L’Europe peut faire plus contre l’invasion turque du Rojava, mais elle craint une révolution démocratique

0
295
Entretien avec Ercan Ayboga sur l’attaque de la Turquie, la démocratie directe du Rojava et la réaction internationale.
 
Ercan Ayboğa est un ingénieur et activiste environnemental qui fait partie du projet du confédéralisme démocratique au Rojava. Il est co-auteur du livre Revolution in Rojava. Democratic Autonomy and Women’s Liberation in Syrian Kurdistan (Pluto Press, 2016).
 
Suite à l’attaque turque contre la région principalement kurde du nord-est de la Syrie, Ercan Ayboga nous a parlé des politiques racistes de la Turquie, de la démocratie directe au Rojava et de la réaction internationale.
 
Angelina Kussy et les autres membres du collectif (collectif AK) : Le 9 octobre, le monde a pris conscience que la Turquie bombardait le Rojava après que Donald Trump eut décidé de retirer ses troupes de Syrie. Pouvez-vous nous expliquer ce qui se passe au Rojava ?
 
Ercan Ayboga (EA) : Depuis le 9 octobre, l’armée turque attaque un tronçon de 500 kilomètres le long de la frontière avec la Syrie. Ils sont soutenus par des milliers, voire des dizaines de milliers de mercenaires, dont la soi-disant « Armée libre syrienne », qui sont pour la plupart issus d’organisations comme Al-Qaida et DAECH. Cette attaque est une invasion illégitime. L’armée turque et les djihadistes ont attaqué non seulement des positions militaires, mais aussi des civils avec des avions et des chars. Ils détruisent les hôpitaux, les maisons, l’électricité et l’approvisionnement en eau. C’est une campagne de terreur.
 
Les civils, ainsi que les Forces démocratiques syriennes (FDS), [les FDS se battent pour une Syrie laïque, démocratique et décentralisée] résistent avec ce qu’ils ont, mais ils n’ont même pas d’armes antiaériennes. Compte tenu de leurs ressources, la résistance est forte et le maximum de ce qui est réalisable. Donc, même si les gens s’organisent, c’est un combat injuste et inégal.
 
Il n’y a pas beaucoup de soldats américains dans le nord-est de la Syrie, mais ils contrôlent l’air, alors[en se retirant] les Etats-Unis ont donné à la Turquie la possibilité de nous attaquer avec des avions. Ils ont donné le feu vert au dictateur.
 
Collectif AK : Le président turc Erdogan dit qu’il lutte contre les « terroristes ».
 
EA : L’Etat turc affirme que les forces armées qui composent les YPG (Unités de défense du peuple) et les YPJ (Unités de défense des femmes) faisant partie des FDS, et qui ont défendu Kobane, Hesêke (Al-Hasakah) et les terres entourant Alep depuis cinq ans contre DAECH, sont des terroristes et menacent l’Etat turc.
 
C’est un mensonge. Ils n’ont même pas attaqué la Turquie une seule fois avant l’invasion. Les forces de défense du nord-est de la Syrie ont fait ce qui avait été convenu [entre les FDS, la Turquie et les Etats-Unis début août 2019] pour assurer un mécanisme de  » sécurité  » le long de la frontière turco-syrienne. Pour la Turquie, ce n’était pas suffisant, car leur plan est de contrôler cette zone et de continuer à apporter des changements démographiques dans la région, comme ils l’ont fait en Afrîn.
 
L’armée turque a attaqué Afrîn [le canton le plus à l’ouest du Rojava/Nord-Est de la Syrie] en janvier 2018, soutenue par la Russie, qui a donné le feu vert à la Turquie. C’était une situation similaire. Malgré la forte résistance des FDS, l’armée turque aux côtés des djihadistes a occupé cette zone. Lorsque l’armée turque s’est approchée de la ville d’Afrin, les FDS se sont retirées afin d’éviter un terrible massacre. L’invasion a quand même entraîné la mort de 300 civils et de 1 000 défenseurs d’Afrîn. Au cours de la période suivante, presque tous les Kurdes ont quitté Afrin – et ce changement démographique s’est achevé lorsque la Turquie y a amené des combattants djihadistes et leurs familles. Aujourd’hui, la même chose se produit dans les parties occupées du nord-est de la Syrie. Au moment où nous parlons, ils attaquent cette région avec des bombes.
 
Collectif AK : Quel a été le rôle des Etats-Unis dans cette invasion turque ?
 
EA : Le 7 octobre, ils se sont retirés des positions militaires de Serekaniye et Tel Abyad (kurde : Girê Spî) directement à la frontière avec la Turquie. Dans les deux cas, l’armée et les mandataires turcs attaquent maintenant. Il n’y a pas beaucoup de soldats américains dans le nord-est de la Syrie, mais ils contrôlent le ciel, alors [en se retirant] les Etats-Unis ont donné à la Turquie la possibilité de nous attaquer avec des avions. Ils ont donné le feu vert au dictateur.
 
Nous ne pouvons ignorer le fait que la politique de l’Etat turc, qui ne se limite pas au seul gouvernement actuel, est profondément raciste et aussi islamiste. En Turquie, les gens qui critiquent l’invasion font l’objet de graves attaques. Les nationalistes et les islamistes turcs craignent les Kurdes en raison des processus de démocratie directe qu’ils encouragent et des perspectives politiques qu’ils partagent avec d’autres forces d’opposition démocratiques en Turquie et en Syrie. Beaucoup parlent de trahison parce qu’après que les Kurdes ont combattu l’État islamique avec le soutien des États-Unis, Trump a ouvert la voie au nettoyage ethnique de la Turquie dans ce pays.
 
Les nationalistes et les islamistes turcs craignent les Kurdes en raison des processus de démocratie directe qu’ils encouragent et des perspectives politiques qu’ils partagent avec d’autres forces d’opposition démocratiques en Turquie et en Syrie.
 
Collectif AK : Et Trump, et le reste du monde, peut-il voir le danger de DAECH ?
 
SDF sont des forces multiethniques, principalement des Kurdes mais aussi des Arabes, des Assyriens, des Tchétchènes, des Arméniens et des Turkmènes. Ils ont joué un rôle absolument crucial dans la défaite de DAECH cette année en Syrie orientale. Sans eux, DAECH n’aurait pas pu être battu à moyen terme, ni par le régime syrien, ni par la coalition mondiale dirigée par les Etats-Unis. La menace pour le monde entier aurait continué de croître.
 
Les États-Unis les ont soutenus par avion et avec de l’équipement, mais des milliers de membres des FDS sont morts pour cette cause. Aujourd’hui, plus de 10 000 membres de DAECH sont en prison, ainsi qu’environ 60 000 membres de leur famille. Les FDS ont demandé aux gouvernements du monde entier de ramener leurs citoyens[de ces prisons] – la plupart d’entre eux ne sont pas des citoyens syriens – et seuls quelques-uns l’ont fait. Avec les bombardements turcs, des centaines de personnes se sont échappées. Ils peuvent aller n’importe où, se réorganiser dans le désert et lancer des attaques en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique. Et la Turquie soutient DAECH depuis le début. Les membres de DAECH arrêtés ont parlé ouvertement, dans diverses interviews, de leur coopération avec la Turquie.
 
Collectif AK : Le Rojava est connue pour sa mise en œuvre de la démocratie directe et la libération des femmes. C’est non seulement extrêmement progressiste, compte tenu de l’oppression des femmes par de nombreux gouvernements autoritaires au Moyen-Orient, mais aussi par rapport aux normes occidentales. Pouvez-vous nous expliquer comment fonctionne le « confédéralisme démocratique » ?
 
EA : La Fédération démocratique du nord-est de la Syrie [communément appelée le Rojava] est une région autonome en Syrie, qui a été développée ces dernières années. Elle n’est pas liée au gouvernement syrien, à l’opposition islamiste ou à toute autre résistance réactionnaire ou antidémocratique. Environ cinq millions de personnes vivaient dans cette région – après l’invasion, environ 300 000 avaient déjà été déplacées. C’est de loin la région la plus démocratique et la plus pacifique de Syrie, toujours ouverte aux réfugiés de Syrie et même d’Irak.
 
Depuis le début de la guerre[civile syrienne], le mouvement de libération kurde a commencé à s’auto-organiser au Rojava. Ils ont mis en place une administration autonome démocratique en 2012, puis l’ont réorganisée au début de l’année 2014. Nous appelons ce processus une révolution parce qu’il a commencé à changer les mentalités et les relations sociales. Les gens de ce mouvement… ont rejoint les forces armées, les YPG, et ont créé les YPJ, composées uniquement de femmes, qui est devenu célèbre quand DAECH a attaqué Kobanê en septembre 2014.
 
Ce n’est que plus tard que les médias se sont intéressés à la nature de ce mouvement dans toutes les autres sphères de la vie. Partout où allaient les journalistes, il y avait des femmes. Nous avons un quota de 40% de femmes dans chaque fonction publique et un système de co-présidence (une femme et un homme) à la tête des institution politiques, culturelles, militaires etc. Cela a changé la mentalité antidémocratique et patriarcale de la population au fil des ans. Bien sûr, il y avait et il y a toujours une certaine opposition à cela, mais c’est faible.
 
Il s’agissait d’un processus dans lequel les femmes, en s’organisant et en se faisant entendre et en agissant, se sont émancipées de l’oppression et de l’inégalité de traitement. L’aspect démocratique doit être compris ainsi : non pas comme le système parlementaire présent dans le monde entier, mais comme un système d’implication directe, on dit « démocratie radicale ». La démocratie, c’est quand la majorité de la société discute et prend des décisions en permanence. Et cela signifie qu’il y a des communes sur le terrain : jusqu’à 200 ménages forment une commune et se réunissent régulièrement à des fins de coordination, organisant beaucoup de choses dans leur vie quotidienne, économique, politique, éducative, sanitaire… Partout où vous allez dans le nord-est de la Syrie, vous pouvez trouver environ 4000 communes multiethniques qui organisent la vie sur le terrain.
 
Ensuite, il y a les conseils du peuple à des niveaux supérieurs. Il s’agit, disons, d’une combinaison de parlementarisme et de démocratie directe : 60% sont élus et 40% proviennent de différents mouvements sociaux, secteurs et minorités ethniques et religieuses. La structure permet la participation et l’implication de différents groupes et organisations, de sorte que la démocratie signifie la participation continue de tous les peuples.
 
Dans les communes, la plupart des décisions sont prises par consensus au sein de ces assemblées afin que chacun ait la possibilité d’y participer, et la majorité le fait. Pas tous, mais la majorité.
 
Collectif AK : Isolé par les Etats-Unis et l’Europe, vous avez été contraint de passer un accord avec le gouvernement syrien. Sur quel genre de choses vous êtes-vous mis d’accord ? Le Rojava devra-t-elle démissionner de son autonomie pour protéger la vie des gens ?
 
EA : L’accord conclu par l’auto-administration du nord-est de la Syrie s’est fait dans des conditions très difficiles et risquées, causées par l’invasion turque. Il y avait toujours des discussions avec le gouvernement central syrien. Depuis 2017, des négociations sérieuses ont été menées en vue de trouver une solution politique. Des progrès ont été réalisés, mais le gouvernement syrien n’a pas souhaité finaliser cet accord. Bien sûr, sa position repose sur le gouvernement russe qui est la principale force qui maintient le parti Baas au pouvoir en Syrie. La Russie a modéré les négociations passées ainsi que le dernier accord.
 
Il y avait toujours des discussions avec le gouvernement central syrien. Depuis 2017, des négociations sérieuses ont été menées en vue de trouver une solution politique.
 
L’accord actuel ne couvre que les aspects militaires et prévoit que le gouvernement syrien enverra des troupes à la frontière et dans des endroits, comme Ain Issa, qui sont menacés par les troupes turques. Cet accord n’affecte pas l’autonomie démocratique dans les territoires libérés. Si le gouvernement syrien joue un rôle crucial dans la défense du nord-est de la Syrie contre l’agression turque, des accords sur les affaires intérieures, y compris la sécurité locale, la santé, l’éducation, l’économie etc. seront probablement conclus. Pour l’instant, c’est très difficile à prédire.
 
Si la Syrie du Nord-Est réussit à se défendre et que la solidarité internationale s’accroît, le gouvernement syrien ne sera pas en mesure de saper notre autonomie démocratique. Si les troupes syriennes dans le nord-est de la Syrie ne contribuent pas à arrêter l’invasion turque et si la Turquie est capable d’occuper de grandes parties du nord-est de la Syrie dans une guerre criminelle, il ne restera pas grand chose à négocier pour l’auto-administration du Rojava. Mais si le gouvernement syrien – et la Russie – sont essentiels pour mettre fin à l’invasion turque, le gouvernement syrien peut dominer le contenu des autres accords. Il est risqué de conclure des accords avec le gouvernement syrien dans des conditions désavantageuses, car l’ancienne mentalité du gouvernement syrien n’a pas changé. C’est autoritaire.
 
Collectif AK : Mais le régime syrien est l’allié de la Russie et la Russie est un allié de la Turquie… Pouvez-vous expliquer le rôle de la Russie dans la région ?
 
EA : La Russie essaie maintenant de profiter de la situation en faisant pression sur le nord-est de la Syrie pour qu’il conclue des accords avec le gouvernement syrien. La Russie et les États-Unis ont de nombreux intérêts géostratégiques en Syrie et autour de la Syrie au Moyen-Orient, de sorte qu’elle n’est pas seulement liée à la Syrie. L’intérêt de la Russie est d’abord de maintenir le pouvoir du régime Baas en Syrie. Seul le soutien actif de la Russie ces dernières années a permis au régime Assad de survivre.
 
Pour la Russie, ce n’est pas tant l’intérêt économique à long terme que la présence militaire sur la côte syrienne. Cela leur donne une base pour poursuivre leurs intérêts géostratégiques. Elle vise également à contrer les pressions politiques et militaires exercées par les États-Unis et l’Union européenne au cours des deux dernières décennies.
 
La Russie a deux visages dans la guerre syrienne, comme tous les autres États impliqués dans ce plus grand conflit de notre temps.
 
La Russie a deux visages dans la guerre syrienne, comme tous les autres États impliqués dans ce plus grand conflit de notre temps. Toutes s’opposent à un mouvement démocratique fort avec des éléments importants de démocratie directe et de libération des femmes en Syrie et au Moyen-Orient. La Russie, d’une part, s’adresse aux Kurdes et à tous les autres acteurs du nord-est de la Syrie, affirmant que sans les Kurdes, une solution politique n’est pas possible. D’autre part, elle cherche à contrôler le nord-est de la Syrie avec le gouvernement syrien et l’Iran. Tant que les groupes armés réactionnaires islamistes étaient forts en Syrie, le gouvernement syrien et la Russie ne voulaient pas que les Kurdes deviennent faibles. Depuis que ces groupes ont été considérablement affaiblis et que les Kurdes ont noué de nouvelles alliances fructueuses avec les Assyriens et en particulier les Arabes du nord-est de la Syrie, la situation a changé.
 
La meilleure façon d’affaiblir l’auto-administration démocratique du nord-est de la Syrie est de laisser l’État turc, obsédé par la destruction de ce projet démocratique, les attaquer. La Russie a donc laissé la Turquie attaquer Afrin en janvier 2018. Cela a été possible après que la Russie et la Turquie ont développé une nouvelle alliance politique en 2016 – une alliance qui est économiquement et politiquement très bénéfique pour la Russie.
 
En outre – c’est également crucial – la Russie veut éloigner davantage la Turquie de l’OTAN et de l’UE, et créer des contradictions dans cette alliance. Grâce à une telle approche, la Russie a entrevu le potentiel de nombreux avantages économiques et d’investissements en Turquie. La Turquie achète des armes et vend des fruits bon marché à la Russie. La première centrale nucléaire en Turquie est construite par une entreprise publique russe. Il y a beaucoup de place pour les affaires.
 
Collectif AK : Vous avez reçu un soutien international massif lors de manifestations dans les grandes villes du monde entier. Les gens ont été touchés par ce crime de guerre non seulement à cause de la mort d’innocents, mais aussi parce que, comme on dit, le Rojava représente pour eux « le reste de leur espoir en l’humanité ».
 
EA : Le Rojava est vraiment un endroit unique. Au milieu de la guerre et dans la région de forts conflits ethniques, nous avions une société pacifique d’Arabes, de Turkmènes, de Kurdes et ainsi de suite. Une société écologique qui s’efforce de ne pas dépendre du pétrole et de faire revivre la nature et sa biodiversité. Les gens se sont lancés dans des projets, avec des plantes, des semences, des parcs pour rendre Rojava à nouveau vert. Avec le temps, les gens de toute la Syrie ont commencé à comprendre que ce n’est pas ce que le gouvernement prétend. Il ne s’agit pas du nationalisme kurde. C’est vraiment une façon différente d’organiser la société.
 
Parce que nous ne disons pas « nous voulons notre propre État », mais que nous voulons une nouvelle Syrie démocratique : non nationaliste, fédérative, décentralisée, avec une nouvelle constitution. Des gens de toute la Syrie et du monde entier, des dizaines de milliers de personnes, sont venus le constater par eux-mêmes. Des milliers d’entre eux sont restés pendant des mois. Vous entendez parler de[volontaires internationaux] qui combattent et défendent le Rojava, mais beaucoup plus de gens ont rejoint les processus sociaux politiques, puis sont retournés en arrière et ont informé leur peuple ce qui se passe au Rojava.
 
La société est organisée d’une manière différente – démocratique, participative – et ce n’est pas seulement l’alternative par rapport à la Syrie et au Moyen-Orient. Elle a le potentiel de créer un nouveau paradigme démocratique. C’est pourquoi nous parlons de révolution démocratique. La plupart des États n’en veulent pas, bien sûr, parce qu’ils le considèrent comme une menace. Mais les gens du monde entier devraient dire : « C’est ce que nous voulons vraiment », et faire pression sur leurs gouvernements. C’est difficile parce que les États deviennent si hostiles. Des milliers de personnes sont venues d’Europe, excitées de voir qu’une alternative est vraiment réalisable. C’est la raison pour laquelle nous avons reçu tant de soutien international – mais toujours de la part des gens et non des gouvernements.
 
C’est la raison pour laquelle nous avons reçu tant de soutien international – mais toujours de la part des gens et non des gouvernements.
 
Collectif AK : Que pensez-vous de la réaction de l’Europe ? La France, l’Allemagne, la Norvège et la Finlande ont cessé d’envoyer des armes en Turquie et ils parlent de sanctions. Tu crois que c’est assez ? Que pensez-vous de leur réaction ? Que faut-il faire de plus ?
 
EA : La Turquie a dit : « Si vous critiquez notre invasion, nous ouvrirons les portes et 3,6 millions de Syriens viendront ». La critique est donc muette. L’UE négocie avec la Turquie le renouvellement ou l’annulation de l’accord sur les réfugiés[par lequel la Turquie les empêche d’arriver en Europe]. La peur est grande parmi les gouvernements européens.
 
À moyen terme, l’UE devrait faire pression sur la Turquie pour qu’elle modifie sa politique à l’égard des Kurdes et des démocrates, afin de trouver une solution à ce conflit. C’est la seule véritable voie : l’Union européenne fait pression sur l’État turc pour qu’il trouve une voie de paix avec les Kurdes en Turquie et en Syrie.
 
La première chose que l’UE devrait faire est bien sûr de ne plus vendre d’armes et de recourir à des sanctions économiques. L’Union européenne a beaucoup de pouvoir économique en Turquie, et la Turquie ne résisterait pas à de véritables sanctions pendant plus de quelques mois. L’UE a cette possibilité, mais elle ne l’utilise pas. Ils se fichent de la démocratie en Turquie et en Syrie. Ils ne s’intéressent qu’à leurs intérêts étroits. Mais il y a de nombreux démocrates en Europe qui devraient élever la voix et faire pression sur les gouvernements.
 
Les réactions des gouvernements ont été très faibles : les déclarations condamnant l’invasion ne parlent pas d’invasion et de crimes de guerre. Ils parlent de  » préoccupations  » comme de plus en plus de réfugiés, de l’influence croissante de la Russie et de l’Iran en Syrie, et des membres de DAECH qui fuient.
 
L’arrêt des ventes d’armes à la Turquie n’est pas très efficace – ces pauses ne durent généralement que quelques mois et la Turquie dispose de suffisamment d’armes pour plusieurs années de guerre. Si l’UE décidait de mettre en œuvre un embargo complet sur les ventes d’armes pour une longue période, cela enverrait en effet un signal. Toutefois, des sanctions économiques sont nécessaires. La Turquie réalise 55 % de son chiffre d’affaires avec l’UE. La Turquie traverse une crise économique et est vulnérable.
 
Nous comprenons [l’absence de sanctions] de la façon suivante : Les gouvernements [européens] veulent se présenter à leurs publics comme des acteurs politiques qui étaient contre cette guerre criminelle, mais le fait est qu’ils ne l’ont pas empêchée quand ils le pouvaient.
 
Les mouvements sociaux, les ONG et les partis politiques devraient demander un embargo total sur les ventes d’armes assorti de sanctions économiques efficaces à l’encontre de la Turquie, et continuer à protester en ce sens. Cette guerre peut durer longtemps et la solidarité est nécessaire pour le peuple du nord-est de la Syrie qui a une chance réelle d’arrêter l’invasion de l’Etat turc. Un grand mouvement anti-guerre dans le monde entier est crucial dans les jours et les semaines à venir. La Turquie n’est pas seulement une menace pour les Kurdes. L’État turc est la plus grande menace pour les mouvements démocratiques de tout le Moyen-Orient, car les Kurdes sont le moteur de la démocratie en Turquie et en Syrie.
 
Et DAECH est une menace pour le monde entier, y compris l’Europe et les États-Unis. L’Europe doit faire davantage pour comprendre la situation et agir dans l’intérêt de tous ceux qui luttent pour la démocratie, la liberté, la libération des femmes, l’écologie, la démocratie directe et contre le nationalisme. Il est important que nous restions solidaires les uns des autres dans un monde où les régimes et mouvements autoritaires sont si forts.
 
Publié en anglais sur Open democracy

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici