Le message des femmes kurdes à l’occasion du 25 novembre

0
268
ROJAVA – A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre, le Mouvement de Femmes de la Syrie du Nord-Est (Kongra Star) appelle toutes les femmes à la solidarité contre les attaques génocidaires de l’Etat turc qui veut détruire le modèle féministe et avant-gardiste du Rojava.
 
Voici l’appel du Kongra Star :
 
« A toutes les femmes résistantes qui sont en quête de liberté
 
Le 25 novembre 1960, en République dominicaine, le dictateur du pouvoir souverain, Trujillo, massacra les soeurs Mirabal. La dictature a déclaré les sœurs Mirabal son ennemi juré et les a massacrés par un complot. Leur résistance et leur mort ont intensifié la lutte contre la dictature fasciste. Six mois après leur assassinat, le pouvoir organisé du peuple a mis fin à la dictature.
 
Aujourd’hui encore, les sœurs Mirabal restent l’une des plus grandes sources d’espoir pour toutes les femmes du monde dans la lute pour vaincre la violence masculine souveraine organisée, le fascisme et les dictatures par une force féminine organisée.
 
Aujourd’hui, notre région est devenue l’arène de guerre des forces internationales hégémoniques. Nous, les femmes de la région, subissons les formes de violence les plus organisées, les plus lourdes, les plus brutales et les plus intenses sur cette scène de guerre. Dans sa guerre génocidaire et colonialiste lancée le 9 octobre par la Turquie en Syrie du Nord-Est, on a été témoins d’utilisation d’armes chimiques interdites, de la torture, en passant par les attaques organisées, les viols, les féminicides, les déplacements forcés et les massacres de femmes et d’enfants qui subissent de multiples formes de violence.
 
L’une des plus grandes catastrophes écologiques, politiques, sociales, économiques, démographiques et culturelles que l’histoire a connues se produit actuellement dans le nord-est de la Syrie et au Rojava (Kurdistan de l’Ouest]. En fait, nous sommes face à la domination masculine organisée, armée et systémique représentée par la dictature fasciste Erdogan et ses gangs. La violence a toujours été un moyen de s’emparer de la révolution des femmes du Rojava. Les femmes résistent aux attaques brutales visant le Rojava et le nord de la Syrie avec le pouvoir organisé des femmes. La résistance des femmes luttant dans tous les domaines mène à la construction d’une société libre-démocratie.
 
Le 12 octobre, la co-présidente du Parti « Future Syrie », Havrin Khalaf a été exécutée avec 8 autres personnes qui se trouvaient à ses côtés. Son corps a été torturé. Hevrîn Xelef, l’une des pionnières politiques de la révolution des femmes, luttait pour l’unité démocratique et la paix honorable du peuple dirigé par les femmes à Raqqa que Daesh avait proclamée sa capitale.
 
En la personne d’Hevrîn Xalef, on a visé représentation égale et une coprésidence du nouveau modèle de vie et de politique dirigé par le Mouvement des femmes kurdes. Le 14 octobre, Dayê Aqîde est partie en direction de à Serêkanî en tant que membre de l’Assemblée de la justice pour femmes afin d’être un bouclier humain pour défendre son pays contre les forces d’invasion. Elle a perdu la vie dans le convoi, qui a été bombardé par les avions de guerre turcs. En sa personne, on a frappé le lien et l’amour des femmes à la terre. Contre ces attaques, comme par le passé, les YPJ font preuve d’une résistance glorieuse contre le fascisme de l’Etat turc, qui a pris l’Etat islamique à ses côtés.
 
La combattante des YPJ, Amara, était l’une de milliers de camarades qui avaient auparavant vaincu DAECH. Le 21 octobre, elle a perdu la vie alors qu’elle se battait contre des gangs de l’Etat islamique qui se sont unis au fascisme de l’AKP [Parti au pouvoir en Turquie]. Des gangs qui ont été vaincus par le courage du cœur féminin ont torturé son corps sans vie. Cette attaque contre sa personne visait le pouvoir organisé de légitime défense des femmes. Amara des YPJ, Hevrîn Xalef et Dayê Aqîde sont devenues les nouveaux symboles de la lutte contre la violence masculine systémique.
 Image
C’est pourquoi, en tant que Kongra Star, nous dédions les activités de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes à Amara, Hevrîn Xalef et Dayê Aqîde du 25 novembre au 10 décembre.
 
A l’occasion des événement du 25 novembre de cette année, nous appelons toutes les femmes du monde à renforcer la lutte jusqu’au ce qu’on mette fin au règne d’Erdoğan et à toutes les dictatures en s’appropriant la mémoire de ces trois femmes courageuses qui mettent à jour la lutte des sœurs Mirebal. »
 
La Coordination du Kongra Star
12 novembre 2019
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici