Leyla Guven au pouvoir turc : De quoi avez-vous peur ?

0
365
TURQUIE / BAKUR – Les Kurdes et les politiciens élus continuent de manifester à Amed, Mardin et Van contre la spoliation par le gouvernement de trois municipalités kurdes d’HDP.
 
Depuis le limogeage des maires élus à Amed (Diyarbakır), Mardin et Van par le ministère turc de l’Intérieur le 19 août, des manifestations ont lieu quotidiennement dans les trois grandes villes kurdes de Turquie.
 
Amed
 
Des centaines de personnes ont participé à la « veillée pour la démocratie » près de la mairie d’Amed aujourd’hui. La zone entourant le site de rassemblement a été complètement bouclée par la police avec des canons à eau et des barrières. Les activistes du Mouvement des femmes libres (TJA) ont scandé le slogan « Nous n’obéissons pas, nous ne taisons pas, nous n’avons pas peur ! ».
 
S’exprimant ici, la députée du parti démocratique des peuples (HDP), Semra Güzel, a rappelé la saisie de municipalités kurdes par des mandataires en 2016 et a déclaré : « Nous avons vu comment les kayyums (administrateurs) nommés ont pillé les municipalités pendant deux ans et demi lorsque la volonté de notre peuple a été ignorée, comme c’est le cas maintenant. Le kayyum est le nom du chaos. »
 
Notant que les administrateurs ont principalement ciblé les réalisations des femmes, Güzel a ajouté : « Le système de coprésidence est la voie qui mène à la démocratie. Nous continuerons à défendre les réalisations des femmes et du système co-présidentiel (…). »
 
Le co-maire d’Amed, Selçuk Mızraklı a ensuite indiqué que le droit de vote et d’éligibilité des femmes avait été instauré en Turquie en 1934 : « La mentalité qui s’en vantait depuis longtemps s’est maintenant transformée en une compréhension du fait que les femmes sont logées dans des maisons. les droits des femmes dans tous les pays, mais il y a une régression dans notre pays ».
 
Van
 
Lors de la veillée pour la démocratie à Van, le député du HDP, Kemal Bülbül, a prononcé un discours dans lequel il a mis en lumière les informations fabriquées de toutes pièces par les médias turcs : « Les principaux médias, qui nous traitent de séparatistes, le savent bien : nous sommes un parti qui souhaite rassembler les peuples de Turquie dans les domaines de la politique, de la vie sociale, de la culture, de l’égalité, de la justice et de la liberté. Nous sommes séparatistes, car nous avons divisé l’AKP en trois parties. Davutoğlu d’un côté, Ali Babacan et Recep Tayyip Erdoğan de l’autre. En ce sens, vous pouvez nous appeler « séparatistes ». »
 
Mardin
 
La députée du HDP, Leyla Güven a pris la parole lors de la veillée pour la démocratie à Mardin. Elle a attiré l’intention sur les mesures de sécurité draconiennes prises par la police et a déclaré : « De quoi avez-vous peur ? De quoi vous inquiétez-vous lorsque le HDP ou les Kurdes parlent ? Pourquoi nous entourez-vous ? Quoi que vous fassiez, nous continuerons à dire la vérité. Nous continuerons à crier que ce problème ne peut pas être traité avec des stratégies de sécurité. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici