Le HDP écrit une lettre à la communauté internationale sur le jeûne de la mort

0
473

« Nous appelons une fois de plus la communauté internationale à ne pas rester silencieuse et indifférente, mais à prendre des initiatives pour surmonter cette situation aggravante. Mettre fin à la politique d’isolement contribuera à normaliser la vie politique en Turquie, à relancer le dialogue démocratique et, espérons-le, à reprendre le processus de paix dans le contexte de la question kurde. » 

TURQUIE – 15 prisonniers politiques kurdes ont transformé leur grève de la faim en un « jeûne de la mort » le 30 avril 2019, exigeant la fin de l’isolement imposé au leader du peuple kurde Abdullah Öcalan.

Hişyar Özsoy, vice-coprésident du parti démocratique des peuples (HDP) chargé des affaires étrangères et député de Diyarbakır, a écrit une lettre à la communauté internationale concernant les 15 prisonniers politiques qui ont transformé leur grève de la faim en « jeûne de la mort ».

Voici la lettre du HDP :
 
« Leyla Güven, coprésidente du Congrès de la société démocratique (DTK) et députée du HDP pour Hakkari, a entamé une grève de la faim le 8 novembre 2018 pour protester contre l’isolement de M. Abdullah Öcalan et de trois autres détenus de l’île prison d’Imrali. Outre Mme Güven, les députés HDP Dersim Dağ, Tayip Temel et Murat Sarısaç, des milliers de prisonniers politiques en Turquie et des militants et politiciens du gouvernement régional du Kurdistan en Irak, en Allemagne, au Pays de Galles, en France, au Canada et ailleurs ont également rejoint la grève.
 
Öcalan a été le négociateur en chef du mouvement kurde dans le processus de paix entre 2013 et 2015. Lorsque le gouvernement turc a mis fin au processus de paix en avril 2015, il a simultanément isolé M. Öcalan de la société. En d’autres termes, les autorités turques n’autorisent pas M. Öcalan à recevoir la visite de ses avocats, des membres de sa famille ou d’autres personnes. Il ne peut pas non plus téléphoner, ni envoyer ou recevoir des lettres.
 
Le Comité pour la prévention de la torture (CPT) et l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) ont souligné à plusieurs reprises que l’isolement de M. Öcalan constituait une violation des articles 3 et 10 de la Convention européenne des Droits de l’Homme et ont appelé les autorités turques à faire en sorte que tous les détenus de la prison d’Imrali puissent, s’ils le souhaitent, recevoir la visite de leurs proches et de leurs avocats.
 
Après des mois d’indifférence de la part des autorités turques malgré la détérioration de la santé des grévistes de la faim, 15 prisonniers politiques dans quatre prisons ont transformé leur grève de la faim en « mort rapide » le 30 avril 2019. Les noms des prisons et des prisonniers sont : Prison pour femmes de Bakırköy ; Nesrin Akgül, Şükran Aydın Aslı et Zozan Çiçek ; Prison pour femmes de Gebze ; Ardıl Çeşme et Aslı Doğan ; Prison de haute sécurité de Van ; Ahmet Anığı, Özhan Ceyhan, Vedat Özağar, İhsan Bulut et Erol Çelik ; Prison de Diyarbakır de tyrpe D, Ergin Akhan, Enver Dönmez, Ahmet Topkaya, Haluk Kaplan et Ferhat Turgay. Parmi ces prisonniers, Nesrin Akgul a entamé la grève de la faim le 15 janvier 2019, tandis que tous les autres ont entamé leur grève de la faim le 1er mars 2019. Contrairement aux grévistes de la faim, qui consomment plusieurs liquides et prennent de la vitamine B pendant le jeûne, les prisonniers qui ont entamé le jeûne de la mort ne boivent que de l’eau contenant du sucre et du sel.
 
Ces 15 prisonniers politiques, qui ont déjà maigri en raison de leur grève de la faim qui dure depuis des mois, risquent de ne pas survivre longtemps si les autorités turques ne prennent pas des mesures urgentes pour mettre fin à l’isolement illégal imposé à M. Öcalan. Huit prisonniers s’étaient déjà suicidés fin mars et début avril pour protester contre la politique d’isolement.
 
Nous appelons une fois de plus la communauté internationale à ne pas rester silencieuse et indifférente, mais à prendre des initiatives pour surmonter cette situation aggravante. Mettre fin à la politique d’isolement contribuera à normaliser la vie politique en Turquie, à relancer le dialogue démocratique et, espérons-le, à reprendre le processus de paix dans le contexte de la question kurde ».
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici