IRAN. Au moins sept manifestants tués dans la ville kurde de Marivan

0
620
IRAN / ROJHILAT – MARIVAN – Au moins sept civils ont été tués et des dizaines d’autres blessés dans la ville kurde de Marivan au cours d’une journée de manifestations antigouvernementales à la suite d’une augmentation soudaine du prix de l’essence dans plusieurs villes kurdes et iraniennes.
 
Adnan Hassanpour, journaliste à Marivan, a déclaré que «les manifestations ont commencé pacifiquement dans la ville mais ont été violemment attaquées par la police et les forces de sécurité».
 
« Des violences sans précédent ont été infligées par les forces de l’ordre et de sécurité qui tirent sur les gens depuis hier », a ajouté Hassanpour en rejetant les rumeurs selon lesquelles il y avait eu des affrontements armés et des manifestants désarmés par la police.
 
À la suite des tirs des forces de sécurité iraniennes, sept civils ont été tués à Marivan le 16 novembre. Par ailleurs, un à quatre autres civils auraient perdu la vie à Marivan, en plus d’un civil à Sanandaj le 17 novembre. En outre, des dizaines de civils ont également été blessés, dont certains ont été emmenés dans les hôpitaux de Bou Ali et de Fajr à Marivan. « Un autre citoyen blessé est soigné chez lui, craignant d’être identifié et détenu s’il était transféré à l’hôpital », a ajouté Hassanpour.
 
« À la suite des troubles, 10 manifestants ont incendié 10 succursales de banque, deux stations-service et un magasin de la chaîne Ofogh Korosh, dont beaucoup de citoyens pensent qu’il fait partie des institutions militaires et de sécurité. Certaines autres stations-service ont été démolies au lieu d’être incendiées en raison de leur proximité avec les quartiers résidentiels. Les manifestants ont également perquisitionné plusieurs banques. De plus, les manifestants ont détruit les tracts et les banderoles des agences de sécurité dans les villes de Sanandaj et Marivan. En outre, les lignes téléphoniques ont été coupées constamment », a poursuivi Hassanpour en évoquant l’indignation des citoyens à travers la ville de Marivan.
 
Différentes villes du Kurdistan, ainsi que d’autres villes d’Iran, sont la scène de rassemblements de protestation contre l’augmentation soudaine du prix de l’essence. L’ampleur de la répression et de la violence perpétrées par les forces de sécurité et de police dans les villes [kurdes] de Marivan, Javanrud, Sanandaj et Kermanshah était plus grande que dans d’autres villes [iraniennes].
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici