Le calvaire d’un journaliste kurde en Turquie

0
159
Je veux partager avec vous l’histoire d’un jeune journaliste courageux dont l’âge est égal au nombre de poursuites judiciaires qui ont été engagées contre lui. C’est l’histoire de Ferhat Parlak, un journaliste de la ville de Silvan, région kurde du sud-est de la Turquie, qui a passé 14 mois derrière les barreaux dans l’attente de la justice. L’histoire de Ferhat illustre également la difficulté d’être journaliste en Turquie.
 
(par Nurcan Baysal)
 
La famille Parlak travaille dans le journalisme à Silvan depuis 1988. Dans les années 90, avec la ville de Batman, Silvan était une plaque tournante du mouvement du Hezbollah kurde islamiste. Le père de Ferhat, Yaşar Parlak, a publié le journal Mücadele (lutte). Il s’est concentré en particulier sur les crimes commis à Silvan par le Hezbollah et l’Organisation de renseignement de Gendarmarie (JİTEM), que le gouvernement turc a utilisés dans la lutte contre le mouvement kurde. Il a commencé à recevoir des menaces de mort.
 
« Nous étions toujours sur nos gardes. Quand nous étions enfants, deux membres du Hezbollah ont été tués devant notre maison. Parfois, quelqu’un sonnait à notre porte, mais quand nous allions pour vérifier qui c’était, il n’y avait personne. Mon père était toujours suivi et il sentait toujours que sa vie était en danger. Il luttait contre le Hezbollah et JİTEM. Ils exerçaient une pression psychologique sur mon père », a déclaré le frère de Ferhat Parlak, Serhat.
 
Yaşar Parlak a commencé à écrire un livre sur les crimes du Hezbollah et de JİTEM à Silvan. Son livre « Silvan: la ville des martyrs » détaille près de 400 meurtres non résolus, 45 attaques ayant entraîné des blessures et 111 cas de torture. Mais en 2004, avant de pouvoir terminer le livre, il a été touché à l’arrière de la tête dans une mosquée de Silvan.
 
Son meurtre reste un mystère. Le fils aîné Ferhat, qui avait 20 ans à l’époque, a suivi les traces de son père, est devenu journaliste et a terminé le livre. Ferhat avait toujours des problèmes avec les autorités turques et des poursuites judiciaires étaient engagées contre lui. En un sens, il est devenu la voix de Silvan. En 2014, les impressions du journal ont pris fin, mais Ferhat a continué en ligne. En août 2015, lorsque des combats de rue ont éclaté dans le sud-est du pays, un tribunal a fermé le site Web du journal, mais Ferhat a continué à partager des informations sur Silvan via les réseaux sociaux.
 
Lorsque le gouvernement a commencé à imposer des couvre-feux de 24 heures dans la région, le rapport de Parlak a de nouveau été porté à l’attention des autorités et la police l’a ouvertement menacé. Son domicile et ses bureaux ont été fouillés et son ordinateur, des magazines, des livres et des documents liés à son journalisme ont été confisqués.
 
Lorsque le gouvernement central a commencé à nommer des administrateurs pour gouverner les municipalités kurdes, Parlak a commencé à en rendre compte. Il a développé une cible énorme sur son dos. La police a même agressé un jeune journaliste en visite à Silvan parce qu’il l’avait pris pour Ferhat. De nombreuses affaires ont été préparées contre lui et il a été arrêté il y a 14 mois, mais seulement cette semaine a comparu devant un tribunal.
 
J’ai lu l’acte d’accusation contre Ferhat, ainsi que sa défense. Il l’accuse d’appartenir à une organisation terroriste armée et réclame une peine de quinze ans d’emprisonnement. Beaucoup de ses activités journalistiques sont caractérisées comme des activités militantes. L’acte d’accusation s’appuie sur de vieilles photographies prises par son père avec des combattants de Peshmerga kurdes irakiens.
 
Le livre « Silvan: la ville des martyrs » a été qualifié de « publication terroriste ». Selon des témoignages d’un témoin secret, Parlak est accusé d’avoir forcé un adolescent à rejoindre un groupe armé, mais l’adolescent en question mène actuellement une vie normale à Silvan.
 
De plus en plus de témoignages de ce type émanent de témoins secrets, mais jamais ces témoins sont convoqués à la barre. Dans une lettre qu’il a écrite depuis prison, Ferhat Parlak a déclaré que les preuves retenues contre lui incluaient des entretiens et des photographies qu’il avait prises à Qandil, la base du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), dans le nord du pays, à une époque où le gouvernement turc et les forces armées kurdes étaient engagés dans un processus de paix entre 2013 et 2015.
 
« Pendant le processus de paix, des agences de presse officielles ainsi que des agences de presse renommées, telles que l’Agence Anadolu, l’Agence Doğan et Cumhuriyet, entre autres, ont envoyé près de 100 personnes à Qandil… Si aller à Qandil est un crime, l’agence Anadolu et moi-même avons commis le même crime. Pourquoi suis-je poursuivi en justice alors que l’agence Anadolu n’est pas poursuivie à mes côtés ? », demande Ferhat dan sa lettre.
 
En bref, un jeune journaliste critique le gouvernement et le Hezbollah, fait face à la mort et va même en prison, mais comme ce journaliste est kurde et travaille de manière indépendante, personne ne lui vient en aide, il est resté seul et emprisonné. L’histoire de Ferhat raconte également le fait d’être un journaliste indépendant et critique dans la région kurde de la Turquie.
 
Ferhat Parlak a fait l’objet de 34 procédures judiciaires mais n’est journaliste que depuis 14 ans. Ses cheveux ont déjà commencé à grisonner. Il a 34 ans, deux enfants en bas âge et autant d’affaires devant les tribunaux.
 
Ferhat Parlak a été libéré sous caution lors d’une audience le 8 juillet, après 14 mois de prison. Sa prochaine audience aura lieu en novembre.
 
Publié sur le site d’Ahval

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici