L’internationalisme et la résistance carcérale des martyrs de mai

0
174
La Commune Internationaliste du Rojava a publié une série d’articles sur l’histoire des révolutionnaires et de leurs luttes en déclarant : « Les histoires et les combats de Bobby Sands et Ulrike Meinhof, Hakî Karer et Deniz Gezmis ont toujours une signification particulière pour nous et nous donnent des perspectives révolutionnaires pour le futur. En tant qu’internationalistes, nous continuons leur héritage et leur lutte, jusqu’à ce que le succès soit le nôtre. »
 
La Commune Internationaliste a publié l’article suivant intitulé « En souvenir des Şehids [martyrs] de mai : Haki Karer, Deniz Gezmiş, Ibrahim Kaypakkaya, Mahmut Zengin, Eşref Anyik, Ferhat Kurtay et Necmi Öner : L’internationalisme et la résistance carcérale ».
 
Le mois de mai marque le Şehadet (martyre) de nombreuses personnalités importantes dans la lutte contre le fascisme turc. Trois des amis à qui cet article a été dédié sont : Şehid Hakki Karer, Şehid Deniz Gezmiş et Şehid Ibrahim Kaypakkaya étaient d’origine turque, cependant, la ligne que ces amis ont aidé à créer en était celle d’internationalisme. Aucun de ces amis ne croyait que la liberté de la population turque pouvait être réalisée sans réaliser simultanément la liberté des Kurdes et des autres minorités vivant à l’intérieur des frontières de l’Etat turc. Le martyre de ces amis nous rappelle avec force l’importance d’une perspective internationale et pourquoi il est nécessaire que tous les peuples soient unis dans la lutte pour vaincre le capitalisme et atteindre la liberté pour tous.
 
Ce mois-ci est également une période extrêmement importante dans le contexte actuel, car beaucoup des Şehids qui sont tombés en mai sont tombés dans des actes de résistance contre les prisons où ils étaient détenus en captivité. Avec plus de 7 000 amis actuellement en grève de la faim dans les prisons turques, il est nécessaire de connaître les racines de cette résistance et de se rappeler les noms de ceux qui sont tombés au combat dans les prisons d’Amed numéro 5 et de Mamak.
 
Haki Karer est peut-être l’une des figures les plus importantes de l’histoire du PKK. Après la libération d’Abdullah Öcalan de la prison de Mamak fin 1972, il s’installe chez Haki Karer avec Kemal Pir et ensemble, ils commencent à organiser les fondations du parti et un nouveau mouvement politique. A l’époque, Haki Karer était étudiant à l’Université d’Ankara, mais après une décision prise lors de la réunion de Dikmen en 1976, les amis ont décidé de faire de Bakur [Kurdistan du Nord] le point central de leur organisation. Haki Karer a d’abord déménagé à Batman, puis à Antep. Comme la plupart des internationaux qui viennent maintenant au Rojava pour rejoindre la révolution, Haki Karer ne parlait pas le kurmanci à son arrivée au Bakur, bien qu’il ait réussi à s’organiser sans relâche avec ou sans langue.
 
Le 18 mai 1977, Haki Karer a été assassiné dans un café par Alaattin Kapan, membre de Sterka Sor, une organisation conçue pour ressembler à une partie de la gauche kurde, mais qui s’est par la suite révélée être associée à l’opération de contre-guérilla de l’OTAN, opération GLADIO. Il est clair à la lecture d’Öcalan à quel point le lien était étroit entre les deux amis, Öcalan a souvent qualifié Haki Karer et Kemal Pir d' »âme secrète » et après la mort d’Haki Karer, qui s’est juré d’établir le parti [PKK] comme une réponse directe, « Notre programme politique et le nom de notre organisation, le PKK, ont été créés et décidés comme une conséquence immédiate de son (Haki Karer) meurtre. Nous le considérons tous comme son héritage ». Haki Karer peut donc être considéré comme le premier martyr internationaliste dans la lutte du PKK, et il est essentiel pour nous de nous rappeler sa diligence et son engagement malgré les obstacles linguistiques qu’il a rencontrés.
 
Deniz Gezmiş est une autre figure qui a inspiré Abdullah Öcalan quand il était jeune étudiant. Gezmiş a fondé l’Armée populaire de libération de Turquie (THKO) en 1971 avec deux autres camarades, Yusuf Aslan et Hüseyin Inan. Gezmiş était un marxiste-léniniste radical qui, avant sa capture par l’Etat turc au printemps 1971, s’était rendu en Jordanie pour s’entraîner comme guérillero avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), une étape que le PKK allait suivre plus tard au début des années 1980 quand il a envoyé des centaines de combattants au Liban pour former avec le Front démocratique pour la libération de la Palestine (DFLP). Après sa capture, Gezmiş a été accusé d’avoir violé l’article 146 du Code pénal turc, qui concerne les tentatives de « renversement de l’ordre constitutionnel » et condamné à mort par l’Etat turc le 3 mai 1972. Après l’exécution de Gezmiş le 6 mai 1972, Öcalan écrivit : « L’exécution de Deniz Gezmiş et de ses camarades nous a appelés, nous, sympathisants honnêtes, à continuer leur héritage ». Gezmiş a été un fervent partisan de la lutte pour un Kurdistan libre et internationaliste jusqu’à sa mort. Ses derniers mots sont une source d’inspiration pour tous ceux qui ont une conscience anti-impérialiste et révolutionnaire : « Vive la Turquie totalement indépendante ! Vive la grande idéologie du marxisme-léninisme. Vive la lutte des peuples turc et kurde pour l’indépendance. Maudit soit l’impérialisme. Longue vie aux ouvriers et aux paysans. »
 
Ibrahim Kaypakkaya était l’un des principaux dirigeants du mouvement communiste en Turquie à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Il a fondé le Parti communiste de Turquie/Marxiste léniniste (TKP/ML) en 1972 et était connu d’Abdullah Öcalan et du premier mouvement Apoci [Apoïste, ceux qui suivaient la ligne politique d’Abdullah Ocalan]. Kaypakkaya était un internationaliste très intéressé par la question kurde. Il a publié une thèse sur le sujet en 1972, dans laquelle il établit un lien direct entre la liberté du peuple kurde et des autres minorités vivant à l’intérieur des frontières de l’Etat turc et la liberté de la majorité turque. En raison de sa capacité d’organisation, Ibrahim Kaypakkaya était considéré par les renseignements turcs comme quelqu’un d’extrêmement dangereux, car il pouvait presque à lui seul apporter des idées communistes en Turquie. Kaypakkaya est tombé martyre le 18 mai 1973, après avoir résisté à la torture dans la prison de Diyarbakir (Amed n°5) pendant plus de quatre mois. Une fois, ses bourreaux l’ont forcé à marcher pieds nus pendant 50 km sur la neige et la glace. L’héritage de Kaypakkaya est un exemple important de résistance carcérale et d’internationalisme.
 
Mahmut Zengin, Eşref Anyik, Ferhat Kurtay et Necmi Öner sont également tombés martyre dans les murs de la prison de Diyarbakir (Amed n°5). Le 18 mai 1982, les quatre amis se couvraient d’un journal imbibé de peinture et, se tenant la main, s’immolaient. Cette action a été conçue pour être similaire à l’action de Mazlum Doğan qui a mis le feu à sa cellule à Diyarbakir le jour de Newroz (21 mars) la même année. Le but des actions de tous ces camarades était d’attirer l’attention sur la torture des prisonniers à Diyarbakir et sur les conditions inhumaines qu’ils ont dû endurer. Le martyre de ces amis marque un moment important dans l’histoire du PKK car à ce moment, de nombreux membres du parti étaient emprisonnés à Diyarbakir ou formés à la guérilla au Liban. Ce qui a laissé un vide au Kurdistan qui aurait pu conduire à une crise organisationnelle sans les actions des opposants dans les prisons. En fait, l’une des discussions les plus importantes au sein du parti à l’époque portait sur la question de savoir si les amis du parti devaient quitter le Moyen-Orient et déplacer l’attention du parti vers la diaspora européenne. La lutte dans les prisons a clarifié cette ligne et précisé que la lutte devait continuer à être basée au Kurdistan.
 
Se souvenir, c’est se battre
 
L’importance de nos martyrs ne peut être sous-estimée si l’on considère la révolution qui s’est produite dans le nord-est de la Syrie, il est clair que les martyrs de mai (…) ont contribué à clarifier les lignes de l’internationalisme et de la résistance carcérale qui sont au cœur de notre idéologie. Cependant, ils ne sont pas seuls. Nous nous souvenons de nos martyrs parce que chacun d’eux nous montre comment vivre et lutter contre la modernité capitaliste. Chaque personne qui nous est enlevée est une promesse de continuer le combat et de continuer à lutter car un autre monde est possible. La modernité capitaliste s’effondrera, et nous, le peuple, serons son bourreau !
 
Şehid namirin (les martyrs sont immortels) ! Biji Berxwedana Zindana (vive la résistance des prison) ! Vive l’internationalisme !
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici