Initiative Hasankeyf : Ce sont les jours d’Apocalypse pour Hasankeyf et la vallée du Tigre

0
669
TURQUIE / BAKUR – La rétention d’eau se poursuit au barrage Ilisu construit dans la région kurde d’Hasankeyf, où les premières traces humaines remontent à 300 000 ans et où le premier établissement humain a été fondé il y a plus de 12 000 ans.
 
Lorsque le barrage commencera à fonctionner à pleine capacité, la vallée du Tigre, qui abrite 289 monticules, 199 villages, au moins 100 plantes endémiques et des espèces menacées seront engloutis par les eaux du barrage. 
 
« Alors qu’il ne faut pas clouer un seul clou à Hasankeyf, la démolition se poursuit avec des engins de terrassement et des bulldozers », a déclaré l’Initiative.
 
L’Initiative pour garder Hasankeyf en vie a publié une déclaration sur les récents développements concernant la ville ancienne dans la province kurde de Batman :
 
« Le barrage Ilisu, dont la construction se poursuit en dépit des objections de la population locale et des pays voisins, des campagnes internationales et des avertissements, a commencé à retenir l’eau en silence en juillet 2019.
 
Après la rétention de l’eau, les politiques d’émigration systématiques menées depuis les années 1980 se sont poursuivies et les habitants de la ville historique d’Hasankeyf ont été contraints de déménager dans l’enceinte appelée « nouvelle ».
 
Les entrées et les sorties sont limitées
 
Dans ce cadre, l’entrée et les sorties de l’ancienne ville ont été prises sous contrôle et rendues plus difficiles le 8 octobre.
 
Le nouveau complexe a été construit par des entreprises connues pour leur proximité avec le gouvernement, sans tenir compte des droits au logement et au logement, qui font partie des droits humains.
 
Les problèmes de logement, d’infrastructure et de superstructure du nouvel établissement, qui a été construit dans le cadre des politiques de recherche de rente, se poursuivent.
 
En premier lieu, le problème de la fiabilité de l’eau potable n’a pas été résolu.
 
En même temps, la municipalité a coupé l’eau avant que le processus de déménagement des familles et des artisans à Hasankeyf ne soit terminé.
 
En novembre 2019, le bazar a commencé à être démoli avec des bulldozers et des louches et il continue encore.
 
Le gouverneur agit sans base légale
 
Certains commerçants ont brûlé leurs magasins avec leur contenu, réagissant à cette destruction. Afin de prévenir les réactions de masse et d’exercer une pression psychologique, le gouvernement Batman, prenant des décisions sans aucune base légale, a interdit « toutes sortes de déclarations pour la presse et les activités » à Hasankeyf.
 
Sur cette base, le 16 novembre 2019, les habitants de Hasankeyf qui n’ont pas reçu de maisons et les artisans de Hasankeyf qui n’ont pas reçu de magasins dans le nouveau complexe ont été arrêtés pour avoir fait une déclaration à la presse.
 
 
Alors qu’il ne faut même pas clouer un seul clou à Hasankeyf, qui a été déclarée zone protégée en 1981, la démolition se poursuit avec des engins de terrassement et des bulldozers. Il a été rapporté dans la presse que des découvertes archéologiques ont été faites alors que la démolition se poursuivait.
 
Comme dans les autres fouilles, ces fouilles sont aussi précipitées. La machinerie lourde est utilisée dans les fouilles archéologiques qui peuvent faire la lumière sur l’histoire.
 
A Hasankeyf, où les sorties de l’ancienne ville sont fermées et où la démolition se poursuit, les efforts des travailleurs de la presse pour photographier/documenter sont empêchés. De même, des poursuites sont intentées contre des journalistes qui ont déjà fait un reportage sur Hasankeyf.
 
 
Une fois de plus, nous partageons avec le public le fait que nous nous tenons aux côtés des travailleurs de la presse libre qui sont en devoir de partager avec le public la destruction et les réalités de Hasankeyf.
 
Il y a une semaine, le DSİ [Travaux hydrauliques d’État] a annoncé que la hauteur de l’eau qui a été retenue depuis juillet est de 50 mètres et que la quantité d’eau est de 600 millions de mètres cubes.
 
Au fur et à mesure que l’eau monte, le danger que Hasankeyf soit submergé dans l’eau augmente. Jusqu’à présent, de nombreux villages, en particulier dans la province de Siirt et d’importants monticules tels que Çattepe Mound ont été submergés dans l’eau.
 
Des milliers de personnes ont dû quitter leur maison
 
Des milliers de personnes ont quitté leur foyer sans savoir comment gagner leur vie dans l’avenir.
 
Malgré toutes ces destructions, notre lutte pour l’abandon de Ilısu, qui est un projet de destruction, d’exploitation et de domination, se poursuivra parce que l’abandon de Ilısu apportera de grands bénéfices aux habitants de la vallée du Tigre et à toute la société.
 
A cet égard, nous lançons un nouvel appel au public en ces jours d’apocalypse pour la vallée du Tigre et Hasankeyf : « Il n’est pas trop tard pour Hasankeyf, laisse le Tigre couler librement !
 
Suivez-nous et la Coordination Hasankeyf, dont nous faisons partie, sur les médias sociaux pour en savoir plus et apprendre quoi faire. »
 
A propos du barrage Ilisu à Hasankeyf
 
La construction du barrage Ilısu a été incluse dans le Projet du sud-est de l’Anatolie (GAP), un projet de développement régional parrainé par l’État qui se poursuit depuis des décennies, en 1982.
 
Après l’inclusion du projet dans le programme d’investissement du gouvernement en 1997, des manifestations ont eu lieu en Turquie et dans les pays européens où les entreprises qui soutiennent financièrement le projet ont été arrêtées en 2002.
 
Lorsque le projet Ilısu a vu le jour en 2005, la construction du barrage a fait l’objet d’une campagne de prévention renforcée. C’est ainsi qu’est née l’Initiative pour garder Hasankeyf en vie.
 
Hasankeyf et la vallée du Tigre sont toujours là grâce à la lutte de dizaines d’organisations de la société civile qui s’opposent à la construction du barrage. Mais le processus est devenu plus difficile ces derniers temps.
 
En 2017, sept monuments ont été déplacés d’Hasankeyf. Deux monuments, dont le célèbre Pont du Tigre, ont été recouverts de roches sous couvert d’une « restauration ».
 
Plus de 200 grottes creusées par les pionniers de l’ère néolithique et une grande partie de la vallée à côté du château ont été remplies de déchets de fouilles.
 
Selon les déclarations des autorités, les vannes du barrage seront fermées et le barrage commencera à se remplir d’eau. Si les portes sont fermées, Hasankeyf sera totalement submergé dans l’eau en quatre à huit mois.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici