Çiçek Kobanê, la combattante kurde capturée par la Turquie, est privée de soins

0
1199
TURQUIE – URFA – Çiçek Kobanê, combattante des YPJ capturée par des gangs de la Turquie alors qu’elle était blessée, n’est pas soignée en prison. Sa mère a déclaré que Çiçek ne pouvait pas subvenir à ses besoins essentiels.

 

La Turquie a lancé une opération contre le nord et l’est de la Syrie le 9 octobre avec les groupes paramilitaires rassemblés sous le nom d’ «Armée nationale syrienne» (ANS / NSA). Dozgin Temo (Çiçek Kobanê), membre des Unités de protection des femmes, a été arrêtée par la milice djihadiste Ahrar al-Sham près d’Ain Issa (Serê Kaniyê) le 21 octobre. Le groupe Darat Izza participe à l’invasion illégale du Rojava aux côtés de la Turquie, partenaire de l’OTAN et de sa soi-disant « Armée nationale syrienne ». Les images de Kobanê torturée alors qu’elle était blessée ont suscité l’indignation dans le monde entier. Kobanê, emmenée à la direction de la sécurité d’Urfa, a été arrêtée avec l’accusation d’être «membre d’une organisation terroriste» et a été placée dans la prison d’Urfa.

 

La mère de Kobanê a finalement pu voir sa fille en prison. Temo, qui a déclaré que les traces de torture sont toujours visibles dans le corps de sa fille, a déclaré qu’elle n’était pas traitée et qu’elle souffrait de graves gonflements aux jambes et aux bras.

 

Temo a déclaré: « J’ai compris qu’elle avait été torturée à la minute où je l’ai vue. Elle m’a dit qu’ils avaient essayé de l’étrangler et elle a perdu connaissance pendant un certain temps. Temo rappelant que sa fille a été emprisonnée avant la fin de son traitement, a déclaré: « Elle a été blessée à la jambe à deux endroits différents. Elle ne peut pas bouger sa jambe ni manger. Le médicament que le médecin lui a prescrit est terminé et elle dit qu’on lui en a pas donné d’autres, même si elle a fait une demande à l’administration pénitentiaire. »

 

Malheureusement, cette situation était prévisible le jour où Çiçek Kobanê est tombée entre les mains des gangs de la Turquie, qui sont « célèbres » grâce aux images de torture, viols et féminicides (rappelez-vous la cadavre mutilé de Barin Kobanê à Afrin, en 2018, celui d’Havrin Khalaf en octobre dernier près de Tall Abyad) qu’ils ont commis au Rojava et en Syrie depuis le début de la guerre syrienne. C’est pourquoi, les responsables kurdes avaient appelé à sa libération immédiate, en vain.
Via l’agence Mezopotamya

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici