A quand la justice pour le massacre de Roboski ?

0
2130
TURQUIE / BAKUR – Le 28 décembre 2011, 34 civils kurdes ont été tués par des frappes des avions turcs. Huit ans après, les familles exigent toujours justice et vérité.
 
Dans le village de Roboski, à Şırnak/Uludere, la vie a complètement et irréversiblement changé il y a 8 ans.
 
Des avions de guerre turcs ont bombardé un groupe de commerçants kurdes, dont des enfants et des adolescents, le 28 décembre 2011. C’étaient des commerçants transfrontaliers, des civils essayant de gagner leur vie comme ils le faisaient depuis des générations, à travers une frontière divisant le Kurdistan qu’ils ne voulaient pas et qui était tracée par des puissances mondiales.
 
Sept ans se sont écoulés et les femmes et les hommes de Roboski réclament justice et vérité pour les victimes, dont 19 avaient moins de 18 ans. Jusqu’à présent, ils ont été privés des deux. Pourtant, ils n’ont pas abandonné et peu importe le nombre de gifles qu’ils reçoivent, ils continuent, plus déterminés que jamais.
 
La justice et la vérité ne peuvent pas être enterrées
 
Le village tout entier était d’une manière ou d’une autre lié aux 34 civils kurdes qui ont perdu la vie. Ils étaient fils, cousins, pères, amis, frères…
 
Difficile recherche de justice
 
Le dossier préparé par le parquet général d’Uludere sur le massacre a été transmis au parquet général de l’Etat-major.
 
Le dossier est ensuite parvenu à la Cour constitutionnelle (AYM) où il a été rejeté pour « documents manquants ».
 
Le dossier de 281 requérants a ensuite été transmis à la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).
 
La CEDH, après 2 ans, a rejeté la demande en disant que tous les recours auprès des juridictions nationales n’avaient pas été épuisés.
 
La répression frappe les familles
 
La répression des Kurdes par le gouvernement AKP est une réalité quotidienne depuis l’arrivée au pouvoir du parti, et elle revêt des formes diverses.
 
Dans le cas des familles qui recherchent la justice et la vérité, il existe un schéma de harcèlement systématique. Il vise à décourager et à réprimer les familles de ceux qui ont déjà payé un lourd tribut aux mains du parti au pouvoir AKP.
 
Après avoir ordonné le massacre de Roboski, le 28 décembre 2011, le gouvernement de l’AKP a fait de grands efforts pour s’assurer non seulement que le massacre soit couvert, mais que les familles des 34 civils massacrés ne soient pas jugées.
 
La répression des membres des familles des victimes a commencé presque immédiatement après le massacre. Après une tentative moyenne d’acheter le silence des familles, le gouvernement, voyant que la tentative a échoué et que les familles voulaient la justice, a commencé à harceler lentement mais constamment les proches des victimes.
 
Il ne serait pas loin de la vérité de dire que presque tous les membres de la famille des différentes victimes ont été à un moment ou un autre placés en détention. Certains ont été placés en détention provisoire et emprisonnés, d’autres sont toujours en prison, comme le cas du député de Sirnak pour HDP, Ferhat Encü.
 
Quand la loi est sous le contrôle du parti au pouvoir
 
L’Association Roboski pour la paix (Roboski-Der), fondée en 2013 par les familles des civils assassinés le 28 décembre 2011, a été fermée en 2017 par un décret-loi.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici