Les blessés de guerre du Rojava ont besoin d’un aide médical

0
635
ROJAVA – Un physiothérapeute internationaliste décrit son travail auprès des blessés de guerre au Rojava et le grand besoin de personnel qualifié et de matériel médical. Il appelle les physiothérapeutes, ergothérapeutes, infirmières, orthophonistes, techniciens orthopédistes et médecins à venir au Rojava soigner les milliers de blessés de guerre.
 
« Avec le début de la guerre d’invasion de la Turquie, qui est contraire au droit international, je me suis rendu dans le nord-est de la Syrie en tant qu’internationaliste avec une formation en physiothérapie. Je travaille actuellement comme physiothérapeute dans une « Maison des blessés de guerre » au Rojava. Au total, il y en a environ 2500 dans le nord-est de la Syrie. Le nombre de blessés est difficile à estimer, les besoins en soins physiothérapeutiques sont immenses et les conditions de travail ainsi que les soins médicaux sont difficiles.
 
La « Mala Gazî », les « maisons des blessés de guerre », sont des installations des structures autonomes du Rojava. Ils assurent l’hébergement, les soins et la réadaptation des innombrables blessés de guerre. Ce sont des femmes et des hommes courageux des unités de défense des YPJ /YPG qui ont risqué leur vie dans la lutte pour la liberté, l’égalité et l’écologie sociale et ont été blessés.
 
Ces héros luttent non seulement depuis des années contre la tentative de génocide du gouvernement turc de l’AKP d’Erdoğan, mais aussi contre les attaques constantes ses milices alliées et des terroristes islamistes comme le Daech (Etat islamique) et Al-Qaida. Dans les discutions avec les blessés de guerre, il devient rapidement clair que la population kurde ne s’intéresse pas au pouvoir, à la richesse ou à la proclamation de son propre État. Ils exigent simplement d’être reconnus et disent clairement qu’ils font partie de l’État syrien.
 
Il y a dans le monde environ 40 millions de Kurdes qui, en 1916, dans le cadre de l’accord de Sykes Picot, ont été divisés entre la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie et sont donc devenus eux-mêmes une minorité politique. L’histoire est remplie de catastrophes génocidaires qui ont conduit à la situation actuelle, telles que la persécution des Yazidis ou les attaques au gaz toxique de Dersim en 1938/39.
 
La guerre d’agression actuelle de la Turquie représente une marque particulièrement noire dans l’histoire de la politique mondiale. L’adhésion de la Turquie à l’OTAN, les accords commerciaux avec l’Europe et les décisions politiques actuelles des États-Unis, de la Russie et de l’Union européenne non seulement n’arrêtent pas, mais soutiennent activement cette guerre.
 
Pénurie aiguë de travailleurs qualifiés et de matériel
 
Dans le travail quotidien avec mes patients, divers problèmes très difficiles à résoudre en raison de la situation actuelle surgissent. Il y a une grave pénurie de spécialistes. La relation entre les thérapeutes et les patients est immense et les quelques thérapeutes travaillent durement et de longues heures à différents endroits. La pénurie de spécialistes est encore aggravée par les temps de déplacement parfois longs.
 
La formation des thérapeutes locaux ne répond pas aux normes internationales et les connaissances acquises sont basées presque exclusivement sur la pensée biomécanique-structurelle, c’est-à-dire depuis les débuts de la physiothérapie dans les années 1970. En particulier dans les domaines de la neurologie, de la physiologie et de la thérapie cognitive, il existe des lacunes évidentes dans l’éducation. Les connaissances anatomiques de base semblent rudimentaires. Cela s’explique en partie par un grave manque de matériel pédagogique en kurde et en arabe.
 
La majorité des patients locaux souffrent de blessures par balle qui ont touché la colonne vertébrale, la moelle épinière ou les nerfs périphériques. Les blessures par balle dans la région de la tête sont également fréquentes, avec des conséquences cognitives limitées. Ainsi, les symptômes cliniques les plus courants à traiter sont la tétraplégie et l’hémiparésie avec tous les effets secondaires connus tels que spasticité, contractures et restrictions de coordination. Les lésions nerveuses périphériques et les amputations avec séquelles sont également fortement représentées.
 
Un autre problème est la prise en charge médicale inadéquate des patients, mais aussi avec du matériel thérapeutique pour les thérapeutes. En principe, tout ce qui n’est plus nécessaire en Europe et aux États-Unis se retrouve ici. Ceci s’applique également aux soins prothétiques. A Qamishlo et Hesekê il y a la possibilité de mesurer les membres. Cependant, les prothèses elles-mêmes sont souvent inadaptées et ne sont pas à jour en termes de possibilités techniques et professionnelles. Là aussi, il y a un manque de personnel qualifié. Les aspects financiers et la fourniture de nouveaux matériaux ont également une grande influence sur ce processus.
 
Le voyage en vaut la peine
 
Le Rojava est un modèle de vie sans précédent, unique au monde : une communauté multiethnique et laïque, fondée sur la démocratie, l’égalité et l’écologie sociale, qui stabilise depuis plus de huit ans un creuset d’erreurs politiques au Moyen-Orient, donnant liberté, sécurité et autonomie aux peuples. Aujourd’hui, le Rojava est menacé et vit une catastrophe humanitaire et écologique.
 
Les possibilités d’aide sont multiples. Les temps sont difficiles et la guerre fait rage. Mais pour l’instant, cela vaut la peine de venir ici, non seulement pour aider activement, mais aussi pour apprendre à quoi ressemble une vie libre et autodéterminée. En tant qu’internationaliste sur le terrain, je ne peux que vous conseiller de ne pas vous laisser décourager par les informations. Je me sens en sécurité et je n’ai pas peur, de nombreux endroits sont encore sûrs. Il y a un grand besoin de physiothérapeutes et d’ergothérapeutes, d’infirmières, d’orthophonistes, de techniciens orthopédistes et de médecins sur place.
 
Mais l’Europe a également l’occasion de lutter activement pour la démocratie, l’égalité et la protection de l’environnement. Par exemple, on a un besoin urgent de traducteurs capables de traduire du matériel de formation médicale de l’anglais ou de l’allemand vers l’arabe, le kurde ou le turc.
 
J’aimerais motiver tout le monde à venir ici, à apporter ses propres compétences et à faire l’expérience de ce que c’est que de vivre dans une société autogérée.
 
Salutations solidaires du Rojava ! »
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici