TURQUIE. La province de Van dépossédée de ses élus kurdes

0
677
TURQUIE / BAKUR – Bien que les habitants de Van aient choisi le parti HDP lors des élections locales de mars 2019, le gouvernement turc a remplacé par des administrateurs les maires kurdes à Van et dans ses dix districts.
 
Van est la deuxième plus grande ville du Kurdistan de Nord (Bakur) et, comme une grande partie du Bakur, un bastion du Parti démocratique des peuples (HDP). La population kurde vit sous la répression politique et militaire constante du régime d’AKP. Malgré toutes les tentatives de fraude électorale et de chantage, l’AKP a été battu à chaque élection locale dans la province et également le 31 mars de cette année. Le régime turc n’a cependant pas accepté le choix du peuple kurde. Les municipalités remportées par le Parti des régions démocratiques (DBP, parti kurde) en 2014 avaient déjà été remplacées par des administrateurs nommés par l’État. Désormais, les co-maires du HDP élus au printemps dernier ont connu le même sort. Dans les dix districts régis par le HDP ainsi que dans la ville elle-même, des administrateurs ont été nommés à partir d’août 2019.
 
Aux élections du 31 mars, le HDP a remporté 53% des voix à Van, 75% dans le district d’Özalp, 54% dans le district d’Ipekyolu, 49% dans le district d’Erçiş, 42% dans le district de Muradiye, 53% dans le district de Çaldıran, 52% dans le district de Tuşba, 53% dans le district d’Edremit, 61% dans le district de Saray et 71% dans le district de Başkale. Dans toutes ces localités, le régime de l’AKP a destitué et emprisonné les co-maires démocratiquement élus et nommer des administrateurs.
 
Van est une épine dans le pied d’Erdoğan
 
À maintes reprises, le président turc Tayyip Erdoğan a tenté de toutes ses forces de remporter les élections dans la province de Van. Il a utilisé tous les moyens à sa disposition, de la fraude électorale à la corruption et aux menaces. Mais bien qu’il se soit engagé dans la campagne électorale à Van avec de grandes ressources, son parti a subi à plusieurs reprises d’importantes défaites dans l’importante province kurde, y compris lors des élections du 31 mars. Avant les élections, Erdoğan avait annoncé que si le HDP remportait les élections, tous les élus seraient révoqués. Il a commencé à concrétiser cette menace le 19 août en faisant destituer les co-maires d’Amed (Diyarbakır), Van et Mardin et les remplacer par des administrateurs. Après la nomination du syndic à Van, des dizaines d’employés municipaux ont été licenciés et des centaines ont été transférés dans des endroits reculés.
 
Deuxième tremblement de terre à Erciş
 
Le gouvernement AKP a nommé un administrateur de la municipalité d’Erciş le 15 octobre et a fait arrêter la co-maire Yıldız Çetin. Elle a été exilée à la prison d’Osmaniye, à environ 800 kilomètres de Van, le 11 décembre. Erciş est une ville traumatisée qui avait été complètement détruite par le tremblement de terre de 2011 et se remettait lentement sur pied avec le élection d’une administration municipale du DBP en 2014. Le DBP est un parti frère du HDP. L’administrateur (kayyum) nommé par l’État a régné sur le district de 2016 à 2019 et a distribué tous les actifs de la municipalité aux partisans de l’AKP. Lors des élections du 31 mars, la population a de nouveau voté pour le HDP. L’administration HDP a modernisé de grandes parties de la ville en peu de temps et a reçu un fort soutien de la population. Mais l’AKP a envoyé un autre kayyum le 15 octobre.
 
İpekyolu: Le kayyum suspend les aides aux citoyens
 
Le plus grand district de Van est İpekyolu. Le 8 novembre, les co-maires HDP d’İpekyolu ont été emprisonnés et remplacés par un administrateur nommé par le ministère de l’Intérieur. Le co-maire Azim Yacan a été emmené dans la lointaine prison d’Erzurum. Le syndic a alors suspendu tous les services de l’administration de la ville. Auparavant, par exemple, les agriculteurs avaient reçu des semences de la municipalité et des serres avaient été construites dans de nombreux villages.
 
Quartier converti en village par l’AKP
 
Saray se trouve directement à la frontière iranienne. En raison de l’embargo imposé par la Turquie, la ville ressemble à un petit village. Bien que le district soit à la frontière du Kurdistan oriental (Rojhilat), il ne peut pas profiter du commerce frontalier. L’État turc a systématiquement entravé le développement économique de Saray. Ls habitants de Saray ont voté pour le DBP en 2014 et le HDP en 2019. Le HDP a remporté 61% des voix aux élections locales du 31 mars. Le 2 novembre, un administrateur a été nommé dans le district et la co-maire Caziye Duman a été arrêtée.
 
Le co-maire se voit refuser son mandat pour licenciement par un décret loi
 
Dans les districts de Tuşba, Edremit et Çaldıran, l’AKP a également perdu les élections. Bien que le co-maire de Tuşba, Yılmaz Berki, ait été élu avec 53% des voix, il n’a pas reçu de mandat. Le fait qu’il ait été licencié de la fonction publique par un décret loi (KHK) pendant l’état d’urgence a servi de prétexte. Le politicien de l’AKP, Salih Akman, a été nommé à sa place.
 
À Edremit, la co-maire HDP, Gülçan Kaçmaz Sayyiğit a pu obtenir 54% des voix. Ici aussi, un licenciement par décret d’état d’urgence a servi de prétexte pour ne pas lui accorder de mandat. À sa place, le politicien de l’AKP Ismail Sayı a été nommé maire.
 
À Çaldıran, la co-mairesse Leyla Balkan, élue avec 53% des voix, n’a pas été autorisée à prendre ses fonctions après avoir été élue par le peuple, encore une fois pour sa destitution avec un décret loi.
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici