Les femmes kurdes marquées par la violence de l’Etat dans le sud-est de la Turquie

0
869

« Mon deuxième fils a été blessé, mais ce n’était pas grave. Il m’a dit : « Maman, ne m’emmène pas à l’hôpital, si tu m’y emmènes, ils me tueront », dit une femme de Cizre. « Nous l’avons emmené là-bas et ils l’ont tué. C’est mon plus grand regret. »

TURQUIE / BAKUR – Les forces de sécurité turques ont soumis les femmes kurdes à des menaces de viol et à des abus et leur ont refusé l’accès aux soins médicaux pendant les longs couvre-feux dans le sud-est de la Turquie de fin 2015 à début 2016, laissant souvent de profondes cicatrices psychologiques, selon un rapport de l’Association de surveillance des migrations (GÖÇİZDER) qui éclaire les aspects invisibles de la guerre et dévoile ce qui s’est passé à travers les yeux des femmes.

 
À partir d’août 2015, des couvre-feux de 24h24 – dans certains endroits, pendant des mois – ont été imposés lorsque la population locale a déclaré l’autonomie dans certaines parties de nombreuses villes kurdes et que la jeunesse kurde a érigé des barricades pour empêcher l’armée turque de les attaquer. La réaction disproportionnée de l’État turc – avec l’utilisation d’artillerie, de chars et d’hélicoptères – a provoqué le déplacement d’environ un demi-million de personnes, le nombre de morts estimé à 3 638 et de graves violations des droits humains perpétrées par l’État turc, notamment le massacre de plus de 100 civils pris au piège dans les sous-sols de Cizre.
 
Basé sur des entretiens avec 480 femmes, le rapport intitulé « Violations des droits humains contre les femmes et leurs expériences pendant le couvre-feu et la migration forcée enregistre les témoignages des femmes », brossant ainsi un tableau complet des difficultés et des pertes qu’elles ont subies et soulignant l’aspect sexiste de la violence de l’État en Turquie. Comme le président turc Recep Tayyip Erdogan menace d’envahir la Syrie du Nord – Est, le territoire sous contrôle des Kurdes syriens et leurs alliés dans le but d’éradiquer les forces kurdes « terroristes », ce rapport sert un avertissement des dangers auxquels la population locale sera confrontée si la Turquie remplit ses menaces.
 
Sur la base d’entretiens avec 480 femmes, le rapport brosse un tableau de l’impact profond sur les femmes kurdes de leur existence tendue pendant les vagues de violence et de destruction qui ont déferlé sur elles au cours de cette période. Plus de 90 % des personnes interrogées ont accusé l’État turc.
 
« Ils ont déchiré mes sous-vêtements dans la chambre. Il y avait des préservatifs partout dans la maison. Il y avait beaucoup d’écrits hideux et désobligeants sur les murs », a déclaré une femme de 31 ans originaire de Cizre, qui a déclaré que les agents de sécurité avaient utilisé sa maison comme dortoir pendant une longue période.
 
En plus des problèmes courants comme les rues dangereuses et le manque d’électricité et d’eau, les femmes n’arrivaient pas à trouver des produits d’hygiène nécessaires, n’ont pas eu accès à un médecin lorsqu’elles étaient malades ou enceintes, et la violence domestique s’est accrue.
 
« Ils ont même laissé de la merde sur les sous-vêtements des femmes. Ils ont écrit des choses hideuses », dit une femme de 43 ans de Diyarbakır « Trois ans se sont écoulés depuis, mais ces écrits sont toujours dans ma tête, comme « Préparez-vous, les filles, nous arrivons bientôt. »
 
À la suite de ces expériences, de nombreuses femmes éprouvent maintenant de graves problèmes psychologiques, y compris la dépression et le stress post-traumatique. Certains voient encore des cadavres sur le sol et refusent de quitter leur maison. Certains sont incapables de gérer le traumatisme.
 
« La belle-fille de notre voisine s’est suicidée après le couvre-feu. Elle est devenue déprimée et s’est ensuite pendue », raconte une femme de 80 ans de Yüksekova.
 
« Nous ne pouvions pas sortir pendant le couvre-feu. Nous sommes restés au sous-sol pendant trois mois. Nous étions sept familles, toutes affamées et assoiffées. Il y avait beaucoup de malades parmi nous. Nous ne pouvions ni aller à l’hôpital, ni acheter de médicaments, ni sortir du tout », a déclaré une femme de 23 ans à Cizre, où les forces de sécurité ont tué plus de 130 personnes qui étaient restées coincées dans des sous-sols lors du blocus militaire.
 
« Il y avait beaucoup de malades. Nous ne pouvions ni aller à l’hôpital, ni prendre de médicaments. Nous ne pouvions pas sortir. L’État ne nous a pas traités comme des humains, nous ne reconnaissons donc pas l’État. Je ne vais plus à l’école, j’ai arrêté, je ne veux plus, » dit un jeune de 18 ans à Cizre.
 
De nombreuses femmes sont marquées à vie par ce dont elles ont été témoins ou par les circonstances qui les ont poussées à le faire. Pourtant, à la suite des couvre-feux et de la tentative de coup d’État de 2016, l’État turc a fermé toutes les organisations et initiatives de femmes qui avaient été créées au cours d’un processus de paix de deux ans avec le PKK qui a pris fin en juillet 2015. Les femmes n’ont plus personne vers qui se tourner pour obtenir de l’aide.
 
« Des soldats tiraient sur notre maison. Nous avons accroché un morceau de tissu blanc comme drapeau à notre maison, mais ils ont continué le feu. Ils ont bombardé notre maison, faisant un énorme trou dans un mur », dit une femme à Nusaybin. « Une femme a été tuée devant notre maison. Ils tiraient des coups de feu, donc nous ne pouvions pas sortir. C’était une femme enceinte, tuée dans l’escalier, elle est morte là où elle était. »
 
« Mon deuxième fils a été blessé, mais ce n’était pas grave. Il m’a dit : « Maman, ne m’emmène pas à l’hôpital, si tu m’y emmènes, ils me tueront », dit une femme de Cizre. « Nous l’avons emmené là-bas et ils l’ont tué. C’est mon plus grand regret. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici