IRAN. Un anthropologue kurdo – britannique tenu en isolement carcéral

0
262
IRAN – L’anthropologue britannique d’origine kurde, Kameel Ahmady, arrêté en Iran le 11 août dernier, est tenu en isolement carcéral à Téhéran.

Le Kurdistan Human Rights Network (KHRN) a appris que les autorités iraniennes maintenaient Kameel Ahmady en isolement carcéral et que sa famille ne savait pas où il se trouve actuellement.
 
La famille d’Ahmady n’a pas été en mesure de se renseigner sur les accusations à son encontre et sur l’endroit où il est détenu. Leurs demandes de le rencontrer ont été ignorées. De plus, les procureurs ont refusé la demande de la famille d’Ahmady d’engager des avocats pour lui.
 
Kameel Ahmady, chercheur et anthropologue britannique d’origine kurde iranien, a été arrêté à Téhéran le 11 août sans qu’aucune charge spécifique n’ait été retenue contre lui. 
 
Shafaq Rahmani, la femme d’Ahmady, tente désespérément de rencontrer son mari alors qu’elle suit l’affaire à Téhéran.
 
«Depuis le lendemain de la détention de Kameel, je me suis régulièrement rendue au bureau du procureur général d’Evin, mais je n’ai été autorisée à rencontrer que quelques fois le procureur ou le procureur. Cependant, je n’ai pas reçu de réponse claire sur les accusations portées contre mon mari et sur le lieu où il se trouve, à moins qu’on lui ait dit qu’il était accusé d’un problème de sécurité et détenu par l’une des agences de sécurité», a-t-elle déclaré à KHRN.
 
Depuis son arrestation, Ahmady a pu parler à sa femme et à ses enfants trois fois par téléphone. Au cours de ces conversations, il aurait parlé en farsi avec son épouse en présence d’un interrogateur.
 
«Malgré le fait que Kameel [Ahmady] et moi parlons kurde, il parle farsi lors de ses conversations téléphoniques avec moi et il est seulement autorisé à parler en kurde avec notre plus jeune enfant, qui ne parle pas farsi.»
 
La femme d’Ahmady a révélé que son mari avait été maintenu en «isolement carcéral» et qu’elle avait officiellement présenté une demande au parquet afin qu’un examen médical soit accordé à son mari.
 
«J’ai demandé à Mohammad Saleh Nikbakht et à Amir Raeesian de représenter Ahmady, [et] ont tous deux accepté ma demande avec beaucoup de respect. Mais aujourd’hui, quand j’ai été autorisée à rendre visite au procureur, une semaine plus tard, et à lui remettre les lettres des avocats, il [le fonctionnaire] a refusé de les accepter et a dit que les avocats eux-mêmes devaient s’en référer à lui. Il est à noter que M. Raisian m’a accompagné la semaine dernière au bureau du procureur, mais on nous a dit qu’il ne figurait pas sur la liste des avocats de confiance qui avaient accès aux affaires de sécurité», a-t-elle ajouté.
 
Outre le suivi de la famille d’Ahmady, son épouse, politologue, a pu rencontrer des membres du Groupe consultatif de femmes islamiques la semaine dernière dans le cadre d’une réunion publique dans le bâtiment du Parlement. Des représentants à la réunion lui ont promis de poursuivre le cas d’Ahmady. Néanmoins, le suivi n’a jusqu’à présent abouti à aucun résultat.
 
Tayeeb Siavoshi, membre du parlement iranien, avait déclaré dans un entretien avec IRNA Plus qu’il donnerait suite au cas d’Ahmady à la demande de sa famille et de ses amis.
 
«Si quelqu’un nous demande, qu’il s’agisse d’un membre de la famille ou d’un ami, nous ferons le suivi du cas. Nous interagissons avec divers organismes tels que le pouvoir judiciaire, le ministère de l’Intérieur ou le ministère du Renseignement. Nous transmettons donc généralement les demandes des gens, mais aucun membre de sa famille ni aucun de ses amis ne nous ont demandé de suivre l’affaire d’Ahmady. Tous les membres du parlement suivront les cas si les gens ont recours à l’aide».
 
Ahmady, originaire du Mahabad, au Kurdistan d’Iran et citoyen britannique naturalisé qui vivait à Téhéran avant son arrestation, avait travaillé sur des projets de recherche sur des sujets tels que les mutilations génitales féminines, la maternité et le « mariage blanc » en Iran ces dernières années.
 
Selon son site personnel, Kameel, il a récemment travaillé sur deux projets de recherche sur la communauté LGBT en Iran et une recherche exhaustive sur l’identité et l’ethnicité en Iran.
 

En 2018, Ahmady a remporté le prix de littérature et sciences humaines décerné par la World Peace Foundation à l’Université George Washington pour ses recherches et son travail dans le domaine des dommages sociaux, mettant l’accent sur le genre, les enfants et les minorités.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici