Demirtaş : Je suis en prison mais mon parti a quand même obtenu de bons résultats en Turquie

0
680

Washington Post a publié un article de l’ancien coprésident d’HDP, Selahattin Demirtaş concernant les élections municipales turques du 31 mars et la situation politique post-électorale. Selahattin Demirtas est un ancien député et co-président du Parti démocratique des peuples (HDP). Il est incarcéré à la prison de haute sécurité d’Edirne.

Voici l’article en question : 

 
« Les récentes élections locales turques du 31 mars ont envoyé plusieurs messages importants à l’élite dirigeante du pays – et surtout au président Recep Tayyip Erdogan. Erdogan, qui considérait à juste titre les élections comme un référendum sur son régime, a subi une défaite humiliante. Son parti a perdu le contrôle de cinq des plus grandes villes du pays, dont sa ville natale, Istanbul, où il a lancé sa carrière politique.
 
Ces dernières années, le Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir à Erdogan, s’est éloigné non seulement de la démocratie, mais aussi des vraies valeurs et de la morale islamique. Le président a balayé les critiques de la corruption, de l’injustice et de la tyrannie qui sont devenues associées à son parti. Son arrogance lui vaut aujourd’hui un lourd tribut politique.
 
Des milliers de membres du Parti démocratique des peuples (HDP) qui devraient actuellement participer à la vie politique – y compris moi – sont en prison pour des motifs politiques. Les forces de sécurité continuent de harceler et d’entraver [le travail] des membres de notre parti qui restent libres. Beaucoup d’entre nous ont été criminalisés et considérés comme des « terroristes » par les représentants du gouvernement. Pourtant, mon parti, que j’ai coprésidé pendant de nombreuses années, a encore montré sa force lors de ces dernières élections.
 
Le succès électoral du HDP, malgré tous les obstacles auxquels il est confronté, est remarquable. Cela montre que le HDP et ses nombreux partisans kurdes restent insensibles aux mesures répressives de l’Etat. Une fois de plus, les électeurs du HDP ont exprimé leur détermination à vivre ensemble dans une Turquie libre, égalitaire, démocratique et pacifique.
 
L’évolution actuelle de la situation au Moyen-Orient (et en particulier en Syrie) montre clairement la voie que la Turquie doit suivre : Nous devons lutter pour l’unité et la cohésion sociale. Nous n’y parviendrons qu’en nous ralliant autour des principes de paix et de démocratie.
 
La seule façon d’éviter la crise économique imminente – en particulier la montée en flèche du chômage et de l’inflation – est de mettre en œuvre d’urgence une réforme politique démocratique. Les antécédents de l’establishment politique, centré sur Erdogan, suggèrent qu’il n’a pas la volonté, la capacité ou le courage de le faire.
 
La politique de division d’Erdogan à l’égard de l’opposition, et en particulier du peuple kurde, aggrave la polarisation de la société. La grande majorité des Kurdes de Turquie veulent vivre en paix avec leurs concitoyens ; ils en ont assez de la violence et de la guerre. Oui, il est vrai que les Kurdes ont une série d’exigences politiques, sociétales et culturelles, qui exigent toutes une plus grande démocratie. Nous, dans l’opposition, nous nous sommes engagés à travailler à la réalisation de ces objectifs. Toutefois, c’est le président et le parti au pouvoir qui sont les premiers responsables de l’échec de leur mise en œuvre.
 
De nombreux militants, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la prison (y compris Leyla Guven, l’une des députés de notre parti), font la grève de la faim. La seule revendication des grévistes est de mettre fin à l’isolement absolu d’Abdullah Ocalan. Ocalan est détenu dans une prison de l’île d’Imrali depuis 20 ans, dans des conditions difficiles qui ne lui permettent même pas les visites de ses avocats ou des membres de sa famille. Les grévistes de la faim savent qu’Ocalan a un rôle décisif à jouer dans la solution pacifique et démocratique de la question kurde en Turquie.
 
Il est bien connu qu’Ocalan a une influence considérable parmi les Kurdes en Turquie et en Syrie. Il est également largement accepté que, dans tout processus de paix potentiel, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) n’écoutera qu’Ocalan lui-même. On peut affirmer sans risque de se tromper qu’aucun processus de paix ne peut aboutir sans la participation d’Ocalan. C’est pourquoi, il y a plusieurs années, Erdogan lui-même a exploré avec le dirigeant du PKK des options pour la paix. Une partie importante du peuple kurde considère Ocalan comme un interlocuteur essentiel.
 
En outre, les résultats des élections confirment que tous les citoyens turcs, et pas seulement ceux de notre parti, veulent vivre ensemble, pacifiquement et démocratiquement. Ils s’opposent à l’autoritarisme et à la domination d’un seul homme. Nous espérons qu’Erdogan le comprendra. S’il ne le fait pas, les prochaines élections pourraient lui porter un coup de grâce.
 
Tous les membres de notre parti – y compris ceux qui sont en prison – continueront de travailler sans perdre notre foi dans la résistance démocratique et pacifique. Nous croyons en un avenir brillant et démocratique pour la Turquie. Nous pensons que ces élections ont montré la voie à suivre. Toutefois, si le gouvernement continue sur sa voie autoritaire, je crains que des crises politiques et économiques plus profondes ne se profilent à l’horizon.
 
Nous exhortons la communauté internationale à encourager la Turquie à choisir la voie de la démocratie et de la paix. Nous, les Turcs, devrions pouvoir montrer que nous pouvons résoudre nos problèmes par la discussion, malgré nos nombreuses divergences. L’histoire de l’Anatolie et de la Mésopotamie nous montre de nombreux exemples d’unité dans la diversité.
 
Les membres du HDP et les Kurdes de Turquie seront toujours prêts pour la paix. Je crois que nous réussirons. Nous créerons un pays doté d’une démocratie et d’une économie fortes en réunissant toutes les factions de notre société. Les élections du 31 mars nous ont montré la voie. »
 
19 avril 2019

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici