Le nettoyage ethnique devenu une réalité au Rojava

0
201

SYRIE / ROJAVA – Les meurtres brutaux n’étaient ni cachés ni censés l’être. Dès le début de l’invasion du nord de la Syrie par la Turquie, les combattants qu’elle a envoyés pour mener à bien la mission ont fièrement documenté leurs propres crimes de guerre.

Des vidéos mises en ligne par des membres de l’armée nationale syrienne (SCN) formée par la Turquie – montrant des exécutions sommaires, la mutilation des cadavres, les menaces contre les Kurdes et les pillages à grande échelle – ont terrorisé des dizaines de milliers de personnes qui se trouvent dans le chemin de l’offensive.

La dimension ethnique de nombreux crimes a entraîné un exode massif de Kurdes et de minorités religieuses de ces zones frontalières autrefois très diverses.

Désormais bloqués dans des camps de déplacés à travers le nord-est de la Syrie et en Irak voisin, ils craignent de ne jamais pouvoir rentrer chez eux. Et cela, ils croient, était précisément le but.

«Personne ne peut y retourner maintenant, c’est impossible», déclare Muhammad Amin, un Kurde de 37 ans qui s’est enfui avec sa famille de la ville de Ras al-Ayn dans les premiers jours de l’opération dirigée par la Turquie.

«Nous avons vu les vidéos», a-t-il confié à The Independent dans un camp situé près de la ville syrienne de Tal Tamr. «Ils tirent sur les Kurdes où qu’ils se trouvent».

La même histoire est racontée par d’innombrables autres personnes, comme Amin, dans les camps et les abris temporaires qui ont vu le jour au cours des deux derniers mois. Pris ensemble, ils brossent un tableau d’un changement démographique spectaculaire.

La Turquie a lancé le 9 octobre une incursion planifiée en Syrie visant à établir ce qu’elle a décrit comme une « zone de sécurité » d’une profondeur d’environ 30 km et d’une largeur de 500 km le long de la frontière.

Recep Tayyip Erdogan, le président turc, a déclaré que l’offensive visait à éliminer les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes – un groupe que son pays qualifie d’organisation de terreur pour ses liens avec les séparatistes kurdes en Turquie.

L’offensive était menacée depuis un certain temps, mais elle n’a été mise en oeuvre que lorsque le président Donald Trump a brusquement retiré les forces américaines de la frontière. Ces forces travaillaient aux côtés des FDS en Syrie dans la lutte contre DAECH / ISIS.

La Turquie a soutenu l’opération avec des frappes aériennes, des drones et de l’artillerie. La lutte sur le terrain repose sur une mosaïque de milices qui se sont battues à la demande d’Ankara au cours de deux offensives précédentes. Certains des rebelles ont passé des années à se battre pour mettre fin au pouvoir du président Bachar al-Assad, tandis que d’autres ont été récemment recrutés.

L’invasion n’avait que quelques jours lorsque les premières vidéos ont été mises en ligne. Certains ont montré le pillage par des combattants de la SNA de maisons récemment évacuées, mais les premières preuves de crimes de guerre plus violents ont rapidement suivi.

Havrin Khalaf, co-présidente du parti pro-kurde pour l’avenir de la Syrie, empruntait une autoroute entre la ville d’Ayn Issa et la ville de Hasakah le 12 octobre, lorsque son véhicule a été attaqué.

Une vidéo mise en ligne le lendemain montre que les combattants de la SNA, qui appartiendraient à la faction Ahrar al-Sharqiya, se rassemblent autour de la voiture alors qu’une voix de femme se fait entendre à l’arrière. Le corps de Khalaf a ensuite été retrouvé criblé de balles et montrant des signes de torture. Une autopsie a révélé qu’elle avait une jambe cassée et que ses cheveux avaient été coupés et qu’il lui manquait des parties dures de son cuir chevelu.

Le même jour, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a déclaré que neuf civils avaient été exécutés par des combattants de la SNA à un barrage routier situé au sud de Tal Abyad.

Une autre vidéo montre des combattants qui tirent dans le corps d’un homme décédé au bord de la route.

Ces crimes brutaux, qui se sont succédé rapidement, ont eu un effet dissuasif. Ceux qui n’avaient pas encore fui les frappes aériennes turques le faisaient maintenant dans la crainte de tueries pour des motifs ethniques.

«Quand nous avons vu le meurtre de la politicienne, Havrin Khalaf, nous avons vu qu’ils avaient fait la même chose que DAECH», dit Basima Daoud, âgée de 41 ans, une femme yézide qui a fui son village près de Ras al-Ayn avec sa famille et vit maintenant dans un camp de déplacés construit à la hâte près de Tal Tamr.

«Nous avions peur de nous tuer ou de nous prendre comme esclaves sexuelles», ajoute-t-elle, faisant référence à l’esclavage de milliers de femmes yézidies par DAECH en 2014.

Près de deux mois après le début de l’opération, la SNA a conquis une bande de territoire entre les deux villes frontalières de Tal Abyad et de Ras al-Ayn, qui abritait une population nombreuse de Kurdes et un nombre réduit d’Assyriens, de Yazidis et de Turkmènes.

La même région a connu des bouleversements dramatiques il y a quelques années à peine lorsque Isis a balayé le nord de la Syrie. Tal Abyad a été occupé par le groupe terroriste pendant plus d’un an avant d’être repris par les FDS.

Cette fois-ci, environ 95 000 personnes ont fui Tal Abyad et Ras al-Ayn et les régions environnantes, qui sont maintenant sous le contrôle de la SNA. Depuis lors, environ la moitié d’entre eux sont revenus, mais ils sont presque exclusivement arabes, selon des groupes de surveillance locaux.

Depuis le début de la campagne, les Kurdes et les autres minorités ont pris l’impression générale que les milices seraient la cible de tous les résidents non arabes de la région.

«Nos voisins qui étaient arabes nous ont dit de partir. Ils ont dit: « Quand ils viendront, ils vous tueront. Deux familles chrétiennes de notre village sont parties pour la même raison,» dit Daoud.

Ces craintes ont été renforcées par les menaces publiques proférées par les combattants. Dans un clip, précédemment rapporté par The Independent, des combattants de la milice menacent de tuer des « cochons » et des « infidèles » alors qu’ils défilent un prisonnier kurde. De nombreuses vidéos similaires ont été partagées en ligne.

Ce qui s’est passé ensuite n’a servi qu’à convaincre de nombreux Kurdes syriens que ces hommes étaient sérieux face à leurs menaces.

Au fil des semaines, de plus en plus de meurtres à motivation ethnique ont été signalés dans les zones récemment capturées par la SNA. Une vaste campagne de pillage et de confiscation de biens kurdes – dont une grande partie a également été enregistrée par les auteurs – et le blocage du retour des résidents kurdes par des combattants de la SNA ont donné l’impression que ces groupes tentaient systématiquement d’écarter les Kurdes.

Dans un rapport publié cette semaine, Human Rights Watch a déclaré avoir documenté de nombreux exemples de maisons kurdes confisquées et leurs biens pillés. En outre, il a interrogé trois personnes qui ont déclaré que leurs parents kurdes étaient empêchés de retourner dans des zones contrôlées par la SNA. Le groupe de défense des droits a également signalé que trois hommes qui tentaient de rentrer chez eux avaient été tués.

Un certain nombre de résidents déplacés de la région sous contrôle du SCN interrogés par The Independent ont déclaré que leurs maisons avaient également été pillées et leurs biens confisqués. Dans la plupart des cas, ils ont été informés de la prise de contrôle de leur propriété par des voisins arabes restés sur place.

Daoud était l’un d’entre eux. Son mari est un agriculteur qui possède une vaste étendue de terres et d’équipements agricoles.

«Certains voisins arabes nous ont appelés pour nous dire que les combattants avaient pillé notre maison et l’avaient prise comme quartier général. Ils ont pris notre terre et notre équipement aussi. Ils ont tout pris », dit-elle, les larmes aux yeux.

Un dirigeant local yézidi a déclaré à The Independent que 45 familles yézidies avaient fui la région autour de Ras al-Ayn uniquement. Des dizaines de familles chrétiennes des environs de Tal Tamr ont également quitté leur domicile.

Fasel Amin, 32 ans, faisait partie de la première vague de personnes qui ont fui les frappes aériennes turques dès les premiers jours de l’offensive. Il vit aujourd’hui dans une école qui abritait des personnes déplacées.

«Nous avions une maison et un magasin. Ils ont tout volé. Certains membres de la famille ont pu revenir brièvement pour vérifier et tout était vide», dit-il.

« La Turquie veut contrôler toute la zone. Il veut changer toute la démographie de la région – sortir les Kurdes et faire venir les Arabes. »

La question qui hante maintenant Amin et les dizaines de milliers de personnes qui restent déplacées est de savoir si le changement démographique qui s’est produit sera permanent.

De nombreux Kurdes syriens ont de nombreuses raisons de penser que ce sera le cas. Il leur suffit de signaler la dernière opération turque visant apparemment des militants kurdes dans la région d’Afrin. Là aussi, au début de 2018, la Turquie a eu recours au même groupe de combattants rebelles disparates pour prendre le contrôle de la région.

Ces combattants rebelles ont depuis lors été accusés d’imposer un règne de terreur. Une commission d’enquête des Nations Unies a constaté en février que «des membres de groupes armés à Afrin avaient commis des crimes de guerre de prise d’otages, de traitements cruels, de torture et de pillage».

« De nombreuses affaires d’arrestations et de détentions arbitraires par des membres de groupes armés incluaient également des allégations crédibles de torture et de mauvais traitements, ciblant souvent des individus d’origine kurde, notamment des militants critiquant ouvertement les groupes armés et perçus comme tels », a ajouté le rapport des Nations Unies.

Plus de 130 000 résidents, à majorité kurdes, sont toujours déplacés d’Afrin et vivent dans des camps situés dans la région du nord-est de la Syrie contrôlée par les FDS. Beaucoup de leurs maisons sont maintenant occupées par des Syriens d’autres régions du pays.

Le même processus pourrait bien se dérouler dans la dernière «zone de sécurité» de la Turquie. Même avant le début de l’opération, Ankara a déclaré à plusieurs reprises qu’elle utiliserait le territoire nouvellement capturé pour faciliter le retour d’environ un million de réfugiés syriens de Turquie.

La Turquie accueille actuellement près de 4 millions de Syriens, plus que tout autre pays du monde. La présence d’une population de réfugiés aussi nombreuse a créé des problèmes politiques pour M. Erdogan alors que l’économie turque se débattait et que les Syriens ont été utilisés comme bouc émissaire de la crise.

Mais la plupart des réfugiés syriens en Turquie aujourd’hui sont originaires de zones sunnites arabes en Syrie. Un tel rapatriement à grande échelle vers une région autrefois très diversifiée sur le plan ethnique, dans laquelle la Turquie envisage de mettre en place sa zone de sécurité, modifierait radicalement ses données démographiques.

Bien que les responsables turcs insistent fréquemment pour ne pas chercher à introduire un changement démographique, c’est précisément ce qui se passe. Et ces propos ont été éclipsés par la rhétorique du président Erdogan.

Dans un entretien avec le réseau TRT géré par l’État turc, le 24 octobre, M. Erdogan a qualifié la zone désignée pour son projet de zone de sécurité d’inadaptée aux Kurdes.

«Les personnes les plus appropriées pour cette région sont les Arabes. Ces zones ne conviennent pas au style de vie des Kurdes», a-t-il déclaré.

Lorsque l’intervieweur a demandé aux enquêteurs d’expliquer pourquoi ils ne convenaient pas, il a répondu: «Parce que ce sont des régions désertiques».

Cela a amené certains experts à conclure que la Turquie cherchait bien à «arabiser» les terres qu’elle avait capturées et évoquait la perspective d’un nettoyage ethnique par une puissance de l’OTAN.

« L’incursion turque dans le nord de la Syrie montre clairement le nettoyage ethnique », a déclaré la professeure Bridget Conley, directrice de recherche à la Fondation mondiale pour la paix, basée à l’Université de Tufts.

« Les déclarations du gouvernement turc indiquaient son intention de déplacer la population kurde et de la remplacer par des Arabes syriens, et ont poursuivi cette politique de répression et de violation des droits de l’homme », a déclaré à The Independent, le professeur Conley, qui enseigne un cours intitulé Comprendre les atrocités de masse .

Le même diplomate américain dans le nord de la Syrie a fait la même évaluation au moment de l’attaque turque. Dans une note interne accablante, le diplomate William V Roebuck a critiqué le gouvernement Trump pour ne pas avoir fait plus pour l’arrêter.

«L’opération militaire menée par la Turquie dans le nord de la Syrie, menée par des groupes islamistes armés, représente un effort intentionnel de nettoyage ethnique, reposant sur un conflit militaire généralisé visant une partie du centre kurde le long de la frontière et bénéficiant de plusieurs campagnes largement médiatisées atrocités commises par ces forces», a déclaré le mémo interne.

Ce mémo a été divulgué il y a un peu moins d’un mois. Depuis lors, encore plus de preuves de nettoyage ethnique ont émergé. Et pourtant, ces plaidoyers ont suscité peu de réponses de Donald Trump, qui semble avoir perdu tout intérêt pour une partie du monde qu’il a récemment décrite comme du «sable taché de sang».

Dans les camps de fortune et les écoles achalandées transformés en centres de déplacement qui sont maintenant dispersés dans le nord-est de la Syrie, beaucoup observent de loin la destruction et le vol de leurs maisons. Ils partagent le même sentiment d’impuissance et de trahison que leur ancien allié, les États-Unis, regarde ailleurs.

« Je ne sais pas comment vous le dire, mais je vais essayer de le décrire. C’est comme s’ils nous avaient fait descendre le puits et coupé la corde », explique Aliya al-Ahmed, 31 ans, qui vient d’arriver dans un camp poussiéreux près de Tal Tamr.

« Si ces grands pays ne le résolvent pas, je ne sais pas ce qui va arriver. Ce sont toujours les pauvres qui souffrent. Nous n’avons nulle part où aller. »

(…)

Independent 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici