes dans le monde entier. Nous ne devons jamais oublier que la modernité capitaliste s’est construite sur la base de l’assujettissement des femmes et de la destruction des formes de société centrées sur les femmes et fondées sur la solidarité. Toutes ses formes d’oppression sont basées sur le modèle de la tyrannie patriarcale. Au cours de la troisième guerre mondiale, l’agression contre nous, les femmes, s’est également intensifiée et est devenue de plus en plus meurtrière. D’une part, les institutions étatiques intensifient leurs attaques contre les femmes et les droits acquis par les luttes des femmes.

D’autre part, le sexisme au sein de la société est massivement attisé. Les religions monothéistes, en particulier, sont utilisées à cette fin. Déjà à leur époque, ces religions définissaient le statut de la femme comme potentiellement pécheresse et comme servante des hommes. Par ce biais, une deuxième rupture entre les sexes s’est accomplie dans l’histoire, qui devait définir l’oppression des femmes comme leur « destin ».

Aujourd’hui aussi, les arguments religieux, sexistes et patriarcaux sont à nouveau utilisés pour repousser les femmes dans des rôles classiques, pour briser leur intégrité et leur identité de combattantes de la liberté et pour les priver de leurs droits durement acquis. Plus l’État est répressif à l’égard de la population, plus les attaques contre les femmes deviennent brutales. Les assassinats de la politicienne kurde Hevrîn Xelef, de l’artiste chilienne Daniela Corrasco, ou encore le lynchage de femmes indigènes en Bolivie sont des cas exemplaires de féminicides perpétrés par les autorités de l’État au cours des derniers mois seulement.

La violence masculine contre les femmes est légitimée par les politiques misogynes systématiques des États et elle est en augmentation. Selon les rapports de l’ONU, 87 000 femmes ont été assassinées en 2017, et le nombre de cas non signalés est en fait beaucoup plus élevé. Partout où le système capitaliste s’impose, la situation des femmes se détériore. Les femmes sont privées de leurs moyens de subsistance, de leur impact social et de leur autodétermination. Les femmes sont isolées, soumises à des contraintes sociales, privées de leurs droits et de plus en plus écartées de tous les domaines de la vie. Car le capitalisme est patriarcal à tous les niveaux.

Alors que les attaques contre les femmes, les communautés et les personnes opprimées augmentent à tous les niveaux, de plus en plus de personnes à travers le monde disent « Ya basta ! Êdî bes e (ça suffit)! » et s’opposent à ces attaques.

De plus en plus de gens prennent conscience que le système au pouvoir, qui est la cause des crises, n’a pas de solution à offrir. C’est pourquoi ils cherchent des alternatives collectives, solidement unies et écologiques qui valorisent la vie, l’homme et la nature et donnent un sens à la vie. Le confédéralisme démocratique et le paradigme d’une société démocratique et écologique basée sur la libération des femmes, qui ont été développés par notre leader Abdullah Öcalan et qui font avancer la lutte révolutionnaire et les processus de construction d’alternatives sociétales au Kurdistan depuis plus de 15 ans, sont une telle alternative.

Cela est devenu clair, surtout avec la participation internationaliste et la large solidarité pour la défense et la construction de la Révolution Rojava. C’est une épine dans le pied de la classe dirigeante. Parce qu’ils veulent faire croire à l’humanité entière qu’il n’y a pas d’alternative à leur système d’oppression et que nous devons tous nous soumettre à leurs diktats. Mais nous avons pris notre propre décision contre le choix entre la peste et le choléra. Nous insistons sur notre troisième voie, qui consiste à créer nos politiques démocratiques, l’organisation de la société et l’autodéfense avec notre propre volonté. Par conséquent, toutes les forces impérialistes régionales et internationales – malgré leurs différences entre elles – sont unies dans leur tentative d’écraser notre lutte pour la liberté et notre modèle d’autonomie démocratique.

Pour cette raison et avec cette tâche, le régime de l’AKP [la parti au pouvoir en Turquie] est toujours au pouvoir et est soutenu par les puissances internationales. En 2019, le gouvernement fasciste illégitime de l’AKP a intensifié une fois de plus ses attaques contre notre lutte de libération. Le 9 octobre 2019, exactement le jour de l’anniversaire de la conspiration internationale, il a commencé une nouvelle invasion au Rojava, dans le nord et l’est de la Syrie. Les zones occupées par l’armée turque et ses troupes mercenaires fascistes-jihadistes sont soumises à l’arabisation, la turquisation et l’islamisation.

Dans ces régions, une politique systématique de changement démographique et de dépeuplement est menée. Au lieu de la population locale native, des familles arabes sunnites ou turkmènes de Turquie, d’autres régions de Syrie et d’autres pays s’installent ici, la plupart d’entre elles étant membres ou sympathisants de groupes djihadistes. Ces changements démographiques forcés constituent un génocide culturel. En même temps, des violations draconiennes des droits de l’homme continuent dans la région africaine occupée par la Turquie. La population africaine est attaquée à la fois par les forces djihadistes et par l’État turc.

L’état d’urgence imposé aux Kurdes de Bakûr (Kurdistan du Nord) et de Turquie se poursuit également. La population n’est même pas autorisée à protester. Toute action publique est interdite. Les simples expressions d’opinion dans les médias sociaux sont punies de longues peines de prison. Les prisons sont à nouveau surpeuplées de Kurdes et de membres de l’opposition. Les maires kurdes sont arbitrairement démis de leurs fonctions et arrêtés par le biais d’un coup d’État de l’AKP contre les autorités locales.

A la place des maires élus, des administrateurs forcés sont nommés. La volonté de la population est déclarée nulle et non avenue. Cela conduit des familles entières à se suicider collectivement car elles ne peuvent plus se nourrir et encore moins s’exprimer. La population est littéralement privée de souffle. La dictature de l’AKP serait entrée dans l’histoire il y a longtemps si elle n’avait pas été continuellement soutenue par les puissances internationales, celles qui veulent rendre l’AKP fonctionnel pour écraser la lutte pour la liberté des Kurdes. L’AKP n’a cessé de perdre son approbation et son soutien.

L’AKP a littéralement pillé le pays. Erdogan a utilisé son pouvoir pour s’enrichir, ainsi que sa famille et sa clique de pouvoir. La corruption ne peut plus être cachée, alors Erdogan se bat maintenant pour son pouvoir et sa vie. Lui et son parti sont également conscients que sa fin ne peut être arrêtée. C’est pourquoi de plus en plus de membres de son parti quittent le navire qui coule. Ce qui a finalement causé le naufrage de ce navire, c’est notre lutte et notre insistance sur la liberté.

Nous traversons certainement des moments difficiles. Mais tout comme l’histoire entière de l’humanité n’est pas seulement l’histoire des dirigeants, le présent n’est pas seulement le présent des puissances fascistes, patriarcales et coloniales. En tant que femmes, peuples, classes opprimées et différents groupes sociaux, nous vivons simultanément une nouvelle période d’éveil et de renaissance. La politique de la classe dirigeante rencontre partout une résistance massive, les gens n’ont plus peur. Les protestations de masse qui se poursuivent pendant des mois déterminent le caractère de cette résistance. Ensemble, des barricades sont mises en place, des alliances sont renforcées.

Les rues sont devenues des lieux de créativité, de politisation et de résistance. Sous le slogan « Les vendredis pour l’avenir », les jeunes mobilisent des millions de personnes dans le monde entier dans des actions de protestation pour la protection du climat et pour s’opposer aux entreprises. Les gens descendent dans la rue, que ce soit pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail ou pour protester contre la guerre et la destruction.

Ils protestent et résistent contre la corruption et la dictature, contre le patriarcat et la pollution de l’environnement, contre le racisme et le fascisme. Ce qui caractérise ces protestations, c’est que beaucoup de gens ont perdu à la fois leur confiance dans l’État et leur peur du pouvoir étatique. Des centaines de personnes ont perdu la vie au cours des derniers mois lors de manifestations de masse dans différents pays du monde comme l’Irak, l’Iran, le Chili ou la Bolivie. Les gens refusent que la politique soit faite au-dessus de leur tête en leur nom. Ils veulent s’impliquer, avoir leur mot à dire, participer à sa formation.

Mais le garant d’une vie durable, meilleure, juste et autodéterminée pour tous les peuples est la lutte de libération des femmes. Ce n’est pas un hasard si notre leader Öcalan a déclaré que le XXIe siècle était le siècle de la libération des femmes. Le siècle précédent était caractérisé par les luttes de classe et les luttes de libération nationale. Aucune de ces deux approches n’a réussi à développer l’alternative propagée au système, parce que la mentalité patriarcale et les structures de pouvoir n’ont pas été suffisamment remises en question et surmontées. Les femmes libres sont la principale dynamique de la vie et de la société humaine. Une société dans laquelle les femmes ne peuvent pas participer de leur plein gré à la vie et dans tous les domaines de la société, est une société qui ne peut pas créer sa politique, sa vie communautaire et son économie autodéterminées. Par conséquent, elle est exposée à toutes sortes d’oppression et de contrôle étranger.

Avec nos efforts pour défendre et réactiver une culture sociale éthico-politique, nous vivons, en tant que femmes, un réveil d’espoir. Nous avons recommencé à bouger. Et plus nous bougeons, plus nous ressentons nos chaînes et cela augmente notre volonté de les briser et de nous libérer. Après plus d’un demi-siècle, les femmes du monde entier descendent à nouveau dans la rue en masse. Dans toutes les manifestations, les femmes sont une force motrice de premier plan.

« La place de la femme est la révolution » est un slogan qui a caractérisé les luttes des femmes en 2019. La modernité capitaliste ne peut être repoussée et combattue efficacement qu’avec des organisations féminines libres et indépendantes et une lutte féminine déterminée et radicale.

Nous constatons actuellement que le libéralisme, l’idéologie principale du capitalisme, commence à s’effriter. L’indifférence, l’égoïsme et l’attitude apolitique de la société, profondément enracinés et paralysants, se brisent de plus en plus. Le besoin de collectivité, de solidarité et d’organisation devient de plus en plus important pour les gens. Le mensonge capitaliste de la  » fin de l’histoire  » est mis à nu par la résistance du peuple et la vérité est que la fin de la modernité capitaliste est en train de se produire de nos jours. Il devient de plus en plus clair que nous n’avons pas seulement le même ennemi et adversaire, mais que nous menons aussi la même lutte avec les mêmes objectifs.

Nos luttes pour nos rêves, nos espoirs et nos visions de liberté, d’autodétermination, d’égalité et de démocratie, en tant que femmes, en tant que peuples, classes, groupes et individus opprimés, sont les mêmes. Nous ne pouvons réussir que si nous nous mettons en réseau, nous connectons et nous organisons à l’échelle mondiale. La solidarité mondiale avec la lutte de libération au Kurdistan, qui s’est exprimée dans le slogan « Nous sommes vos montagnes » et la diffusion de la campagne, les actions et les étapes d’organisation dans le cadre de la campagne internationale « Les femmes défendent la Rojava » sont très précieuses et puissantes.

Il est maintenant temps de donner suite à cela et de remplir l’internationalisme d’un nouvel esprit et de nouvelles actions. L’internationalisme du 21ème siècle doit être capable de penser, de sentir et d’agir aussi bien localement qu’universellement. Le confédéralisme démocratique permet de mener des luttes au niveau local ou régional, mais de relier, de coordonner et de remporter des victoires au niveau mondial. Nous devons réussir à développer et à vivre partout nos formes de vie et de société alternatives, libertaires et communautaires, sur la base de la démocratie, de l’écologie et de la libération des femmes.

Pour cela, nous avons besoin de mentalités, d’organisation, de relations et de structures de solidarité qui soient libres de tout pouvoir, de toute concurrence et de toute pensée possessive. 2019 a été une année de résistance et une année avec un potentiel révolutionnaire. Tous les signes indiquent que la nouvelle année sera encore plus émouvante, plus militante, plus révolutionnaire. En tant que mouvement, nous nous sommes préparés et armés pour les nouveaux défis. La lutte commune des peuples du monde entier déterminera l’issue de cette bataille des systèmes : Soit la modernité démocratique ou la destruction capitaliste, soit le socialisme démocratique ou la barbarie, soit la libération des femmes ou les féminicides… Nous devons nous préparer à une augmentation des attaques, du fascisme et des guerres.

La modernité capitaliste, qui est de plus en plus acculée, va essayer de prolonger son existence par tous les moyens, soit par la violence, soit par la restauration. Elle utilisera à la fois des méthodes dures et « douces ». Elle essaiera de diviser le peuple, de jouer les luttes les unes contre les autres, d’approfondir la dégénérescence et l’inutilité de la vie et des valeurs. Par conséquent, nous devons être très vigilants, attentifs et nous concentrer sur notre lutte et notre organisation. Plus nous relierons et répandrons nos luttes au cours de la nouvelle année, plus nous pourrons riposter avec succès aux attaques du système et les laisser se réduire à néant. Aucune lutte ne doit rester désorganisée et sans solidarité.

En 2020, nous devons rendre nos actions encore plus efficaces et efficientes et élargir les domaines de nos luttes. Nous devons également être conscients que nous ne pouvons vaincre la modernité capitaliste avec succès que si nous surmontons toutes ses caractéristiques également dans nos propres personnalités. Nous devons commencer à rompre avec le système en nous-mêmes, dans notre propre personnalité, afin de pouvoir combattre le système avec succès. Nous devons nous immuniser contre le capitalisme et ses offres.

Si nous ne concilions pas notre lutte politique avec notre personnalité, avec notre pensée, nos sentiments et nos actes, nous agirons – sans le vouloir – en sa défaveur. Par conséquent, l’un des axes de notre lutte pour l’année à venir devrait être une offensive idéologique contre le capitalisme dans nos personnalités. Cela signifie qu’il faut remettre en question, combattre et surmonter les attitudes, les modes de vie et les caractéristiques patriarcales, nationalistes, positivistes et libérales. Nous ne pouvons pas lutter de manière crédible pour la liberté si nous vivons nous-mêmes dans des rapports de force et reproduisons des hiérarchies.

(…)Une révolution signifie apporter des changements fondamentaux, libérateurs, fortifiants à chaque seconde, à chaque moment de la vie, dans sa propre personnalité, dans sa propre organisation, dans ses propres collectifs et dans la société. Nous voyons comment la peur se répand parmi les gouvernants alors que la résistance devient de plus en plus contagieuse parmi les opprimés. Les gouvernants ont peur des femmes et des hommes organisés, des personnes qui veulent vivre de façon autodéterminée, libre et collective.

L’étincelle de la liberté et la flamme de la résistance se répandent dans le monde entier. Nous ne devons pas hésiter et ne pas nous laisser prendre par de petits calculs. Nous avons une responsabilité historique. Cela vaut non seulement pour ce que nous faisons, mais aussi pour ce que nous aurions dû faire mais que nous n’avons pas fait. Nous avons de grands objectifs devant nous et nous sommes convaincus qu’ensemble, nous retrouverons une vie et une société libres.

Avec beaucoup de détermination, de motivation et d’enthousiasme pour les actions, nous vous souhaitons à tous une nouvelle année réussie, militante et puissante.

Jin Jiyan Azadî ! Bijî Serok Apo ! Vive la solidarité internationale ! »

 

Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici