Si vous êtes « l’autre » en Turquie, vous devez savoir que vous avez la mort dans votre poche

0
214
Nedim Türfent, journaliste kurde de l’agence de presse Dicle, a été condamné à 8 ans et 9 mois de prison par un tribunal turc.
 
TURQUIE – En tant qu’un des « autres », je demande une « justice pour les autres ». L’avez-vous ou dois-je attendre l’au-delà ?
 
Ils disent que les gens ont le sourire aux lèvres quand la justice est rendue. La justice en Turquie fait aussi sourire les gens – parfois, même quand elle n’est pas rendue. Quel mystérieux succès ! La personne qui passe ces verdicts pourrait même être nominée pour le prix Nobel en tant que maître de l’humour noir si seulement une personne oubliait que les sentences étaient le produit de la justice. Je pense qu’il n’y a pas un seul pays sur terre avec un système judiciaire qui plaît à tout le monde. Une telle chose n’est possible que dans l’au-delà pour les croyants. Un système judiciaire qui plaît à la majorité pourrait être qualifié de « pas mal », même si on ne peut pas l’appeler « bon ». (…) Vous ne pensez pas que c’est un peu trop tard ? La justice retardée, c’est la justice refusée, non ? J’entends les gens de mon pays répondre par « mieux vaut tard que jamais ». Mais pourquoi la justice est-elle en retard alors que vous pouvez l’avoir plus tôt ?
 
La justice en Turquie est boiteuse depuis longtemps parce qu’elle se sabote elle-même. Aussi bonnes que soient les lois, celles qui rendent la justice ont été mauvaises de leur propre chef ou ont dû l’être par intérêt.
 
La raison principale des verdicts qui rendraient envieux même les meilleurs maîtres comiques est que ceux qui mettent en œuvre la justice sont sous la direction du gouvernement, ce qui signifie qu’ils doivent agir selon des ordres venant d’en haut. Ce qui compte pour l’air du temps aujourd’hui, ce n’est pas que la justice soit rendue, mais la menace d’un bâton judiciaire qui s’écrase sur votre tête si vous contredisez l’esprit de l’époque. Ce n’est pas la loi, mais les règles du gouvernement qui sont en vigueur. Vous pouvez le voir en regardant comment les « bons garçons » d’aujourd’hui sont acquittés un par un. C’est ce qu’exige l’esprit du temps.
 
Ce pays abrite un juge qui a accepté la demande d’un procureur de mettre sur écoute un certain nombre de téléphones, dont le sien. Lorsque l’incident a été révélé, il a dit qu’il ne pouvait pas lire correctement à l’époque puisqu’il n’avait pas ses lunettes sur lui et a signé le verdict sans bien comprendre la demande. Jetons un bref coup d’œil sur quelques idées uniques de la justice en Turquie, qui s’adapteraient mieux à un travail d’humour fictif qu’à une salle d’audience. Mais c’est le monde réel, et ces peines ont toutes affecté la vie des gens en violant leur droit à la liberté.
 
Un suspect accusé d’avoir chanté des slogans dans la foule a été condamné pour propagande terroriste. Pour l’instant, tout va bien. Mais si cette personne est sourde et muette ? Si vous vivez en Turquie, vous devez éviter les foules autant que possible, pour votre propre bien. Sinon, vous pourriez avoir mal à la tête, ou même une migraine, de la part des autorités pour des raisons telles que ne pas quitter la foule, regarder les gens qui dansent une ronde politique, siffler ou garder le rythme sur la musique. Je vous le dis…
 
En parlant de problèmes de santé, vous devriez faire attention à vos mains, en vous lavant souvent les mains. C’est naturellement important pour l’hygiène, mais c’est aussi important pour éviter des maladies particulières et vous éviter d’être détenu en tant que suspect. S’il vous plaît, ne demandez pas comment. Un fonctionnaire, qui revenait d’une visite cadastrale sur le terrain, a été arrêté et poursuivi pour avoir lancé des pierres à la police parce qu’il avait les mains sales. On ne peut pas savoir avec certitude si le fait de ne pas se laver les mains a eu des conséquences pathologiques, mais il est évident que cela a entraîné un traumatisme psychologique.
 
Ne vous excitez pas et ne courrez jamais. Soyez comme un koala ; ne soyez jamais pressé. Bougez doucement et lentement. Sinon, les policiers qui arrivent pour intervenir en cas d’incident peuvent vérifier au hasard et remarquer que votre cœur bat vite, ce qui les amène à vous arrêter et à vous poursuivre en justice pour avoir été impliqué dans un incident et pour avoir fui la police. C’est en partie la raison pour laquelle la Turquie n’est pas particulièrement performante en athlétisme.
 
Si vous arrivez en Turquie en provenance d’un pays asiatique, vous devriez avoir un traducteur avec vous. Sinon, le tribunal pourrait ne pas lire votre défense après que vous ayez passé près de deux ans derrière les barreaux parce qu’il ne trouve pas de traducteur. Vous avez peut-être commencé à apprendre le turc entre-temps. Parler une seule langue est très important en Turquie. Mais de quelle langue s’agit-il, à votre avis ? Vous plaisanteriez si vous pensiez que c’était tout sauf le turc. Le kurde, par exemple, est toujours mentionné comme « X » ou « langue inconnue » dans les procès-verbaux parlementaires.
 
Assurez-vous de ne pas avoir de cartes sur des bouts de papier, votre mobile, votre tablette ou tout autre appareil que vous transportez. Et s’il y a des couleurs et des lignes différentes sur la partie turque de cette carte, alors vous êtes dans le pétrin, parce que vous pouvez être arrêté ou poursuivi pour avoir prévu de diviser le pays. Une telle carte, qui montrait les habitats et la population d’abeilles en Turquie, a été acceptée comme preuve dans une affaire dans laquelle le procureur a demandé une peine d’emprisonnement à vie aggravée pour une personne qui aurait « perturbé l’unité et l’intégrité territoriale de l’Etat ». Alternativement, vous pouvez faire face à une sonde pour transporter une carte du monde qui montre la Turquie plus petite qu’elle n’est. Seuls ceux qui en font l’expérience le sauraient.
 
Si votre pays a les couleurs jaune, rouge et vert dans son drapeau – ce qui est le cas pour beaucoup de pays africains – et si vous avez des vêtements avec les mêmes couleurs, ne venez pas en Turquie en les ayant sur vous. Vous pourriez devenir un suspect de terrorisme au moment où vous atterrissez à l’aéroport. S’il vous plaît, ne soyez pas si méchants (…) ! Ils n’aiment pas les couleurs ou les couleurs mises ensemble en Turquie. C’est pourquoi les premiers feux de signalisation à Yüksekova, dans le sud-est de la Turquie (une région kurde), ont été remplacés par des feux bleus au lieu de verts. C’est peut-être aussi la raison pour laquelle la couleur la plus appréciée dans le pays est le noir.
 
N’examinons pas ma profession de céphalée. « Propager pour moi ou la fermer », c’est ce qu’on dit ici. Justice ? Qui l’a perdu pour que vous le trouviez ? Un journaliste dont je ne divulguerai pas le nom a écrit un article qui a reçu un prix. Que s’est-il passé ensuite ? L’auteur de l’histoire a été condamné.
 
Par une nuit froide au milieu de l’hiver, votre seule crainte ne devrait pas être de vous geler les mains et les jambes lorsque vous transportez du carburant diesel sur le dos de votre mule pour gagner de l’argent de poche. C’est parce que votre corps pourrait être déchiré en mille morceaux si l’un de ces oiseaux de fer qu’ils appellent des avions de chasse ouvrait le feu sur le groupe avec lequel vous marchez. La prochaine chose que les mules porteront pourrait être les parties de votre corps et vos amis enveloppés dans une couverture. Ils se ficheront de savoir pourquoi vous avez pris la crête abrupte de la montagne par une nuit glaciale, et peu importe que vous soyez armé ou non. Qui se soucie que la plupart d’entre vous soient des enfants ! Rien n’a d’importance. Ici, « tout est un petit détail quand il s’agit la patrie. » C’est ce que vous vivez ; c’est ce qu’ils vous font vivre ; c’est la vérité. A prendre ou à laisser ! Parce qu’à l’issue de l’enquête lancée pour enquêter sur l’incident susmentionné [massacre de Roboski], il a été décidé que les personnes décédées en étaient responsables.
 
Si vous êtes « l’autre » dans ce pays, sachez que vous avez la mort dans votre poche. Votre linceul doit être à portée de main car ce n’est pas le créateur qui sait quand vous en aurez besoin, mais ceux qui se considèrent comme son reflet sur terre. Dans ces conditions, comment pourrais-je écrire une histoire sur la justice ? Maintenant, en tant que « l’autre », je demande une « justice pour les autres ». Vous l’avez oubliée ou dois-je attendre l’au-delà ? Pour être honnête, je n’ai pas l’intention de sonner les glas de l’ange de la mort. En fait, cette histoire elle-même est une œuvre de fiction complète et n’a pas le moindre lien avec la réalité. Est-ce le cas ?
 
Nedim Türfent, pour Index on Censorship
 
Cet article fait partie de partenariat d’Index on Censorship avec la MLSA (Media and Law Studies Association, Turquie).
 
La série Histoires de justice est un projet MLSA soutenu par la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici