SYRIE. « Des femmes enlevées à Afrin sont vendues à Azaz »

0
246
AFRIN – Un civil qui a été forcé de quitter le canton d’Afrin avec sa famille après les violations commises par les mercenaires a déclaré que les femmes étaient vendues sur la place publique de la ville d’Azaz.
 
Tout comme les mercenaires de l’Etat islamique vendaient des femmes yézidies sur les marchés aux esclaves à Mossoul et à Raqqa au cours de l’été 2014, la même scène se répète aujourd’hui dans la ville syrienne d’Azaz, occupée par la Turquie avec des mercenaires de l’Etat islamique.
 
Le citoyen A.L. a déclaré : « Fuyant les exactions des mercenaires et de l’armée d’occupation turque à Afrin, j’ai vu comment les femmes enlevées étaient vendues sur une place d’Azaz. Les femmes vendues venaient de la ville d’Afrin. »
 
A.L., 28 ans, appartenant à la composante arabe du village de Joka, a fui la région d’Afrin avec sa famille, après six mois d’occupation en raison des nombreuses violations et harcèlement de l’armée d’occupation turque et de mercenaires à l’encontre de la population.
 
À propos de ce qui se passe dans le canton et ses villages et des méthodes suivies par l’occupation A.L., a déclaré que lorsque l’armée d’occupation turque et ses mercenaires sont entrés dans le village de Joka, ils ont encerclé les villageois et les ont rassemblés dans le mosquée pendant trois jours et ont saisi les téléphones mobiles sous prétexte d’inspection et bloqué les routes menant au village.
 
Les mercenaires de la bande d’occupation turque al-Hamzat ont arrêté A.L. sous de faux prétextes et l’ont relâché après deux semaines de torture.
 
Il a confirmé que la plupart des centres de torture et de détention étaient dans la ville d’Azaz et sur le territoire turc.
 
Les enlèvements affectent les composantes de la ville et le changement démographique se poursuit.
 
« La torture a touché tous les groupes d’âge et les composantes de la ville sans distinction. Dans une prison, j’ai vu une personne âgée de 60 ans soumise à la torture la plus sévère », a-t-il déclaré.
 
« Dans le cadre d’une série d’abus, des écoles turques sont imposées, les noms de villages sont passés de kurdes à turcs et les cartes d’identité des personnes sont passées de syriennes à turques », a-t-il déclaré.
 
Il a ajouté que le pillage et le vol de biens et de magasins ne se sont pas arrêtés, car des mercenaires vendent les biens volés dans la ville d’Azaz.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici