TURQUIE. Où est la tombe de Levon Ekmekjian ?

0
545

TURQUIE – ANKARA – L’Arménien Levon Ekmekjian a été exécuté après le coup d’Etat militaire de 1980. Sa famille cherche sa tombe depuis lors mais les autorités turques lui ont donné les os d’une femme et d’animaux.

« Devrions-nous les nourrir au lieu de les pendre ? » C’est l’une des marques de fabrique de Kenan Evren, le chef du coup d’Etat de 1980, qui n’hésiterait pas à approuver l’exécution de prisonniers politiques après son accession au pouvoir.

Certaines rumeurs disent qu’Evren aurait prononcé ces mots juste avant l’exécution de Levon Ekmekjian, le 28 janvier 1983, dans la capitale Ankara.

Les rumeurs disent aussi qu’Ekmekjian aurait été assuré de ne pas être exécuté s’il disait tout ce qu’il savait sur l’ASALA (Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie), un groupe armé actif de la fin des années 1970 au début des années 1990, qui a tué des dizaines de diplomates en Turquie.

Le lieu de la tombe d’Ekmekjian est une énigme totale depuis 36 ans et les ossements donnés à la famille d’Ekmekjian ne lui appartenaient pas, mais étaient ceux d’une femme et de quelques animaux.

Mauvais os donnés à la famille

La famille Ekmekjian a commencé sa lutte juridique en 2013 pour trouver la tombe de Levon Ekmekjian. L’avocate kurde Eren Keskin, alors coprésidente de l’Association des droits de l’Homme (İHD), a suivi le processus juridique.

A la demande de la famille, Keskin a présenté une demande au ministère de l’Intérieur et au ministère de la Justice. Ce dernier a répondu le 21 février 2013 que l’institution autorisée est la municipalité du district de Çankaya à Ankara. La municipalité a informé la famille que la tombe se trouve au lot 504, bloc 55. La tombe a été ouverte après un long processus officiel.

Les os ont été envoyés à la famille Ekmekjian, qui vit en France, le 8 janvier 2016. La famille a fait tester les os à l’institut médico-légal de Paris pour s’assurer que les restes appartiennent à Levon. Cependant, le résultat dit que les os appartiennent à « une femme, entre 55 et 60 ans et quelques animaux ».

Keskin a ensuite présenté une demande à la présidence des services juridiques des forces terrestres turques, demandant des informations sur l’endroit de la tombe. En réponse, la Présidence a déclaré : « Il y a une minute concernant la remise de la tombe à un officier de la Direction des cimetières d’Ankara ». Mais il n’y avait pas de permis d’enterrement, ajoute-t-elle. Keskin et la famille Ekmekjian n’ont pas renoncé à poursuivre la tombe. L’avocate a exigé un million de lires turques d’indemnisation du ministère de l’Intérieur au motif que « la famille a subi un préjudice pécuniaire et spirituel ».

« Ils disent toujours : « Ouvrons les archives »

S’adressant à Bianet, Keskin déclare : « Nous avons ouvert la tombe qui était enregistrée par les registres officiels de l’État. Nous avons pris les ossements d’une femme que nous ne connaissons pas dans cette tombe et nous les avons envoyés à Paris. Nous savons que cette femme est Arménienne parce qu’ils enterrent des Arméniens dans cette partie[du cimetière]. Que fait la famille maintenant ? »

« L’État dit toujours : « Ouvrons les archives. D’accord, nous avons ouvert les archives, mais un gros mensonge en est sorti« , a ajouté Keskin.

Keskin répond : « Ils disent qu’ils ont enterré le corps, à l’endroit qu’ils ont dit, il y avait le corps d’une autre personne. La famille a subi de lourds dommages spirituels et pécuniaires à cause de cette situation. Nous avons ensuite soumis une pétition pour une indemnisation d’un million de lires turques au ministère de l’Intérieur. »

Le ministère devrait répondre dans les 60 jours

Déclarant que le ministère devrait donner une réponse dans un délai de 60 jours, Keskin a dit qu’autrement ils iront devant le tribunal administratif. « Notre but n’est pas de faire un gain monétaire, notre but est d’être montré la place de la grâce. Le ministère de l’Intérieur ne peut pas dire : « C’est arrivé en 1980, nous ne sommes pas responsables. La continuité est essentielle pour l’État. Pour cette raison, nous, en tant que İHD et la Commission contre la discrimination, suivrons le processus. »

Bianet

 

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici