Rojava : un exemple d’écosocialisme

0
331
En 2011, dans le contexte du printemps arabe, une guerre civile a éclaté en Syrie, opposant divers groupes armés au régime du président Bachar al-Assad.
 
Rapidement, une coalition à majorité kurde dirigée par le Parti de l’Union démocratique (PYD) ainsi que d’autres partis et groupes kurdes, arabes, syriens, assyriens et turkmènes ont créé une région autonome dans le nord du pays : Le Rojava. Après la création d’une nouvelle constitution, la Fédération démocratique du nord de la Syrie a finalement été créée en 2016.
 
L’attention internationale accordée au Rojava a augmenté de façon exponentielle au cours des années suivantes, en grande partie en raison du rôle crucial joué par les unités de défense populaire (YPG) et les unités de défense des femmes (YPJ) dans la lutte contre les milices fascistes de DAESH / ISIS sur le terrain. En effet, c’est le combat héroïque des YPG/YPJ (avec le soutien aérien de la coalition internationale) qui, mètre par mètre, ville par ville, a permis au début de cette année de mettre fin au régime de terreur de l’Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.
 
Cependant, peu de médias occidentaux se sont intéressés au formidable projet révolutionnaire qui se développe actuellement au Rojava. Depuis 2012, une nouvelle forme de société autogérée, libre d’un État centralisé, fondée sur les valeurs de la libération des femmes, de la démocratie et de l’écologie s’y est construite.
 
Basé sur l’idéologie du mouvement de libération kurde et les écrits de son dirigeant Abdullah Öcalan, cet exemple concret de société à fondement socialiste est une source d’inspiration et d’espoir pour tous les mouvements de gauche. Plus que cela, Rojava montre qu’une autre société est possible.
 
La Commune Internationaliste du Rojava
 
La Commune Internationaliste du Rojava a été fondée en 2017 par des internationalistes du monde entier, soutenus par le Mouvement de la Jeunesse du Rojava (YCR/YJC).
 
L’objectif de cette structure est de partager les connaissances, les compétences et l’expérience dans une perspective internationaliste, ainsi que de soutenir des projets et la révolution au Rojava. La Commune sert également à faciliter l’intégration des militants étrangers dans la société. L’une de ses premières étapes a été la construction de la première académie internationaliste, du nom de la volontaire britannique des YPJ, Şehid Helîn Qereçox (Anna Campbell). Depuis lors, de nombreux internationalistes ont participé à des cours de formation pour ensuite rejoindre divers travaux et projets avec la population civile du Rojava.
 
Construite comme un projet de vie collective à vocation écologique, la Commune se veut également une académie pour former les internationalistes et les habitants de Rojava à la sensibilisation et à la pratique de l’environnement. Il sert en quelque sorte de laboratoire pour construire une société écologique.
 
La campagne Make Rojava Green Again
 
Enfin, la Commune Internationaliste a lancé la campagne « Make Rojava Green Again » (Rendre le Rojava vert à nouveau) en coopération avec le comité écologique du canton de Cizirê (une des trois régions du Rojava : Cizirê, Kobané et Afrin). La campagne vise à trouver des solutions aux problèmes écologiques auxquels la révolution est confrontée, tels que la pénurie d’eau, la désertification et la dépendance à la production pétrolière.
 
Au début, la campagne « Make Rojava Green Again » était le projet de quelques militants étrangers. Aujourd’hui, elle s’est répandue dans le monde entier et possède de multiples succursales locales dans des pays comme l’Angleterre, l’Allemagne, la Suisse, l’Espagne et l’Italie. Ses objectifs ont également évolué et se sont élargis avec le temps, mais trois objectifs principaux ont guidé la campagne depuis le début.
 
Le premier objectif est de construire l’Académie Internationaliste du Rojava, guidée par une éthique écologique, pour servir d’exemple de travail pour des projets similaires et pour développer des idées pour toute la société.
 
La construction d’un tel projet est, bien sûr, un processus à long terme, et il est toujours en cours. Mais les différents bâtiments de l’académie sont maintenant terminés et de multiples cours de formation pour internationalistes ont déjà eu lieu. Avec la population du Rojava, le travail se concentre sur le renforcement de la conscience environnementale pour aller vers une société écologique.
 
Le deuxième objectif de la campagne est de soutenir les projets écologiques du canton de Cizirê, en se concentrant sur le reboisement et la construction d’une pépinière coopérative dans le cadre de l’Académie Internationaliste. A l’époque, les pépinières d’arbres existaient à peine au Rojava. Plus tard, de multiples pépinières ont été créées dans les villes autour de nous, et la nôtre n’était plus nécessaire. Cependant, nous continuons à soutenir financièrement et pratiquement la restauration en cours de la réserve naturelle de Hayaka, qui est l’une des dernières zones naturelles de la région.
 
L’objectif final est d’attirer un soutien matériel pour les projets écologiques actuels et futurs d’auto-administration démocratique, y compris le partage des connaissances entre activistes, scientifiques et experts avec les comités et les structures du Rojava, et de développer une perspective à long terme pour une Fédération écologique du Nord Syrien. Le Rojava manque vraiment d’ingénieurs de toutes sortes, notre but est donc de contacter et d’inviter des spécialistes du monde entier à venir aider à construire cette société écologique.
 
Nous travaillons maintenant en coopération avec différentes villes – comme Derik ou Kobanê – sur différents sujets, y compris la transformation écologique des villes avec la plantation d’arbres ou en nous concentrant sur des projets de recyclage. À l’Académie, nous avons également planté des centaines d’arbres et nous travaillons actuellement à un système pilote de gestion des eaux usées.
 
Notre philosophie
 
Comme décrit ci-dessus, une grande partie de notre campagne consiste à soutenir financièrement ou pratiquement des projets au Rojava dans un esprit de solidarité et d’internationalisme. Mais notre travail ne s’arrête pas là : nous avons aussi l’intention de diffuser l’idéologie de la révolution au-delà du Rojava.
 
L’écologie – avec le confédéralisme démocratique et la libération des femmes – est un pilier essentiel de la révolution du Rojava.
 
Comme nous le présentons dans notre livre, Make Rojava Green Again, qui a été publié cette année en plusieurs langues, nous croyons que les gens qui sont aliénés de la nature sont aliénés d’eux-mêmes et sont donc autodestructeurs.
 
Notre objectif, selon les mots d’Öcalan, est de créer « une unification renouvelée, consciente et éclairée vers une société naturelle et organique ». Ce qui se passe au Rojava ne consiste pas seulement à protéger la nature en limitant les dommages qu’elle subit, il s’agit de rétablir l’équilibre entre l’homme et la nature.
 
Pour atteindre cet objectif, nous basons notre travail sur les principes de « l’écologie sociale », une théorie développée par le théoricien libertaire américain Murray Bookchin et développée par Abdullah Öcalan.
 
Son argument central est que la modernité capitaliste cause la destruction de l’environnement et des crises écologiques et qu’elle va de pair avec l’oppression et l’exploitation des gens. De plus, la mentalité irréfléchie du profit maximum a amené notre planète au bord de l’abîme, et a laissé l’humanité dans un tourbillon de guerre, de faim et de crise sociale.
 
Pour surmonter cette crise du capitalisme, l’écologie sociale appelle à la création d’une société politique et morale où l’humanité renouvelle son lien avec la nature en se considérant comme faisant partie de la nature plutôt que comme séparée.
 
La réconciliation entre l’humanité et la nature commence par la fin de l’oppression, de l’exploitation et de la domination de l’homme sur la nature : nous devons cesser de voir la nature comme une ressource inanimée et infinie.
 
Pour résumer notre approche avec les mots de Murray Bookchin : « L’écologie sociale fait avancer un message qui appelle non seulement à une société libre de hiérarchie et de sensibilités hiérarchiques, mais aussi à une éthique qui place l’humanité dans le monde naturel comme un agent pour rendre l’évolution sociale et naturelle pleinement consciente de soi. »
 
Nous croyons qu’un changement est en train de se produire dans le monde entier et qu’une société écologique libre est possible. Ici, au Rojava, nous travaillons pour surmonter les contradictions et une nouvelle société démocratique, féministe et écologiste se construit. Diffusons de plus en plus son idéologie pour qu’elle puisse profiter à l’humanité partout dans le monde !
 
Le livre Make Rojava Green Again peut être lu en ligne ou acheté en papier sur le site de MRGA.
 
Publié par Green Left Weekly
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici