Conférence sur le Rojava au PE : Erdoğan est un criminel de guerre et il doit être jugé

0
474
BRUXELLES – Au 2ème jour de la conférence sur le Rojava au Parlement européen, les participants ont parlé des attaques de la Turquie contre le nord-est de la Syrie, de son contexte, de ses conséquences, ainsi que des violations des droits humains perpétrées dans la région et de sa dimension juridique internationale.
 
Un journaliste égyptien a déclaré que le président turc Erdoğan était un criminel de guerre et qu’il devait être jugé en tant que tel.
 
Lors de la première session modérée par Majdolen Hasan du Conseil démocratique syrien, Nazire Gewriye du Parti de l’Union syriaque a parlé de « La réalité de l’agression de l’Etat turc en Syrie du Nord et de l’Est », ajoutant que « La Turquie aide à la résurrection de DAECH / ISIS. »
 
Mme Gewriye a parlé du projet mis en œuvre dans le nord-est de la Syrie, le définissant comme un garant des droits humains qui donne espoir à tous les peuples de la région, assurant une réelle égalité entre musulmans, Yézidis et chrétiens.
Elle a souligné le rôle prépondérant des femmes dans la révolution, rappelant que des milliers de personnes, principalement des jeunes, ont sacrifié leur vie dans la lutte contre Daesh.
 
Remarquant que la Turquie a exporté le terrorisme, Mme Gewriye a déclaré que la Turquie a toujours cherché à détruire l’administration autonome et a considéré le projet du Rojava comme une menace pour l’Etat turc qui est basé sur une doctrine nationaliste.Soulignant que les attaques d’occupation de la Turquie ne font pas de discrimination entre civils et combattants, elle a poursuivi : « L’offensive en cours constitue une menace majeure. L’Armée nationale syrienne, comme l’appelle la Turquie, joue un rôle très négatif. C’est une opération de terreur, pas de paix. La Turquie aide à la résurrection de Daesh dans le but ultime d’établir une zone de sécurité pour les terroristes. »
 
Abdulrahman de l’OSDH : Les violations commises sur ordre d’Erdogan 

Rami Abdulrahman, fondateur et directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH / SOHR), a parlé de la « Légitimation par l’État turc du terrorisme et des groupes terroristes ».
 
Soulignant les violations incessantes dans la région, le directeur de l’OSDH a déclaré : « L’armée nationale syrienne a été utilisée pour commettre des crimes contre les Syriens. Ces violations sont effectuées sous la direction et sur les ordres de Erdoğan. C’est ainsi qu’une transformation s’opère, dont l’objectif est un changement démographique. »
 
Parlant de la nouvelle opération d’occupation lancée après l’invasion d’Afrin, il a noté que l’objectif était d’empêcher les Kurdes de revendiquer leurs propres terres et d’envahir la région entière. Abdulrahman a déclaré qu’il y avait une très longue liste de violations et a appelé à agir pour y mettre fin. Il a ajouté qu’aucune des institutions de l’Union européenne n’a condamné les violations perpétrées à Afrin.
 
Hüseyin : ils veulent ressusciter Daesh
 
La chercheuse Jiyan Hüseyin de l’Assemblée cantonale de Serêkaniyê a fait un exposé intitulé : « Les crimes systématiques commis par l’État turc et ses milices djihadistes par procuration contre les femmes dans le nord et l’est du pays ». 
Elle a noté que ce qui a été fait à Afrin se répétait aujourd’hui dans d’autres régions.

Soulignant que les « zones de sécurité » mentionnées par l’Etat turc étaient en fait des « zones occupées », Hüseyin a commenté les attaques sur la région de Serêkaniyê. Elle a rappelé que l’invasion turque a suivi les attaques de Daesh et d’al-Nosra sur Serêkaniyê où une vie de stabilité, de sécurité et de paix avait prévalu pendant huit ans après la libération de la ville. Cependant, affirmant que l’Etat turc terrorisait la région dans le cadre de l’opération dite du « Source de la paix », Hüseyin a partagé les chiffres des crimes commis par l’Etat turc dans la ville, des déplacements forcés, des pillages, des arrestations, des meurtres et des étudiants privés d’éducation. Elle a souligné que « l’objectif de l’Etat turc était de relancer Daesh.
 
Naisse : L’occupation turque menace tous les peuples de la région 
 
Hayat Naisse du Conseil démocratique syrien a fait des évaluations sur les attaques de l’occupation turque contre le nord-est de la Syrie, son contexte et ses conséquences.
 
Naisse, citoyenne arabe syrien et membre du Conseil démocratique syrien, a déclaré : « Il est clair que l’invasion militaire turque a été un tournant dans le pays et la région. Elle menace l’expérience de l’administration autonome. C’est une menace non seulement pour le peuple kurde, mais aussi pour tous les peuples syriens. L’Etat turc est obsédé par l’hostilité kurde. La différence entre la présence militaire turque et la présence d’autres forces dans la région réside dans le fait que l’Etat turc vise un règlement permanent dans la région avec la mentalité d’invasion colonialiste.
Le but de ces opérations est de détruire l’autonomie du peuple kurde en Syrie et d’annihiler l’expérience du peuple syrien dans le nord et l’est du pays. » Naisse a noté qu’une propagande nationaliste et raciste se répandait en Turquie où tout est mis en œuvre pour réduire au silence l’opposition. Naisse a souligné que dans un pays pris entre deux feux, l’administration autonome est le modèle le plus progressiste, égalitaire et inclusif non seulement pour les Kurdes, mais pour toute la région. »
 
Elheedy : Ils veulent fonder un empire turc 
 
Le dernier discours de la première session a été prononcé par le journaliste égyptien Nashet Elheedy, qui a traité des interventions agressives de l’Etat turc dans le monde arabe.
Sans entrer dans les détails car la vérité était flagrante, il a demandé « Pourquoi Erdoğan agit-il ainsi ? » Remarquant que l’histoire est pleine de leçons, Elheedy a souligné que l’Etat turc poursuivait une politique expansionniste avec du sang et des massacres. Rappelant le génocide arménien, le journaliste égyptien a rappelé les efforts déployés par la Turquie aujourd’hui pour mener une idéologie raciste. Il a déclaré qu’Erdoğan voulait fonder un nouvel empire turc au détriment des Kurdes et des Arabes. Elheedy a ajouté : « Nous devons parler haut et fort au Parlement européen. Qui mettra fin à ces violations, qui dira à Erdoğan d’arrêter ? » Remarquant que les Turcs étaient aussi des victimes, il a demandé « Pourquoi votez-vous pour Erdoğan ? (…) Erdoğan est un criminel de guerre et doit être jugé en tant que tel. Ses mains sont ensanglantées. » 
 
Elheedy a déclaré que les organisations internationales agissaient de manière hypocrite et que les Etats se basaient sur leurs propres intérêts.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici